Centres de désensibilisation.

lundi 7 décembre 2009 par Dr Hervé Masson307 visites

Accueil du site > Editorial > Edito Abonnés > Centres de désensibilisation.

Centres de désensibilisation.

Centres de désensibilisation.

lundi 7 décembre 2009, par Dr Hervé Masson

Un nouveau médicament pour traiter les allergiques vient d’obtenir son autorisation de mise sur le marché.

Il s’agit d’un comprimé permettant une immunothérapie allergénique, une désensibilisation, dans le cas de l’allergie aux pollens. Les bénéfices escomptés sont importants en terme d’efficacité, de confort et d’observance.

Malheureusement, un comprimé du même type bénéficie déjà, depuis plus d’un an, de cette même reconnaissance d’efficacité et d’intérêt pour les malades.

Pourtant, les allergiques français n’en disposent pas encore alors que les allemands en apprécient d’ores et déjà les avantages. Il semblerait que le gouvernement trouve que le comprimé est trop cher.

La solution la plus économique serait peut être alors de faire des « Centres de Désensibilisation ».

Devant l’épidémie d’allergie qui ne cesse de s’étendre, les autorités auraient décidé d’agir enfin.

Les 20 % de la population qui sont allergiques recevraient, adressés par la sécurité sociale, des bons leur permettant de se rendre dans des centres, seuls habilités à délivrer la désensibilisation par comprimés.

Il y aurait, 3 administratifs pour les accueillir après les 90 minutes de file d’attente.

Ils auraient à remplir une décharge de responsabilité qui éviterait ainsi tout recours.

Un médecin réquisitionné les examinerait et leur donnerait, éventuellement, l’autorisation de recevoir la désensibilisation.

Enfin, ils verraient une infirmière qui leur donnerait le comprimé.

Bien évidemment, du fait d’une campagne médiatique bien orchestrée, il y aurait les « Pour  » et les « Contre ».

Beaucoup d’allergiques ne seraient donc pas convaincus et les gigantesques stocks de comprimés achetés pour les centres de désensibilisation resteraient en partie gaspillés.

Ce système de distribution à grande échelle en cas d’épidémie étant en train de faire ses preuves, nous pourrions peut-être garder les infrastructures existantes pour traiter l’allergie plutôt que de distribuer bêtement en pharmacie un comprimé de désensibilisation ?