Nouvelle technologie : le plasma performant dans l’allergie aux AINS !!

mardi 3 juillet 2007 par Dr Stéphane Guez2061 visites

Accueil du site > Allergènes > Médicaments > Nouvelle technologie : le plasma performant dans l’allergie aux AINS (...)

Nouvelle technologie : le plasma performant dans l’allergie aux AINS !!

Nouvelle technologie : le plasma performant dans l’allergie aux AINS !!

mardi 3 juillet 2007, par Dr Stéphane Guez

Quel allergologue n’a pas rêvé d’avoir à sa disposition un test cutané relativement simple lui permettant, face à un patient ayant fait une urticaire aigue, de savoir si ce patient réagira ou non à un autre AINS ? Et bien avec cet article, le rêve pourrait devenir réalité…

Valeur prédictive des tests cutanés avec plasma autologue dans les intolérances médicamenteuse aux anti-inflammatoires non stéroïdiens. (AINS) : Riccardo Asero

Ambulatorio di Allergologia, Clinica San Carlo, Paderno Dugnano, Italy

dans International Archives of Allergy and Immunology 2007 ;144:226-230 (DOI : 10.1159/000103996)

- Introduction :

  • Des études récentes montrent que les patients ayant une intolérance multiple aux AINS sont caractérisés de façon fréquente par une auto-réactivité qui peut être détectée par des tests au sérum autologue.

- Objectif de l’étude :

  • Il a été d’évaluer si le test avec le plasma autologue, un test démontré récemment comme plus sensible que le test classique avec le sérum autologue, peut être employé en routine comme test prédictif d’une intolérance multiple aux AINS chez les patients ayant des antécédents d’intolérance à un seul AINS.

- Matériel et méthode :

  • 30 patients adultes sans autre problème de santé qu’une urticaire aigue à la suite de l’ingestion d’un AINS unique ont subi :
    • des tests au plasma autologue
    • avant d’avoir un test de provocation par un AINS inhibiteur des cox 1 autre que la molécule initialement responsable.

- Résultats :

  • 16 patients ont une urticaire après ingestion d’un autre AINS et sont alors considérés comme des intolérants à tous les AINS.
    • Les 16 patients (100%) ont des tests cutanés positifs avec le plasma autologue.
  • Inversement, seulement 3 des 14 patients classés comme intolérant à un seul AINS ont un test cutané positif avec le plasma autologue (p<0.001).
  • Les valeurs prédictives positives et négatives des tests cutanés au plasma autologue dans le diagnostic d’une intolérance multiple aux AINS sont respectivement de 86% et 100%.

- Conclusion :

  • Chez les patients ayant des antécédents d’urticaire aigue après la prise unique d’un AINS, les tests cutanés au plasma autologue peuvent être employés pour détecter les patients qui sont susceptibles de faire une réaction aux AINS autres que la molécule impliquée initialement.

Dans ce travail, les auteurs démontrent que des tests cutanés avec du plasma autologue permettent, en cas de positivité, d’identifier parmi des patients ayant fait une urticaire aigue à un AINS, ceux qui seront intolérants multiples à tous les AINS.

Les valeurs prédictives sont élevées.

L’auteur a beaucoup publié depuis une dizaine d’années sur ce sujet.

L’idée de départ est l’observation fréquente d’une intolérance aux AINS chez les patients ayant une urticaire chronique auto-immune. Chez ces derniers patients il a été mis en évidence des propriétés particulières du sérum qui peut activer les mastocytes par le biais d’auto-anticorps.

La réalisation des tests avec le sérum fait certainement perdre des propriétés particulières qui peuvent exister dans le plasma. Le sérum en effet est du plasma sans fibrinogène obtenu après coagulation alors que pour obtenir du plasma il faut faire un prélèvement sanguin sur un tube hépariné. De nombreuses molécules restent alors en suspension et ne sont pas précipitées dans le caillot.

L’auteur démontre que les tests cutanés faits avec le propre plasma du patient, sont positifs quasiment seulement chez les patients qui sont intolérants à tous les AINS.

Ils sont négatifs chez les patients qui ont une réaction urticarienne à une seule molécule et pour lesquels on peut certainement parler alors d’allergie médicamenteuse.

Il semble donc que l’on puisse faire une association forte entre intolérance aux AINS et urticaire auto-immune aussi bien dans les cas d’urticaire aiguë que chronique.

Il serait intéressant de tester cette hypothèse et les conclusions de ce travail, les données de la littérature reposant quasiment exclusivement pour l’instant sur une seule et même équipe.