Le travail, c’est (pas toujours) la santé !

lundi 7 avril 2008 par Dr Philippe Carré1414 visites

Accueil du site > Pratique > Travail > Le travail, c’est (pas toujours) la santé !

Le travail, c’est (pas toujours) la santé !

Le travail, c’est (pas toujours) la santé !

lundi 7 avril 2008, par Dr Philippe Carré

L’asthme professionnel (AP) est un problème de santé publique largement sous-évalué, en raison principalement de l’absence d’un système fiable de recueil des cas. Afin de juger de l’évolution des AP dans une partie du Royaume-Uni, les auteurs ont développé un registre régional de recueil des nouveaux cas d’AP.

Tendances évolutives sur 15 ans de l’asthme professionnel : données du schéma de surveillance Shield. : Bakerly ND, Moore VC, Vellore AD, Jaakkola MS, Robertson AS, Burge PS.

Department of Respiratory Medicine, Salford Royal Foundation Trust, Stott Lane, Salford M6 8HD, UK.

dans Occup Med (Lond). 2008 Feb 27

- Contexte

  • Les profils d’asthme professionnel (AP) différent selon les régions, en fonction des industries locales, des mesures de santé et de sécurité sur le lieu de travail, et de l’existence d’un système de rapport pour aider au recueil et à l’interprétation des données.

- But de l’étude

  • Etudier les profils d’AP, dans une région industrialisée du Royaume-Uni, sur une période de 15 ans.

- Méthodes

  • Des médecins du travail et des pneumologues de l’Ouest des Midlands ont été invités à soumettre des détails sur les nouveaux cas d’AP diagnostiqués
  • Les données ont été transférées pour analyse au centre régional des maladies respiratoires professionnelles.

- Résultats

  • Un total de 1461 cas ont été rapportés
  • 68% étaient des hommes, d’un âge moyen de 44 ans (DS=12)
  • L’incidence annuelle d’AP était de 42 par million de personnes au travail (IC à 95% : 37-45)
  • L’AP était plus fréquemment rapporté chez les soudeurs (9%) et les professions de santé (9%), alors que moins de 1% étaient rapportés chez les fermiers
  • Les produits responsables les plus fréquents étaient les isocyanates, responsables de 21% des rapports, suivis par les huiles de coupe (11%), les colles (7%), le latex (6%) et le glutaraldéhyde (6%)
  • La farine était suspectée dans 5% des cas, et les animaux de laboratoire dans seulement 1%.

- Conclusions

  • Ces données confirment une incidence annuelle élevée d’AP dans cette partie du Royaume-Uni
  • Les huiles de coupe étaient le problème émergeant le plus important, alors que les isocyanates restaient la cause la plus fréquente
  • L’incidence restait à un niveau quasi stable, avec beaucoup de petites épidémies surajoutées mais peu de grandes
  • Des schémas comme le registre de surveillance des AP de la Société Thoracique des Midlands des Maladies respiratoires Rares pourraient aider à identifier l’apparition des nouveaux cas en les reliant au milieu de travail.

Les nouveaux cas d’AP diagnostiqués par les médecins du travail et les pneumologues dans les Midlands, pendant 15 ans, ont été adressés pour analyse au centre régional des maladies respiratoires professionnelles.

Les résultats montrent que :
- sur 1461 cas rapportés, 68% étaient des hommes, d’un âge moyen de 44 ans
- les professions les plus souvent touchées étaient les soudeurs et les professions de santé (9%)
- les produits étaient d’abord les isocyanates (21%), suivis des huiles de coupe (11%), des colles (7%), du latex et du glutaraldéhyde (6%), de la farine (5%) et des animaux de laboratoire (1%).

Les auteurs concluent que l’AP garde une incidence élevée, même si elle reste assez stable, que les isocyanates restent le leader des produits responsables, alors qu’on voit émerger en seconde position les huiles de coupe.

La mise au point de registres centralisés de recueil de données pourrait aider à la reconnaissance des nouvelles causes d’AP, et par là à la mise au point de mesures de prévention en milieu professionnel.

C’est ce qui est fait en France par l’intermédiaire de l’ONAP (Observatoire National des Asthmes Professionnels).