Bisphénol A présent dans les tubes pharmaceutiques, alors dangereux ?

vendredi 14 novembre 2014 par Dr Alain Thillay482 visites

Accueil du site > Allergènes > Contact > Bisphénol A présent dans les tubes pharmaceutiques, alors dangereux (...)

Bisphénol A présent dans les tubes pharmaceutiques, alors dangereux ?

Bisphénol A présent dans les tubes pharmaceutiques, alors dangereux ?

vendredi 14 novembre 2014, par Dr Alain Thillay

Allergie de contact induite par le bisphénol A diglycidyl éther lixiviable à partir de tubes d’aluminium à usage pharmaceutique. : Kristine Breuer1,*, Cornelia Lipperheide2, Uwe Lipke2, Thomas Zapf3, Heinrich Dickel4, Regina Treudler5, Sonja Molin6, Vera Mahler7, Claudia Pföhler8, Harald Löffler9, Hilmar Schwantes10 andAxel Schnuch11
DOI : 10.1111/all.12538

dans Vol. 69 Issue 12
Allergy

- Contexte :

  • Les tubes en aluminium pour utilisation pharmaceutique sont laqués intérieurement avec des résines époxy (RE) à base de bisphénol A diglycidyl éther (BADGE).
  • Récemment, il a été montré que des restes de polymérisation de RE comme le BADGE sont extractibles à partir de revêtements à base d’époxy de ces tubes disponibles dans le commerce et peuvent infiltrer les préparations médicamenteuses semi-solides.

- Objectif :

  • Nous avons cherché à évaluer l’innocuité d’un topique cutané au macrogol contaminé par du BADGE chez les individus sensibilisés au RE à base de BADGE en pratiquant des tests épicutanés.

- Méthodes :

  • Le test ouvert à application répétée ou ROAT (Repeated Open Application Test) a été pratiqué chez 11 patients sensibilisés aux résines époxy à base de BADGE avec des pommades de macrogol (3 mg/kg ; 30 mg/kg, ce qui équivaut à une concentration de BADGE déterminée après stockage dans un tube disponible dans le commerce et 300 mg/kg).

- Résultats :

  • La pommade à 30 mg/kg de BADGE a suscité des réactions chez trois patients, trois autres patients ont réagi à 300 mg/kg.
  • Aucune réaction à la pommade véhicule seule et à la concentration de 3 mg/kg BADGE n’a été observée.

- Conclusions :

  • Les concentrations élevées de BADGE dans des tubes en aluminium laqués intérieurement par des RE présentent un risque de développer une dermatite de contact chez les patients sensibilisés aux RE à base de bisphénol A diglycidyl éther.
  • Des normes de qualité sont nécessaires pour la production de tubes d’aluminium enduits de RE destinés à un usage pharmaceutique et devraient tenir compte des résultats de la présente étude ROAT.

Le bisphénol A diglycidyl ether ou BADGE est agent plastifiant universellement utilisé comme stabilisant et plastifiant dans les emballages plastiques, les vernis époxidiques pour emballages des aliments et les revêtements pour bidons et boites de conserves. Cette molécule a créé la polémique du fait de sa présence dans les biberons en matières plastiques. Il est considéré comme un agent toxique non mutagène, non carcinogène, une activité œstrogénique a été discutée.

L’article 7 de la directive 2002/72/CE limite la somme de la migration de BADGE à 1 mg/kg dans les denrées alimentaires et à 1 mg/6 dm2. La DJA de BADGE est de 0,15 mg/kg de poids corporel.

Sur le plan professionnel, des allergies de contact au BADGE ont été démontrées mais aussi des allergies respiratoires ; il apparaît que l’on peut très bien développer en premier lieu une allergie de contact puis un asthme (sensibilisation des voies respiratoires).

Ce travail émane de plusieurs centres en Allemagne, essentiellement de services de dermatologie.

Le but de ce travail était de développer une méthode de tests épicutanés afin de pouvoir diagnostiquer les allergies de contact au BADGE.

Des patients allergiques à cette molécule ont été sélectionnés.

Le véhicule de la pommade est le macrogol ; macrogol connue pour des réactions anaphylactiques lors de l’ingestion à visée thérapeutique mais aussi des allergies de contact, on voit tout l’intérêt ici de la pratique du test témoin à ce véhicule.

Plusieurs concentrations de BADGE ont été essayées, 3 mg/kg, 30 mg/kg et 300 mg/kg, les deux premières concentrations correspondent à la concentration due à la lixiviation à partir de l’enduit des tubes pharmaceutiques.

30 mg/kg et 300 mg/kg semblent les deux concentrations pertinentes.

Les auteurs de conseiller des normes de fabrication pour ces tubes pharmaceutiques, gageons que ces fabricants sont déjà au fait des normes européennes déjà édictées.