Enregistrer au format PDF

La mort du bâtiment ?

publié le  27 mars 2014

Impact des nouvelles constructions sur la rhinite des enfants : étude ISAC de phase III en Corée : Hahm M-I, Chae Y, Kwon H-J, Kim J, Ahn K, Kim W-K, Lee S-Y, Park YM, Han MY, Lee K-J, Lee H-Y, Min I. Do newly built homes affect rhinitis in children ? The ISAAC phase III study in Korea.

dans Allergy 2014 ; 69 : 479–487.

- Objectifs

  • Le développement économique rapide de la Corée, le mode de vie de plus en plus occidentalisé des Coréens en termes d’urbanisation et d’habitudes alimentaires est corrélé à l’augmentation de prévalence des maladies allergiques telles que la rhinite, l’asthme et la dermatite atopique.
  • Cette étude vise à identifier les facteurs qui influent sur les facteurs de déclenchement et sur les symptômes de rhinite en particulier allergique chez les enfants coréens âgés de 6-7 ans.

- Méthodes

  • 3804 enfants agés de 6 à 7 ans ont été étudiés, parmi les participants de l’étude internationale ISAC.

- Résultats

  • Les prévalences respectives de rhinite et de rhinite allergique au cours des 12 mois précédents étaient de 43,4% et 22,1.
  • Seuls 2,5% et 1,9% des enfants avaient des symptômes mixtes de rhinite, d’asthme et d’eczéma.
  • Le sexe, les antécédents familiaux d’atopie, la présence de moisissures ou d’humidité dans l’habitat et les facteurs de risque du « syndrome des bâtiments malsains » étaient des facteurs de risque impactant la rhinite.
  • Mais tout particulièrement, l’existence d’un habitat neuf dans l’enfance a été fortement associée à l’existence d’une rhinite de toute nature (allergique ou non).

- Conclusion

  • Cette étude met en évidence les facteurs de risque de survenue de rhinite chez les enfants coréens, similaires à ceux rapportés dans les pays occidentaux.
  • L’étude montre en particulier que le déménagement à un habitat neuf pendant la petite est associé à un risque considérable de développer une rhinite.

Commentaire de l'auteur :

Cette étude rappelle les différents facteurs de risque de développer une rhinite chez les enfants : antécédents familiaux, présence d’humidité ou de moisissures au domicile, bâtiments malsains … ce qui est somme toute logique et déjà bien connu.

De façon un peu plus surprenante, cette étude corrèle la vie en habitat neuf au déclenchement d’une rhinite, rhinite pas seulement allergique, sans doute par l’inhalation des composés organiques volatiles, irritants pour les voies aériennes (contenus dans les peintures, les colles ou les produits de traitement du bois par exemple).

Les composés organiques volatils (COV) sont des substances qui se caractérisent par leur grande volatilité, c’est-à-dire qu’ils émettent des vapeurs même à pression et température ordinaire, et donc se répandent aisément sous forme gazeuse dans l’air ambiant des ateliers, bureaux ou dans l’atmosphère extérieure environnante.

Les COV sont très nombreux et proviennent des hydrocarbures et de leurs dérivés chimiques : parmi les plus fréquents, citons le butane, le propane, l’éthanol, le benzène, le formaldéhyde et l’acétone, le styrène, les aldéhydes, le perchloroéthylène…
Les COV sont utilisés dans de multiples secteurs professionnels, particulièrement dans les procédés industriels utilisant des solvants (peintures, colles, vernis, encres, traitements de surface, dégraissage, nettoyage à sec, caoutchouc …), ou sont utilisés dans de très nombreux produits pour leurs propriétés intrinsèques (gaz propulseurs, carburants, bactéricides, …).

Les composés organiques volatils ont des effets très néfastes sur la santé (irritations des yeux, des muqueuses des voies respiratoires, troubles cardiaques et du système nerveux, céphalées, nausées…) et certains COV sont cancérigènes (benzène…), d’autres toxiques pour la reproduction ou mutagènes.
Enfin, en se dégradant dans l’atmosphère sous l’effet des rayonnements du soleil et de la chaleur, ils provoquent la formation ou l’accumulation dans l’environnement de composés nocifs, comme l’ozone.
Il faut donc désormais en plus des mesures d’éviction classiques des acariens, du tabac, des moisissures, conseiller aux allergiques une maison saine, pas trop ancienne ….mais pas neuve…. !

référence :

http://www.allergique.org/article4791.html


Dans la même rubrique

Rhinite allergique ou non : une histoire belge..., Dr Geneviève DEMONET
4959 belges ont été interrogés : 39.3% ont rapporté des symptômes de rhinite dans l’année passée. 743 de ces patients ont été étudiés plus précisément : 29.8% avaient une rhinite (...)
Qui du nez ou de la tête commande à l’autre ?, Dr Alain Thillay
Il est un peu dommage que ce résumé d’étude soit aussi succinct et donne peu d’élément concernant les allergies nasales, on sait qu’elles ont été recherchées mais les résultats des (...)
La polysomnographie, une indication allergologique ?!, Dr Alain Thillay
Des études de questionnaire ont suggéré un lien entre la symptomatologie de la rhinite allergique persistante et une diminution de la qualité du sommeil. Toutefois, il n’existait (...)
Pas de pitié pour les amygdales (même si elles sont allergiques) !, Dr Stéphane Guez
Dans ce travail, les auteurs démontrent que le terrain allergique n’a pas d’influence sur le devenir post chirurgical des enfants après adénoïdectomie, ou adénoïdectomie avec (...)
Enlever les amygdales et les végétations : un bon moyen de redonner le sourire aux enfants et aux parents., Dr Alain Thillay
Lorsqu’il existe des troubles du sommeil et/ou des amygdalites à répétition, l’amygdalectomie et l’adénoïdectomie sont bénéfiques tant sur le plan physique que psychique. Pour ma part, (...)