Enregistrer au format PDF

Aux USA l’interdiction du tabagisme public a encore des progrès à faire !

par Dr Alain Thillay

publié le  19 juillet 2003

Le tabagisme est avec l’alcoolisme la toxicomanie la plus répandue. Les interdictions de fumer sont fréquentes aux Etats-Unis, tout particulièrement dans les lieux publics. Les américains sont-ils respectueux de ces règles ? Ont-ils pris conscience du danger que représente le tabagisme passif pour leurs enfants ?

Attitudes et pratiques des adultes américains concernant les restrictions du tabagisme et l’exposition des enfants à la fumée de tabac. : Robert C. McMillen, PhD*,, Jonathan P. Winickoff, MD, MPH,, Jonathan D. Klein, MD, MPH, and Michael Weitzman, MD
* Social Science Research Center, Mississippi State University, Starkville, Mississippi
Tobacco Consortium of the American Academy of Pediatrics’ Center for Child Health Research, Rochester, New York
Center for Child and Adolescent Health Policy, MassGeneral Hospital for Children, Boston, Massachusetts
Massachusetts General Hospital Tobacco Research and Treatment Center, Boston, Massachusetts
American Academy of Pediatrics Center for Child Health Research and Strong Children’s Research Center, University of Rochester, Rochester, New York
dans PEDIATRICS Vol. 112 No. 1 July 2003, pp. e55-e60

- OBJECTIF.

  • Une grande proportion d’habitations et d’automobiles sont autant de lieux constituant un environnement exposant à la fumée de tabac (EFT), ainsi que de nombreux lieux publics que les enfants fréquentent et qui sont pourtant interdits de fumer.
  • Les efforts de contrôle du tabagisme sont tentés par l’augmentation de l’interdiction de fumer.
  • L’objectif de cette étude était de décrire les connaissances, les attitudes et les pratiques des fumeurs et des non-fumeurs à propos des restrictions de fumer, et, l’exposition des enfants aux EFT dans les lieux publics et privés, et, enfin de rapporter les changements entre 2000 et 2001.

- METHODES.

  • Nous avons analysé les données en section croisée provenant de l’étude annuelle du contexte social du contrôle du tabac (Social Climate Survey of Tobacco Control) pour ce qui concerne les modifications des connaissances, les attitudes et les pratiques à propos du tabac.
  • Ces données étaient collectées par l’intermédiaire d’enquêtes téléphoniques randomisées, conduites dans les étés de 2000 et de 2001.
  • Les échantillons étaient équilibrés en fonction de la race et du genre pour être représentatifs de la population des Etats-Unis.

- RESULTATS.

  • Le taux de réponses effectif des adultes éligibles contactés était de 1501 (75%) de 1876 en 2000 et 3002 (84%) de 3566 en 2001.
  • La majorité des adultes, aussi bien les fumeurs que les non-fumeurs, est d’accord avec les interdictions de fumer dans de nombreux endroits.
  • L’ensemble des répondeurs rapporte l’existence d’interdiction de fumer dans nombre de lieux publics ou privés en augmentation entre 2000 et 2001 : l’habitat (69% à 74%), en présence d’enfants (84 à 88%), magasins de quartier (68 à 74%), fast-food ( 52% à 58%), restaurants (25% à 28%).
  • Le respect des interdictions de fumer augmentent aussi dans les centres commerciaux (71% à 75%), fast-food (77% à 80%) et évènements sportifs en salle (78% à 80%).
  • Il n’y avait pas de changement significatif dans le respect des interdictions de fumer dans les magasins de quartier, les restaurants et les parcs.
  • Les connaissances des adultes concernant les effets nuisibles du tabac restent inchangées, avec une grande majorité des adultes qui reconnaissent le danger de l’exposition à un EFT du fait du tabagisme parental (95%) et du fait de l’exposition à un EFT en automobiles (77%).

- CONCLUSIONS.

  • Entre 2000 et 2001, on ne constate que des améliorations peu importantes dans l’attitude des adultes et dans les pratiques concernant l’exposition des enfants à un EFT. Cependant, un nombre significatif d’adultes américains rapporte encore leur ignorance sur les effets nuisibles de l’exposition des enfants à la fumée de tabac, et, il n’existait pas d’amélioration des connaissances rapportées dans la période d’un an.
  • Par contre, une majorité croissante de fumeurs et de non fumeurs sont favorables au restriction du tabagisme dans les lieux publics, suggérant que les états et les communautés ont le soutien du public pour une politique de restriction du tabagisme dans les lieux publics.
  • Les Pédiatres pourraient jouer un rôle important dans la prévention de l’exposition des enfants aux EFT, au travers de l’éducation, à la fois, du patient et de sa famille et en militant pour une politique de restriction du tabagisme.

 Dr Alain Thillay

Commentaire de l'auteur :

Les résultats de cette étude, bien que critiquables du fait du biais que constitue une enquête téléphonique -elle pêche sans doute par défaut -, montrent toute la difficulté de la prévention du tabagisme et du respect des zones d’interdiction.

Par contre, les auteurs jugent qu’il y a peu de progrès dans la prise de conscience des problèmes liés au tabagisme passif, ils sont sans doute un peu pessimistes. Les choses bougent-elles aussi facilement que cela en un an dans une société ? On notera tout de même une progression du respect des interdictions de fumer.

Bien sûr, on constate toute l’ambiguïté du problème, lorsque les auteurs montrent que la majorité des américains, fumeurs et non-fumeurs, sont d’accord pour l’extension des zones d’interdiction et leur respect, alors que dans le même temps, ils semblent encore ignorer les ravages du tabagisme passif sur leurs enfants.

Le tabagisme passif a deux conséquences. La première a fait l’objet sur ce site de nombreuses traductions de résumés d’articles montrant bien, par exemple, l’effet sur l’apparition d’un asthme chez l’enfant, et l’augmentation de son intensité ; ce sont donc toutes les retombées sur la santé des enfants. La seconde, encore plus grave peut-être, est de susciter des vocations. Les statistiques le démontrent, les enfants de parents fumeurs ont plus de risque de devenir tabagique. Ainsi, le cercle vicieux est fermé et peut donc durer très longtemps.

Les auteurs évoquent quelques suggestions aux Pédiatres, éducation des patients, des parents des patients et de s’inscrire dans la lutte pour le respect des interdictions de fumer. Si certes, il faut informer pour prévenir, il reste que le respect des interdictions de fumer est primordial.

Ici, il s’agit d’une étude américaine, beaucoup de personnes connaissent la rigueur dans le respect des interdictions de fumer aux USA. Nous voudrions bien voir en France un tel respect.

référence :

http://www.allergique.org/article1382.html


Dans la même rubrique

La Lettre de l’AFPRAL n°12 — 14 octobre 2003, Afpral, Dr Philippe Auriol
L’AFPRAL - Association Française pour la Prévention des Allergies Association à but non lucratif, constituée de bénévoles, l’AFPRAL rassemble des patients et oeuvre pour (...)
Grosse colère : oui et oui, il faut poursuivre les vaccinations de nos enfants !!, Dr Stéphane Guez
Dans cette étude reposant sur le suivi d’une cohorte d’enfants de la naissance à l’age de 7.5 ans, les auteurs démontrent qu’il n’y a pas de lien entre le fait de développer un asthme (...)
Afpada - Etudes et patients, Dr Philippe Auriol, Michèle Lamirand
Ce texte a été également signé initialement par Caroline Morice de l’association des polyallergiques.
Que donner aux nourrissons allergiques au lait de vache et de soja ?, Dr Alain Thillay
Nous sommes en présence ici de cas graves d’allergie au lait de vache. En effet, les sujets ont un âge moyen de 5 ans, ce qu’implique nombre de sujets âgés de plus de 2 ans donc (...)
La Lettre de l’AFPRAL n°9 — 18 juillet 2002, Dr Philippe Auriol
Un Grand merci à l’afpral pour ce travil de fond au près de ceux qui souffrent des allergies. Les intitiatives de l’afpral sont bien souvent une mine d’or pour (...)