Un champignon contre l’allergie : hallucinant !

vendredi 10 juillet 2009 par Dr Geneviève DEMONET1899 visites

Accueil du site > Maladies > Atopie > Un champignon contre l’allergie : hallucinant !

Un champignon contre l’allergie : hallucinant !

Un champignon contre l’allergie : hallucinant !

vendredi 10 juillet 2009, par Dr Geneviève DEMONET

Les herbes médicinales chinoises utilisées dans le traitement de l’allergie font régulièrement l’objet de publications. Ici, ce sont des champignons comestibles médicinaux qui sont analysés à la recherche d’un effet anti-allergique…chez la souris !

Un extrait d’un champignon médicinal Agaricus blazei Murill peut protéger de l’allergie : Linda K Ellertsen1 email and Geir Hetland2 email

1Department of Environmental Immunology, Norwegian Institute of Public Health, Oslo, Norway
2Department of Immunology and Transfusion Medicine, Oslo University Hospital, Ulleval, Oslo, Norway

dans Clinical and Molecular Allergy 2009, 7:6doi:10.1186/1476-7961-7-6

- Contexte :

  • Agaricus blazei Murill (AbM) est un champignon comestible brésilien utilisé en médecine traditionnelle dans de nombreuses pathologies.
  • On lui a trouvé des propriétés anti-infectieuses et anti-tumorales chez la souris, dues à l’induction de réponses Th1.
  • D’un autre côté, l’allergie IgE-médiée est induite par une réponse Th2.

- Objectifs :

  • Selon le paradigme Th1/Th2, une augmentation de la réponse Th1 pourrait favoriser une baisse de la réponse Th 2 ; le but de cette étude était donc de vérifier si l’AbM avait des effets anti-allergiques.

- Méthodes :

  • un modèle murin d’allergie a été utilisé dans lequel les souris ont été immunisées par voie sous-cutanée avec l’allergène ovalbumine (OVA).
  • On a donné en plus aux animaux un extrait de champignon, l’AndoSan°, composé d’AbM (82%) mais aussi d’Hericium erinaceum (15%) et de Grifola frondosa (3%), ou bien du PBS per os soit un jour avant l’immunisation soit 19 jours après.
  • Les souris ont été sacrifiées le 26ème jour et on a dosé dans le sérum les anticorps IgE anti-OVA (réponse Th2) et IgG2a (réponse Th1) et les cytokines Th1, Th2 et Treg dans les cultures de cellules spléniques.

- Résultats :

  • On a montré chez les souris que l’extrait AndoSan° réduisait les taux d’IgE anti-OVA mais pas d’IgG2 lorsqu’il était donné aussi bien avant qu’après l’immunisation à l’OVA.
  • Une tendance à la baisse des taux de cytokines Th2 a été notée comparativement à celui des cytokines Th1 dans les groupes AndoSan°.

- Conclusions :

  • Cet extrait particulier d’AbM pourrait à la fois prévenir le développement de l’allergie et être utilisé comme substance thérapeutique dans l’allergie établie.

Une équipe norvégienne a étudié les éventuelles propriétés anti-allergiques chez la souris d’un champignon comestible, l’Agaricus blazei Murill (AbM).

Les animaux ont été immunisés selon le modèle classique par voie sous-cutanée avec de l’ovalbumine.

Des groupes de 8 souris ont été constitués. On a leur a donné 200 μl d’un extrait commercial mycélique aqueux d’AndoSan ® contenant pour 82% de l’AbM mais aussi 15% d’Hericium erinaceum et 3% de Grifola frondosa ou bien du PBS (tampon phosphate salin) par l’intermédiaire d’un tube gastrique. Cette administration a été faite soit un jour avant l’injection sensibilisante d’ovalbumine, soit 19 jours après.
Un test de provocation avec l’ovalbumine a été mené chez toutes les souris le vingtième jour.

Les souris ayant reçu l’extrait de champignons, que ce soit avant ou après l’immunisation, avaient des taux réduits d’IgE spécifiques anti-ovalbumine mais pas d’IgG2a. Une tendance à la baisse des cytokines Th2 (IL-4 et IL-5), par rapport aux cytokines Th1 (Infγ et IL-2) a également été notée dans les groupes de souris traitées avec l’AndoSan ®.

L’extrait de champignons utilisé ici, à base d’ Agaricus blazei Murill, pourrait donc prévenir la survenue de l’allergie lorsqu’il est utilisé avant la phase de sensibilisation mais peut-être aussi ensuite.

C’est une piste intéressante. Cependant, la toxicité éventuelle de ce champignon est débattue dans la littérature. Une toxicité hépatique est avancée par certains et contestée par d’autres…