Et si l’huile de foie de morue était néfaste ?

mardi 8 janvier 2013 par Dr Cécilia Nocent3064 visites

Accueil du site > Maladies > Asthme > Et si l’huile de foie de morue était néfaste ?

Et si l’huile de foie de morue était néfaste ?

Et si l’huile de foie de morue était néfaste ?

mardi 8 janvier 2013, par Dr Cécilia Nocent

Consommation d’huile de foie de morue et incidence de l’asthme chez des norvégiens adultes : l’étude HUNT. : Dr Xiao-Mei Mai, Department of Public Health and General Practice, Faculty of Medicine, Norwegian University of Science and Technology, Trondheim 7491, Norway ;

1Department of Public Health and General Practice, Norwegian University of Science and Technology, Trondheim, Norway
2Department of Epidemiology and Community Medicine, University of Ottawa, Ottawa, Ontario, Canada
3Department of Emergency Medicine, Massachusetts General Hospital, Harvard Medical School, Boston, Massachusetts, USA

dans Thorax 2013 ;68:25-30 doi:10.1136/thoraxjnl-2012-202061

- Contexte :

  • L’huile de foie de morue est une source importante de vitamine D mais contient également d’autres composants liposolubles comme la vitamine A.
  • Avant 1999, la formule de l’huile de foie de morue en Norvège contenait une grande quantité de vitamine A (1000 µg pour 5 ml).
  • La consommation de fortes quantités de vitamine A est associée à une augmentation du risque de pathologie chronique sévère.

- Objectif :

  • Etudier l’association entre la consommation d’huile de foie de morue et le développement d’un asthme.

- Méthodes :

  • Dans l’étude Nord-Trǿndelag, 25 616 adultes norvégiens âgés de 19 à 55 ans ont été suivis entre 1995-1997 et 2006-2008.
  • L’analyse a porté sur les 17 528 sujets non asthmatiques qui ont donné les informations complètes sur la consommation d’huile de foie de morue au départ.
  • La consommation d’huile de foie de morue est définie comme la prise pendant au moins un mois dans l’année précédent le début de l’étude.
  • Les cas d’asthme incident sont rapportés comme des nouveaux diagnostics d’asthme dans les 11 ans de suivi.

- Résultats :

  • Sur les 17 528 patients, 18% (n=3076) consommaient quotidiennement de l’huile de foie de morue pendant au moins 1 mois l’année précédent l’inclusion dans l’étude.
  • La consommation d’huile de foie de morue était significativement associée avec une augmentation de l’incidence de l’asthme (OR : 1.62, 95% CI : 1.32-1.98) après ajustement sur l’âge, le sexe, le tabagisme quotidien, l’activité physique, le niveau d’éducation, le niveau socio-économique, les antécédents familiaux d’asthme et l’indice de masse corporelle (IMC).
  • Cette association positive était retrouvée quel que soit l’âge (moins ou plus de 40 ans), le sexe, les antécédents familiaux d’asthme présents ou absents et le niveau d’IMC.

- Conclusions :

  • La consommation d’huile de foie de morue riche en vitamine A est significativement associée à une augmentation de l’incidence de l’asthme chez des adultes.

Cette étude norvégienne publiée en 2012 dans Thorax s’intéresse à la relation entre consommation d’huile de foie de morue et augmentation de l’incidence de l’asthme chez des adultes.

L’huile de foie de morue est une source naturelle de vitamines liposolubles, en particulier de vitamine D ce qui explique sa consommation habituelle dans les pays nordiques. Cependant elle est également riche en vitamine A. L’excès de vitamine A est associée à une augmentation des maladies chroniques sévères.

Les auteurs de cette étude se sont donc intéressés à la relation entre consommation régulière d’huile de foie de morue et incidence de l’asthme. Ils se sont basés sur un registre norvégien comprenant plus de 25 000 sujets. Dans cette cohorte, 18% des sujets consommaient régulièrement de l’huile de foie de morue. Parmi ces sujets, il y avait une augmentation de l’incidence de l’asthme alors qu’il s’agissait des personnes non asthmatiques. Ces résultats sont confirmés après ajustement sur tous les facteurs favorisants d’asthme connus (sauf peut-être les allergies).

Il s’agit donc d’une étude très intéressante permettant de mettre en parallèle des habitudes de consommations alimentaires et l’augmentation de l’incidence d’une maladie chronique qu’est l’asthme.

Si on veut extrapoler ces résultats sous nos latitudes, je pense que la consommation d’huile de foie de morue est anecdotique. Par contre certains patients sont consommateurs réguliers d’abats comme le foie qui est riche en vitamine A. Le thon rouge, les fromages sont dans une moindre mesure également riche en vitamine A.

Peut-être peut-il y avoir un lien ? Cependant je ne suis pas certaine que cette étude soit suffisante pour encourager des modifications alimentaires à grande échelle. On peut par contre informer et recommander dans une semaine de ne pas manger plusieurs fois du thon rouge (théoriquement protégé), des abats et du fromage ?