Enregistrer au format PDF

J’peux plus le sentir ou kan lodora adératé

par Dr Hervé Couteaux

publié le  9 février 2004

Avec la dysperméabilité nasale, les troubles de l’osmie sont une des composantes importantes du handicap généré par une pathologie O.R.L. chronique. Cette équipe chinoise s’est intéressée aux facteurs de récupération de l’odorat après chirurgie endoscopique sinusienne.

Facteurs affectant l’amélioration de la fonction olfactive après chirurgie des sinus par voie endoscopique chez des patients souffrant de sinusite chronique et/ou de polypose nasale. : Wang X, Yin J, Zhai S.

Research Laboratory of Otorhinolaryngology, PLA General Hospital, Beijing 100853

dans Lin Chuang Er Bi Yan Hou Ke Za Zhi. 2003 Oct ;17(10):609-11

- Objectif  : investiguer les facteurs reliés à l’amélioration de l’olfaction après chirurgie endoscopique des sinus (CES) chez des patients atteints de sinusite chronique et/ou de polypose nasosinusienne.

- Méthode :

  • 14 patients souffrant de sinusite chronique et/ou de polypose nasosinusienne présentaient également une dysfonction olfactive.
  • À six mois après CES, l’évaluation de l’olfaction a montré l’amélioration chez 27 patients, ce qui correspond à un taux effectif de 61,36 %.
  • Utilisant un modèle de régression logique, nous avons analysé des facteurs tels que le sexe, le stade de la maladie, sa localisation, l’allergie, la durée de la dysfonction olfactive et sa surveillance.

- Résultats  : contrairement au sexe, la localisation de la maladie et la durée de la dysfonction olfactive, le stade de la maladie, l’allergie et le suivi ont eu un effet significatif sur l’amélioration de l’olfaction.

- Conclusion : dans le but d’améliorer l’olfaction chez des patients atteints de sinusite chronique et/ou de polypose nasosinusienne, il est important de tenir compte de la rhinite allergique dans l’optique d’une CES.
On devrait insister davantage sur le suivi.

 Dr Hervé Couteaux

Commentaire de l'auteur :

Dans ces temps difficiles pour l’allergologie, voilà une étude qui nous fait du bien : l’allergie n’a pas la place qu’elle mérite !

Avant toute chirurgie endoscopique sinusienne, tout O.R.L. attentif veillera désormais à envisager l’éventualité d’une allergie sous-jacente et à la prendre en compte en demandant un bilan et une prise en charge allergologique.

Les auteurs insistent également sur l’importance de la surveillance.

Dans les traces du consensus ARIA, voilà une pierre importante à l’édifice (sans cesse amélioré) d’une prise en charge satisfaisante : la rhinite est une pathologie à part entière, qui se trouve à l’origine d’un handicap parfois lourd . Ceci justifie cela.

référence :

http://www.allergique.org/article1950.html


Dans la même rubrique

Dans la famille atchoum, je voudrais le fils …,
Cette étude rappelle le rôle de l’hérédité chez les petits allergiques mais chose plus intéressante, chez les petits rhinitiques non allergiques. La notion d’un poids plus important (...)
Tousser n’est pas éternuer : le nouveau Bond ? Non, la dernière étude..., Dr Stéphane Guez
Dans cette étude, les auteurs montrent que les relations entre la rhinite et la toux d’une part et les sifflements bronchiques d’autre part sont complexes. La rhinite est (...)
Plus on est sale, moins on est allergique !, Dr Alain Thillay
La Tasmanie est une île d’Océanie, état australien, située à 240 km de la côte sud-est de l’Australie. Cette étude de cohorte comptant 8583 individus est en grande partie une étude (...)
Les antinucléaires se manifestent aussi dans la PNS !, Dr Alain Thillay
Si la polypose nasosinusienne a vu sa prise en charge thérapeutique nettement améliorée par la corticothérapie nasale, les mécanismes physiopathologiques intimes qui président à (...)
L’acupuncture dans la rhinite allergique, c’est comme Dieu, il faut y croire…, Dr Alain Thillay
Régulièrement, les tenants des médecines alternatives s’essaient à démontrer une efficacité dans la rhinite allergique. Ici, il s’agit d’une étude émanant de l’Institut de Médecine (...)