Enregistrer au format PDF

Dermatite atopique, le retour du malassezia

par Dr Philippe Auriol

publié le  29 avril 2002

La dermatite atopique, ou eczéma atopique, est une maladie complexe où sont tour à tour mis en exergue un aspect ou un autre.
La surinfection à staphylocoques a fait l’objet de nombreuses publications, l’eczéma de contact aux allergènes aériens également. Plus originale, cette étude se propose de réétudier les rôles possibles du Malassezia (ancien pityrosporum) dans l’entretien de cette maladie.

Atopic Eczema/Dermatitis Syndrome and Malassezia
Annika Scheyniusa, Catharina Johanssona, Eva Buentkea, Arezou Zargarib
Department of Medicine, Unit of Clinical Allergy Research, Karolinska Institutet and Hospital and bLudwig Institute for Cancer Research, Stockholm Branch, Stockholm, Sweden
International Archives of Allergy and Immunology 127:3:2002, 161-169. Vol. 127, No. 3, 2002

L’eczéma atopique est une maladie chronique multifactorielle dont la prévalence a fortement augmenté ces dernières années.
Récemment, il a été suggéré d’utiliser une nouvelle nomenclature pour parler de cette maladie (atopic eczema/dermatitis syndrome) AEDS que l’on subdivise en "avec ou sans" augmentation des réactivités immédiates.

Depuis une vingtaine d’années, le malassezia (champignon de la peau anciennement dénommé pityrosporum) est impliqué par tel ou tel auteur dans les lésions d’eczéma atopique.

Notre équipe a mis en évidence de multiples allergènes différents susceptibles de déclencher par réaction immédiate ou retardée des lésions d’eczéma atopique pour malassezia.
Plusieurs substances fixant les IgE ont été identifiées dans des extraits de Malassezia avec des masses moléculaires oscillant entre 10 et 100 kD. Les gènes de neufs allergènes de ce champignon dont les poids sont de 14 à 36 kD ont également été identifiés et clonés. Six d’entre eux sont désormais utilisables en diganostic et en recherche.

Malassezia est classé désormais en sept espèces différentes toutes colonisatrices de la peau de l’homme.

 Dr Philippe Auriol

Commentaire de l'auteur :

Ce qu’il faut en retenir :
L’eczéma atopique est une maladie polyfactorielle : allergies immédiates, allergies retardées, effets irritants, substances histaminolibératrices, surinfections etc... tous ces facteurs sont susceptibles d’entretenir et de créer des lésions d’eczéma.
Le bilan allergologique doit donc être orienté en fonction de l’individu : la dermite séborrhéique avec des lésions un peu trop eczématisées ou urticarienne gagnerait certainement à être explorée en prick ou en patch avec les produits qui sont mis à notre disposition par les laboratoires d’allergènes.

référence :

http://www.allergique.org/article70.html


Dans la même rubrique

Alimentation du bébé : du solide mais pas trop !?, Dr Alain Thillay
Etude finlandaise intéressante cherchant à mettre en évidence un lien entre l’âge de la diversification alimentaire et l’existence d’une sensibilisation aux aéroallergènes et aux (...)
Prévalence de l’asthme et de la rhinite allergique, à l’italienne., Dr Alain Thillay
D’après cette étude, en Italie, chez l’adulte jeune, la prévalence de l’asthme n’aurait pas augmenté dans les années 90. Malheureusement, il ne s’agit que d’une étude de (...)
Une petite entorse à l’allaitement maternel en début de vie : pas de conséquence sur le risque allergique., Dr Alain Thillay
Rassurant, le fait de nourrir en début de vie et durant une période courte, des nourrissons à l’aide d’un lait spécial préparé à partir du lait de vache ne semble pas avoir de (...)
Allaitement maternel et atopie : le sujet continue à faire couler du lait, pardon de l’encre !, Dr Clément FOURNIER
Cette belle étude montre l’absence de lien entre la dermatite atopique la première année de vie et l’allaitement maternel exclusif. Elle confirme le rôle à priori protecteur vis à (...)
Le dernier régime qui fait fureur au pays de soleil levant : le régime anti-allergique !, Dr Stéphane Guez
Dana ce travail, les auteurs chinois démontrent que l’ingestion de lactobacilles LP-33 pendant 30 jours améliore d’une façon significative les scores de qualité de vie des patients (...)