Traitement miracle de l’allergie à l’arachide aux Etats-unis

mardi 15 septembre 2009 par la rédaction

Accueil du site > Pratique > Traitement miracle de l’allergie à l’arachide aux Etats-unis

Traitement miracle de l’allergie à l’arachide aux Etats-unis

Traitement miracle de l’allergie à l’arachide aux Etats-unis

mardi 15 septembre 2009

"L’allergie à l’arachide, c’est fini : des équipes de chercheurs Américains ont réussi à guérir des enfants, si si c’est sûr."

Voilà en tout cas ce que l’on peut lire un peu partout sur Internet ces derniers mois et ce qui nous est rapporté par certains de nos patients désespérés par le fait de ne pas voir de solution apparaître à ce problème qu’est l’allergie à l’arachide.

Qu’en est il vraiment ?

Certaines équipes Américaines font ce que font aussi certaines équipes Européennes : des "inductions de tolérance", terme pompeux pour dire que l’on réhabitue le corps à supporter artificiellement ce qui le fait d’habitude réagir immunologiquement.

La dernière étude Medline publiée sur le sujet est celle de Clark AT & col d’une équipe anglaise publiée par le Department of Allergy, Cambridge University Hospitals NHS Foundation Trust, Box 40, Addenbrooke’s Hospital, Hills Roads, Cambridge CB2 2QQ, UK datant de février 2009.

C’est nouveau ?

Pas du tout, ça a plus de 50 ans.

Ce fût et reste une pratique régulière pour le lait de vache et plus récemment pour l’oeuf. la nouveauté est l’extension de ces inductions de tolrance à l’arachide réputée très anaphylactogène.

Pourquoi ne le fait-on pas à tout le monde ?

D’abord parce que beaucoup d’allergiques à l’arachide ne le sont que légèrement (ils consomment déjà spontanément des traces sans réagir), parce que d’autres ne le sont pas vraiment (test cutané positif à l’arachide chez un allergique aux pollens de bouleau par exemple ; ou biologie isolément positive chez un enfant qui se goinfre de cacahuète sans réagir), enfin parce que c’est une procédure lourde (hospitalisation avec perfusion) et qui n’est pas curative (comme le serait une désensibilisation).

Et oui, après l’induction de tolérance, l’aliment doit être consommé régulièrement (trois fois par semaine en général) à des doses calibrées pour maintenir cette tolérance artificielle. Si on oublie de le faire, cette tolérance se perd et on devient à nouveau réactif... Tout est à recommencer.

Mais alors pourquoi tout ce bruit ?

Parce qu’il y a de la communication qui marche parfois mieux que ne le voudraient les médecins.

L’allergie à l’arachide est devenue médiatique : tant mieux, mais du coup les discours approximatifs peuvent troubler les malades.

Pour illustrer mon propos voici une vidéo de youtube annonçant là aussi ce "traitement miracle" :

Edifiant non ? Rien de plus que le quotidien des services d’allergologie donc.

Désolé : pas de miracle, mais un progrès tout de même.


Voir en ligne : Guérir l’allergie aux arachides

Portfolio