Enregistrer au format PDF

Les brackets sans nickel, c’est nickel !

par Dr Alain Thillay

publié le  18 décembre 2007

L’allergie de contact au nickel est bien connue et fréquente. Les auteurs brésiliens de ce travail se sont posés la question de savoir si, chez des patients suivant un traitement orthodontique, ayant un test épicutané au nickel positif, il existait une réactivité aux brackets conventionnels contenant du nickel par rapport à des brackets sans nickel.

Hypersensibilité aux brackets orthodontiques conventionnels ou sans nickel. : Pantuzo MC, Zenóbio EG, Marigo HD, Zenóbio MA.

School of Dentistry, Pontifical Catholic University of Minas Gerais.

dans Braz Oral Res. 2007 ;21(4):298-302.

- Objectifs :

  • Le but de cette étude était d’évaluer le potentiel allergénique des brackets orthodontiques, comparant la sensibilité cutanée provoquée par les métaux présents dans les brackets métalliques classiques à celle provoquée par des brackets à faible concentration de nickel, connu sous le nom de "sans nickel".

- Méthodes :

  • Un échantillon a été sélectionné parmi 400 patients soumis à un traitement orthodontique à la clinique de l’Université catholique pontificale de Minas Gerais (Belo Horizonte, MG, Brésil), dans la période allant du début de 2002 à la fin de 2003.
  • Un test épicutané à 5% de sulfate de nickel a été utilisé chez 58 des patients (30 hommes et 28 femmes), âgés de 11 à 30 ans, chez qui ont été fixés des brackets de type Morelli (R) au niveau des deux arcs.
  • Dans une deuxième phase, 30 jours plus tard, un test comparatif de la sensibilité cutanée a été appliqué à l’ensemble de l’échantillon avec les deux types d’alliage, sous la forme d’un disque.
  • Deux alliages ont été testés :
    • disques composés de l’alliage utilisé dans la fabrication des brackets conventionnels,
    • et des disques composés de l’alliage sans nickel.
  • La partie interne de l’avant-bras a été choisie pour les tests, et 20 échantillons de chaque alliage (correspondant aux 20 brackets d’un appareil fixe complet) ont été appliqués.

- Résultats :

  • Sur les 58 patients évalués, 16 patients étaient sensibles au test épicutané comportant 5% de sulfate de nickel.
  • Sur ces 16 patients, 12 ont développé une réaction allergique à l’alliage avec nickel, tandis qu’avec l’alliage sans nickel, seuls 5 patients ont montré une sensibilité à ce dernier.

- Conclusion :

  • Le test de McNemar a révélé que l’alliage sans nickel provoque moins de réactions allergiques par rapport à l’alliage conventionnel (p = 0,016).

 Dr Alain Thillay

Commentaire de l'auteur :

Pour cette traduction, je me suis permis de conserver le mot « bracket », mais au fait que cela signifie-t-il dans le domaine de l’orthodontie. Le bracket est une attache appliquée et fixée sur la bague dentaire et comportant une gorge dans laquelle peut s’insérer un arc orthodontique.

Certes, nous pourrions traduire cela par console, boîtier, verrou, platine, mais l’usage, même en France, est d’avoir recours au mot bracket.

Le principe de l’étude, parmi 400 patients suivant un traitement orthodontique, 58 sont sélectionnés pour l’étude. Malheureusement, le résumé ne précise pas, même à minima, quels ont été les critères de sélection. S’agit-il de patients qui se plaignent de leur appareil dentaire ? S’agit-il de patients qui présentent des lésions des muqueuses jugales évoquant une allergie ? Il faudra lire le texte intégral pour le savoir.

Ensuite, les 16 patients sensibilisés au nickel sont testés avec les deux alliages des brackets avec ou sans nickel, 20 petits disques des deux alliages pour simuler au plus près la réalité, il y a 20 brackets pour soutenir un arc orthodontique complet. Parmi eux, 12 ont réagi à l’alliage conventionnel et seulement 5 pour l’alliage sans nickel. Ces résultats sont significatifs selon l’analyse statistique pratiquée à l’aide du test de McNemar. Le test de McNemar est un outil statistique qui permet de vérifier si un changement d’état binaire est « statistiquement significatif. Autrement dit, c’est un test à mesures répétées pour variables dichotomiques.

Ainsi, il vaudrait mieux utiliser des brackets sans nickel pour éviter des sensibilisations à ce métal.

Ce travail renvoie l’allergologue à une problématique classique, celle de ces patients souvent âgés qui présentent une « intolérance » à leur appareil dentaire. Le plus souvent, il n’existe pas de lésions typiques d’une allergie de contact.

Dans ces cas, lorsque les tests aux métaux prothétiques dentaires sont positifs, doit-on faire déposer la prothèse et la faire remplacer par une résine ? Pour ma part, les quelques fois où j’ai conseillé le changement de matériel, j’ai été déçu et le patient encore plus.

Tout cela pour dire que je n’ai pas l’impression qu’il existe beaucoup d’allergie de contact aux métaux prothétiques, particulièrement chez l’enfant ou l’adolescent, mais peut-être bénéficient-ils de brackets sans nickel ?

référence :

http://www.allergique.org/article3493.html


Dans la même rubrique

L’eczéma attend parfois le nombre des années pour s’exprimer !, Dr Alain Thillay
Les résultats de cette étude n’expriment rien d’autre que le fait que, sur la masse d’adultes consultant pour bilan d’un eczéma, près de 9% sont des dermatites atopiques. Les auteurs (...)
Faut-il bourrer d’huile de bourrache les patients atteints d’eczéma atopique ?, Dr Alain Thillay
Des études antérieures ont suggéré que les acides gras essentiels, tout particulièrement l’acide gamma-linolénique, pouvaient jouer un rôle dans la pathogénie de la dermatite (...)
Les atopiques doivent aller à l’école...de l’atopie ! Utopie ?, Dr Alain Thillay
Je suis bien d’accord, il faut responsabiliser les enfants, d’ailleurs quelle que soit la pathologie dont il souffre, pour qu’ils prennent en charge une part de la thérapeutique (...)
Beau cadeau de noël pour les allergiques au nickel : ni piqures, ni perfusions., Dr Stéphane Guez
Dans ce travail les auteurs rapportent 4 cas de dermatite de contact systémique chez des patientes allergiques au nickel, après pose d’une perfusion avec un cathéter contenant du (...)
Cette étude sur la dermatite atopique va faire un tabac chez les marchands de cigarettes ! !, Dr Stéphane Guez
Dans ce travail, les auteurs démontrent que l’exposition au tabagisme passif augmente de façon significative la prévalence de la dermatite atopique et que chez des enfants à (...)