Enregistrer au format PDF

Dénaturez l’allergène par la chaleur, il n’en restera peut-être que le meilleur !

par Dr Alain Thillay

publié le  29 septembre 2004

La désensibilisation classique n’est pas dénuée du risque, le plus souvent minime en des mains expertes, de réaction anaphylactique. L’idéal serait d’avoir à disposition des allergènes modifiés immunogènes et peu ou non réactogènes. C’est le sujet ici avec un recombinant de Der p 1 dénaturé par la chaleur.

La dénaturation par la chaleur affecte la réactivité des IgE à l’encontre du ProDer p 1 et diminue la régulation du développement de la réaction allergique spécifique. : Mauro Magi, MD a
Lida Garcia, MD a
Michel Vandenbranden, PhD b
Rémi Palmantier, PhD c
Alain Jacquet, PhD a *

From aService de Génétique Appliquée, Institut de Biologie et de Médecine Moléculaires, Université Libre de Bruxelles, Gosselies ; bLaboratoire de Structure et Fonction des Membranes Biologiques, Université Libre de Bruxelles, Brussels ; and cGlaxoSmithKline, Rixensart Belgium

dans JACI September 2004 • Volume 114 • Number 3

- CONTEXTE

  • Les allergènes modifiés qui réduisent la réactivité avec les g représentent une approche élégante pour contourner les réactions anaphylactiques lors de l’immunothérapie spécifique allergénique.

- OBJECTIF

  • Ce travail a eu pour objet de rechercher les effets de la dénaturation thermique sur les propriétés allergéniques de l’allergène recombinant ProDer p 1, un précurseur de l’allergène majeur de l’acarien domestique Der p 1.

- METHODES

  • La réactivité IgE était évaluée par test ELISA direct et compétitif.
  • L’immunogénicité de ProDer p 1 dénaturé par la chaleur était évalué chez des souris naïves et des souris allergiques au Der p 1.

- RESULTATS

  • La dénaturation thermique a réduit in vitro la réactivité IgE à l’encontre de ProDer p 1 au niveau des sera d’humains allergiques.
  • Chez la souris naïve, le ProDer p 1 dénaturé par la chaleur a généré une réponse mixte TH1-TH2 caractérisée par l’absence d’IgE spécifiques avec concomitamment une montée des titres d’IgG2 spécifiques et la présence d’un IL-5 et d’INF-gamma dans les cultures de splénocytes.
  • En contraste, le Der p 1 natif ou le proDer p 1natif ont induit une réponse allergique typique strictement TH2 avec des titres importants d’IgG1 et d’IgE, alors que les cellules spléniques montraient seulement une sécrétion importante d’IL-5.
  • De plus, la vaccination par du ProDer p 1 natif ou dénaturé par la chaleur occasionnait une prévention au niveau des voies respiratoires vis à vis de l’infiltration par les éosinophiles après test de provocation.
  • Bien que le ProDer p 1 natif ou dénaturé thermiquement avec un adjuvant SBAS1b puisse induire une réponse mixte TH1-TH2 chez la souris allergique, le ProDer p 1 dénaturé par la chaleur comparé au proDer p1 natif était plus efficace pour rediriger la réponse TH2 vers TH1.

- CONCLUSION

  • Pris dans leur ensemble, nos résultats suggèrent que les variants de Der p 1 réduisant la réactivité avec les IgE pourraient représenter des molécules hypoallergéniques appropriées pour l’immunothérapie allergénique spécifique.

 Dr Alain Thillay

Commentaire de l'auteur :

La désensibilisation à l’aide d’extraits préparés à partir de la matière native expose au risque d’une réactivité avec les IgE spécifiques déjà présentes lors de l’administration de la vaccination allergénique. Bien sûr, lorsque la désensibilisation est pratiquée au-delà de quelques mois, les mécanismes protecteurs de celle-ci s’installent pour diminuer la réactivité IgE médiée.

Il est donc séduisant de pouvoir désensibiliser avec des molécules qui soient plus immunogènes que réactogènes. C’est le cas par exemple des peptides d’allergènes.

Ici, il s’agit d’utiliser un allergène recombinant de Der p 1, le proDer p1 sous forme native ou dénaturée par la chaleur et de vérifier leurs actions immunitaires respectives.

Pour résumer, le ProDer p 1 dénaturé par la chaleur entraîne une réaction équilibrée TH1-TH2 sans sécrétion d’IgE. Alors que le ProDer p 1 natif ou Der p 1 natif sont responsables d’une réponse TH2 stricte avec, entre autre, une augmentation des IgE.

On ne peut donc être que d’accord avec les auteurs pour dire que ces allergènes modifiés par la chaleur représentent une voie intéressante pour améliorer la tolérance et l’efficacité de la désensibilisation.

référence :

http://www.allergique.org/article2363.html


Dans la même rubrique

Désensibilisez, désensibilisez, il en restera toujours quelque chose !, Dr Alain Thillay
L’enfant allergique aux pollens de graminées doit être pris en charge dès le plus jeune âge, c’est ce que démontre cette étude. Conséquences : bénéfice clinique, et moindre risque de (...)
Paradoxal : court et rapide pour plus de plaisir, l’ITS n’a pas fini de nous surprendre., Dr Stéphane Guez
Dans ce travail les auteurs ont testé l’intérêt d’une ITS très courte faite de 4 injections d’un extrait de pollens adsorbés avec un adjuvant. Il y a une amélioration significative (...)
L’anti-IgE : la nouvelle arme de guerre dans l’asthme allergique ?, Dr Philippe Carré
Dans cette étude ouverte chez 312 patients asthmatiques allergiques, comparativement à un traitement standard recommandé, l’omalizumab (anti-IgE) diminue les effets délétères (...)
Etat de défensivité psychologique : un rôle sur l’asthme., Dr Alain Thillay
Les auteurs, avec une grande prudence, émettent l’idée que la stéréotypie individuelle caractéristique appelée défensivité peut entraîner une réponse particulière sur l’asthme. Bien (...)
Pique et pique et drôle de drame !, Dr Hervé Couteaux
Sur 646 réponses à un questionnaire, les auteurs de cette étude américaine ont mis en évidence un taux de 1 NFR par million d’injections. Ces NFRs sont deux fois et demi plus (...)