Machinerie.

jeudi 12 mars 2009 par Dr Hervé Masson260 visites

Accueil du site > Editorial > Edito Abonnés > Machinerie.

Machinerie.

Machinerie.

jeudi 12 mars 2009, par Dr Hervé Masson

Pour soigner une maladie, il faut des médecins.

Les malades rencontrent d’abord leur médecin généraliste.

C’est lui qui est le maillon essentiel de la prise en charge puisqu’il doit décider si le patient justifie d’un simple traitement, d’un bilan complémentaire ou même parfois doit être adressé à un spécialiste.

Le spécialiste a été formé au départ comme un généraliste mais a choisi de ne plus s’occuper que d’une infime partie des maladies pouvant toucher l’être humain.

Si on voulait caricaturer, on pourrait dire qu’il y a sans doute plusieurs milliers de façons différentes d’être malade et chaque spécialiste n’a en charge qu’une centaine d’entre elles alors que les généralistes doivent être compétents pour toutes.

En pratique, un bon généraliste est celui qui connaît ses limites et adresse à bon escient au spécialiste. Un bon spécialiste, dans nos rêves, ne devrait pas avoir de limites dans son domaine …

Pour fabriquer ces professionnels et en assurer l’entretien, il faut une machinerie gigantesque représentée par les universités, les Centres Hospitalo-Universitaires et leurs services spécialisés, les enseignants, les sociétés savantes, les associations de formation continue, les congrès, les revues scientifiques et, bien entendu, les sites Internet de qualité.

Malheureusement pour les allergiques et les allergologues, l’allergologie n’étant pas officiellement une spécialité, elle n’est pas enseignée en tant que telle durant les études médicales.

Les services hospitaliers ne sont jamais exclusivement d’allergologie et les généralistes sont donc souvent peu formés et concernés par les problèmes allergiques.

Si le premier maillon de la chaine est faible, il est difficile de mettre en mouvement la machine et elle fonctionne mal.

Que nous promet le 21ème siècle ?

Sur notre site, le Pr. Frédéric de Blay, nouveau président de la Société Française d’Allergologie (SFA) présente cet outil indispensable au bon fonctionnement de l’allergologie.

Un des objectifs affichés de la SFA est d’obtenir la reconnaissance de l’allergologie en tant que spécialité à part entière.

Des vrais spécialistes avec un vrai enseignement de l’allergologie chez les généralistes conduiront à une vraie bonne prise en charge des malades dès le premier maillon de la chaine.

Les allergiques et les allergologues attendent ça depuis si longtemps !