orl

À propos de orl

Articles

0 | ... | 120 | 130 | 140 | 150 | 160 | 170 | 180 | 190 | 200 | 210

  • Les pollens s’attaquent à tout le corps.

    4 décembre 2002, par Dr Alain Thillay

    Si j’ai bien compris, les périodes favorables à la rhinite allergique, ici correspondant aux pollens, n’affectent pas seulement les allergiques mais aussi les non allergiques (migraineux, dépressif, anxiété). Ceci tendrait à dire que la pollution pollinique favoriserait d’autre pathologie. Par contre, un bémol pour les pathologies infectieuses telles angines, otites, sinusites ; il peut bien s’agir de (...)

  • Même à toute vitesse la désensibilisation sublinguale est sûre !

    3 décembre 2002, par Dr Alain Thillay

    C’est une bonne nouvelle, l’ITSL reste bien tolérée même à fortes doses en protocole d’induction accéléré. Dans la pratique courante, on voit essentiellement des réactions au niveau buccal qui, d’ailleurs, s’estompent en poursuivant l’immunothérapie. Personnellement, j’ai observé qu’un cas sérieux d’œdème pharyngo-laryngé, chez une patiente adulte qui avait commencé l’induction par le flacon à 300 IR/ml. (...)

  • Enfants allergiques au acariens : manifestez pour dormir dans votre classe ! ! !

    28 novembre 2002, par Dr Stéphane Guez

    Cette étude confirme des travaux antérieurs qui avaient également montré que finalement dans l’ensemble de l’environnement, c’est bien la chambre à coucher de notre domicile qui est la plus riche en acariens. Il est intéressant de noter que c’est dans nos maisons que le taux d’humidité relative est le plus élevé et il s’agit vraisemblablement du facteur le plus important pour expliquer le développement (...)

  • « Sniffer » de l’aspirine : acte diagnostic ou conduite addictive ?

    24 novembre 2002, par Dr Stéphane Guez

    Il s’agit d’un article de synthèse qui propose une explication physiopathologique commune pour expliquer les différentes facettes de la maladie de Widal, ou asthme avec intolérance à l’aspirine. Les auteurs exposent aussi l’intérêt d’un test de provocation par voie nasale, beaucoup moins dangereux que le test de provocation par l’aspirine par voie orale qui risque déclencher une crise d’asthme grave. (...)

  • Faites cracher vos patients atteints de rhinite allergique aux acariens !

    21 novembre 2002, par Dr Alain Thillay

    L’Allergologue connaît bien cette problématique : devant une rhinite perannuelle allergique aux acariens quels sont les critères qui vont permettre de poser le diagnostic d’un asthme au début donc le plus souvent intermittent. A mon avis, ici ce qui compte c’est l’interrogatoire minutieux à la recherche de symptômes tels que la toux, les sensations de gêne respiratoires, particulièrement la nuit et (...)

  • Même neufs, les matelas sont bourrés d’allergènes.

    17 novembre 2002, par Dr Dominique Marchand

    L’orientation TH2 naturelle des nouveau-nés et nourrissons favorise les sensibilisations allergèniques précoces et imposent aux parents d’aménager leur environnement sur des critères d’exigence, d’autant plus s’il existe un risque atopique familial. Rappelons qu’un enfant sensibilisé aux pneumallergènes avant l’âge de 2ans a 9 fois plus de chance de devenir asthmatique à l’âge de 5-6 ans. L’étude (...)

  • Otite et allergie : Y a-t-il un rapport ?

    12 novembre 2002, par Dr Hervé Masson

    Il n’existe pas de signe statistique évident que l’allergie soit un facteur d’apparition ou d’entretien de l’otite moyenne aiguë. Cependant, il reste évident pour les cliniciens que le fait de souffrir de trouble de la perméabilité nasale contribue à entretenir, voire favoriser, la pathologie de l’oreille moyenne. Par contre, l’allergie, d’après cette étude, n’est pas le facteur le plus important à (...)

  • Sainte aspirine, mère de tous les maux, sauvez nos asthmatiques !

    9 novembre 2002, par Dr Stéphane Guez

    Cet étude conclue donc au bénéfice d’un traitement par aspirine au long cours chez les patients présentant une maladie de Widal. Il faut cependant préciser, pour éviter toute confusion, qu’il s’agit d’une induction de tolérance à l’aspirine et non d’une désensibilisation car les patients ne peuvent toujours pas tolérer de fortes doses d’aspirine, et à l’arrêt du traitement pendant plusieurs jours ils ne (...)

  • Polypose nasale : caractère sexuel secondaire ?.

    31 octobre 2002, par Dr Stéphane Guez

    Il faut donc retenir de cette étude la nette prédominance masculine, l ’expression clinique qui est différente en fonction du sexe : association plus fréquente à de l’asthme et à une rhinite chez les femmes. Les facteurs environnementaux professionnels semblent y jouer un rôle puisqu’il y a 2 fois plus d’hommes que de femmes, avec une nette exposition chez ces derniers aux polluants professionnels. (...)

  • Allergique certes, mais d’un nez seulement !

    28 octobre 2002, par Dr Alain Thillay

    A mon avis, cette étude est à prendre avec des pincettes. D’abord, le nombre faible de patients inclus peut constituer un biais de mauvaise représentativité. Ensuite, il s’avère que j’ai une expérience importante de TPN sous contrôle rhinothermométrique et rhinomanométrique tant en patientèle libérale qu’hospitalière. Les confrères m’adressent toutes ces rhinites qui ne font pas leur preuve et dont les (...)

0 | ... | 120 | 130 | 140 | 150 | 160 | 170 | 180 | 190 | 200 | 210


Pas encore abonné?


Toutes les archives

Accédez à toutes les archives classées mois par mois

06/2015 |