Enregistrer au format PDF

Tester les lipoprotéines de l’armoise serait un moyen diagnostic fiable dans les allergies aux rosacées .

par Dr Isabelle Bossé

publié le  26 juin 2002

Les auteurs démontrent dans cette étude que les lipoprotéines des rosacées et de l’armoise sont similaires et permettent un diagnostic in vivo d’allergie aux fruits.

Exemples de réactivité aux lipoprotéines d’aliments végétaux et à l’armoise : une étude in vivo. : Garcia-Selles FJ, Diaz-Perales A, Sanchez-Monge R, Alcantara M, Lombardero M, Barber D, Salcedo G, Fernandez-Rivas M dans Int Arch Allergy Immunol 2002 Jun ;128(2):115-22

Les lipoprotéines sont l’allergène principal des fruits de la famille des rosacées dans la région méditerranéenne. Une réactivité croisée IgE a été demontrée in vitro entre les lipoprotéines de la pêche, de la pomme, de la noisette et le pollen d’armoise. Le but de cette étude était d’évaluer la réactivité aux lipoprotéines de la pêche, la pomme la noisette et le pollen d’armoise par tests cutanés.

- Méthode : 47 patients allergiques à la pêche( groupe pêche), 20 patients sensibilisés au pollen d’armoise sans allergie alimentaire ( groupe armoise), et 12 témoins ont été testés avec de la pêche native, mais également à l’extrait commercial total de pêche et aux lipoprotéines purifiées de pêche, de pomme, de noisette et au pollen d’armoise.

- Résultats : les taux de positivité des tests cutanés pour la pêche, la pomme, la noisette et l’armoise étaient respectivement de 91, 77, 23, et 36 % dans le groupe pêche ; et de 30,5,15 et 40 % dans le groupe armoise. Aucun test positif n’a été retrouvé chez les témoins. Les tests cutanés aux lipoprotéines étaient très corrélés aux tests à la pêche fraîche. Dans le groupe pêche, l’association la plus fréquente était pêche/pomme (45%), suivie par pêche/pomme/armoise/noisette ( 21%). Une corrélation significative a été retrouvée entre les lipoprotéines de pomme et de pêche et entre l’armoise et les lipoprotéines de noisette. Les tests cutanés positifs aux lipoprotéines de noisette ne sont constatés que chez les patients avec un test cutané positif aux lipoprotéines d’armoise. Tous les patients avec une histoire clinique positive à la noisette réagissent aux lipoprotéines de noisette.

- Conclusion : les lipoprotéines sont des panallergènes végétaux avec différentes possibilités de réactivités croisées. Ce sont les allergènes majeurs des fruits de la famille des rosacées et semblent être impliquées dans les réactions allergiques non rapportées à un produit alimentaire comme les noisettes, probablement en raison de la réactivité croisée avec les lipoprotéines de l’armoise. Les lipoprotéines des rosacées pourraient être utilisées comme moyen diagnostique pour le diagnostic in vivo des allergies aux fruits de la famille des rosacées

 Dr Isabelle Bossé

Commentaire de l'auteur :

Il semblerait effectivement intéressant de pouvoir tester les protéines végétales responsables d’allergies alimentaires et d’allergies polliniques croisées puisqu ’elles en sont le support allergénique…. En attendant nous devrons continuer de tester au choix les extraits commerciaux et les fruits natifs, à condition que ce soit la saison !

référence :

http://www.allergique.org/article131.html


Dans la même rubrique

La profiline au Portugal comme ailleurs, ça marche !, Dr Alain Thillay
Les profilines sont ubiquitaires du monde végétal particulièrement, pour ce qui concerne l’allergologue, les pollens, les fruits, les légumes et même le latex. Un rapide tour (...)
Ah non, les « roses, assez » pour les allergiques au « boulot » ! !, Dr Stéphane Guez
Dans ce travail, les auteurs démontrent que les allergènes des fruits en particulier de la cerise, qui sont des protéines de transfert lipidiques ont 2 particularités : elles (...)
Les profilines, mise au point sur un sujet un peu flou., Dr Hervé Couteaux
Le titre de cette étude en résume bien les principaux résultats. Présentes dans le cytoplasme du grain de pollen et dans le tube pollinique, les profilines sont relarguées dans (...)
Immigration et allergie : le « bouleau » ne connaît pas les frontières !!!, Dr Stéphane Guez
Dans ce travail, les auteurs montrent qu’une population de japonais exposés au bouleau se sensibilise essentiellement à Bet v 1. Cette sensibilisation est identique à celle (...)
Rhinite allergique au pollen de bouleau, il faut penser au duodénum., Dr Alain Thillay
Etude très intéressante qui suggère que lorsque l’on présente une rhinite allergique pollinique, il existe une inflammation de type I non seulement au niveau des muqueuses de (...)