De l’influence occulte des patch-tests...

vendredi 17 novembre 2006 par Dr Geneviève DEMONET2678 visites

Accueil du site > Maladies > Diagnostic > De l’influence occulte des patch-tests...

De l’influence occulte des patch-tests...

De l’influence occulte des patch-tests...

vendredi 17 novembre 2006, par Dr Geneviève DEMONET

Le matériel utilisé pour les patch-tests permet de tester plusieurs substances sur une surface cutanée restreinte. Un test très positif peut interférer sur un autre test proche mais paradoxalement aussi sur un test plus éloigné géographiquement...

Une charge de patch-tests élevée est corrélée avec des réactions positives à d’autres patch-tests quelle que soit leur localisation : J. Brasch1, J. Geier2, A. Schnuch2, W. Uter3 [for the German Contact Dermatitis Research Group (DKG) and the Information Network of Departments of Dermatology (IVDK)]

1Department of Dermatology, University Hospitals of Schleswig-Holstein, Campus Kiel, Kiel ; 2Information Network of Departments of Dermatology, University of Göttingen, Göttingen ; 3Department of Medical Informatics, Biometry and Epidemiology, University of Erlangen-Nürnberg, Erlangen, Germany

dans Allergy 61 (12), 1411-1415.

- Contexte :

  • Les patch-tests sont utilisés dans la démarche clinique visant à prouver une sensibilisation de contact.
  • En pratique, on fixe plusieurs patch-tests en même temps.
  • Cependant, des relations synchrones vis-à-vis d’allergènes non reliés entre eux peuvent ne pas être complètement fortuites.
  • Dans ce cas, la réaction d’un test donné pourrait être influencée par d’autres réactions positives à une certaine distance du test en question.
  • Cet article analyse l’existence d’un effet lié à la proximité de réactions positives simultanées à des patch-tests sur le résultat d’un patch test cible.

- Méthodes :

  • Une évaluation rétrospective a été menée sur les données recueillies sur les patients ayant eu des patch-tests, dans un but diagnostic, à l’aide de 15 allergènes standards fixés selon un schéma spécifique, entre 1992 et 2004, dans 20 centres d’un réseau d’Europe Centrale.
  • L’association entre le résultat du patch-test cible (réaction allergique versus réaction négative au thiuram mix) et le nombre et la réponse quantitative cumulée des réactions positives synchrones (charge de patch-test positive) aux allergènes placés à proximité ou à distance du patch cible a été analysée en utilisant une analyse de régression logistique.

- Résultats :

  • La probabilité d’une réaction positive au thiuram mix a augmenté de façon significative avec une élévation de la charge de patch-test positive provoquée par des réactions positives aux allergènes non liés au thiuram-mix.
  • L’effet des allergènes au voisinage de l’allergène cible n’a pas été significativement plus grand que ceux des allergènes placés dans des positions distantes.

- Conclusion :

  • Il faudrait tenir compte de l’effet potentiellement aggravant d’une charge de patch-test positive pour l’interprétation des résultats des patch-tests.
  • La distribution locale des patchs dans le dos n’intervient cependant pas.

Une étude rétrospective a été menée sur les résultats de patch-tests (15 allergènes standards) pratiqués dans 20 centres allemands sur une période de 12 ans.

On a évalué la positivité d’un allergène donné, en l’occurrence le thiuram-mix, en fonction du nombre et de la réponse quantitative cumulée des réactions positives à d’autres allergènes non reliés.

La probabilité d’une réaction positive au thiuram-mix était d’autant plus importante que cette charge positive était grande et ceci, quelle que soit la position géographique des tests (qu’ils soient voisins ou à distance).

Il aurait bien sûr, été intéressant de tester ultérieurement le thiuram-mix tout seul pour prouver, en cas de réaction négative, la responsabilité des autres allergènes.

Cette interaction entre les différents patch-tests est déjà connue quoique controversée. Il faut bien sûr en tenir compte dans l’interprétation des tests. On en revient encore et toujours à la notion de pertinence des résultats...

Vos commentaires

  • Le 24 octobre 2017 à 13:49, par Marie-Danielle Fortin En réponse à : De l’influence occulte des patch-tests...

    J’ai eu un choc anaphylactique le 15 mars 2017 ,, j’ai depuis développé des allergies a tout sorte de chose ,, le latex le nitrile, le plastic , et autre chose dans mes vêtements ,, que je ne sais quoi ,, je passe un patch test bientôt ,, est ca dangereux pour moi de passé ce test ,,, je vois une psy pour anxiété choc postromatique sévère ,,, parce que j’ai eu peur de mourir ,,, es ce que je peux me retapé un autre choc anaphylactique a cause des patchs ,, doit je être hospitalisé en cas que ,,,, merci de votre réponse x