Vaccins et probiotiques : une association dangereuse ?

mardi 10 octobre 2006 par Dr Stéphane Guez2988 visites

Accueil du site > Maladies > Traitements > Vaccins et probiotiques : une association dangereuse ?

Vaccins et probiotiques : une association dangereuse ?

Vaccins et probiotiques : une association dangereuse ?

mardi 10 octobre 2006, par Dr Stéphane Guez

Les probiotiques sont considérés comme la réponse simple au problème complexe de l’allergie : une prise précoce avant la naissance et pendant les premiers mois de la vie pourrait permettre de modifier le système immunitaire dans le bon sens. Mais justement, y a-t-il une modification de la réponse à IgG ?

Effets des probiotiques sur les réponses anticorps aux vaccins chez les enfants : une étude randomisée en double aveugle contre placebo. : Kaarina Kukkonen1, Tea Nieminen2, Tuija Poussa3, Erkki Savilahti2 and Mikael Kuitunen1

1Skin and Allergy Hospital, University of Helsinki, Helsinki, Finland, 2The Hospital for Children and Adolescents, University of Helsinki, Helsinki, Finland, 3STAT-consulting, Tampere, Finland

dans Pediatric Allergy and Immunology 17 (6), 416-421

- Introduction :

  • Les probiotiques sont des immuno-modulateurs et ils peuvent affecter les réponses immunes humorales aux vaccins.
  • En raison de l’accumulation de preuves concernant leurs effets bénéfiques sur la santé, les probiotiques sont de plus en plus prescrits chez les enfants allergiques.

- Objectif de l’étude :

  • Les auteurs ont étudié les effets des probiotiques sur les réponses anti-corps (AC) aux vaccins suivants : tétanos, diphtérie et haemophilus B (HiB) chez des enfants de 6 mois inclus dans une étude en double aveugle contre placebo randomisée dans le cadre d’une étude de prévention des allergies.

- Méthodologie :

  • Les mères enceintes d’enfant ayant des risques atopiques élevés ont reçu une combinaison de 4 probiotiques ou un placebo pendant 4 semaines avant l’accouchement.
  • Pendant les 6 premiers moins de vie les enfants ont reçus les mêmes probiotiques ou un placebo.
  • Les enfants ont été immunisés avec le DTP à l’age de 3, 4 et 5 mois et avec le vaccin anti-haemophilus B à 4 mois.
  • Les taux sériques d’anticorps anti-diphtérie, tétanos et HiB ont été mesurés à 6 mois.

- Résultats :

  • Dans le groupe probiotiques :
    • les concentrations protectrices d’AC contre l’haemophilus (> 1 microg/ml) sont plus fréquents, 16 sur 32 (50%) versus 6 sur 29 (21%) (p= 0.020)
    • et la moyenne géométrique de la concentration en IgG tend à être à plus de 0.75 (0.15 - 2.71) microg/ml par rapport au groupe placebo : 0.40 (0.15-0.92) microg/ml, (p=0.064).
  • Dans ces groupes, les titres en IgG vis-à-vis de la diphtérie et du tétanos sont identiques (diphtérie : 0.38 (0.14-0.78) vs. 0.47 (0.19-1.40) IU/ml (p = 0.449), et tétanos : 1.01 (0.47-1.49) vs. 0.81 (0.56-1.39) IU/ml (p = 0.310)).

- Conclusion :

  • Chez les enfants pour lesquels on recommande un traitement préventif anti-allergique par des probiotiques, il n’y a pas d’incidence sur la production des IgG vis-à-vis des vaccins contre diphtérie, tétanos et haemophilus B mais il peut y avoir une augmentation de la réponse au vaccin vis-à-vis de l’haemophilus.

Dans ce travail réalisé de façon randomisée en double aveugle contre placebo, les auteurs ont étudié les effets des probiotiques sur la réponse IgG aux vaccins contre la diphtérie, le tétanos et l’haemophilus B. Il n’y a pas de modification ou dans le sens d’une augmentation des IgG pour la réponse à la diphtérie.

Les probiotiques sont à la mode et pourraient influencer la différenciation du système immunologique du petit enfant. L’idée est que ces probiotiques stimuleraient les lymphocytes Th1 et donc diminueraient les Th2 responsables des manifestations allergiques par le biais des IgE.

Il est donc intéressant de se demander si les probiotiques peuvent augmenter la production des IgG vis-à-vis des vaccins chez les enfants.

La réponse est donc non ou plutôt d’une augmentation pour les AC vis-à-vis de la diphtérie.

Faut-il se poser des questions sur l’efficacité réelle des probiotiques au vu de ces résultats ?

Sûrement pas, pour plusieurs raisons : d’abord l’étude porte sur peu d’enfants. D’autre part, l’objectif des probiotiques est de réorienter la réponse vis-à-vis des allergènes et non de stimuler la réponse à IgG. Et il vaut mieux car il y aurait alors un risque de voir apparaître des affections auto-immunes.

Donc, il faut seulement retenir que les probiotiques ne modifient pas de façon significative la réponse des Th1 et qu’il n’y a donc pas de risque de provoquer des maladies auto-immunes chez les enfants ayant des risques atopiques et chez lesquels sont prescrits des probiotiques.