T’as la peau rouge ? Bin on va y coller un patch, et en plus si t’es encore plus rouge tout le monde sera content !!

jeudi 4 février 2010 par Dr Stéphane Guez625 visites

Accueil du site > Allergènes > Médicaments > T’as la peau rouge ? Bin on va y coller un patch, et en plus si t’es encore (...)

T’as la peau rouge ? Bin on va y coller un patch, et en plus si t’es encore plus rouge tout le monde sera content !!

T’as la peau rouge ? Bin on va y coller un patch, et en plus si t’es encore plus rouge tout le monde sera content !!

jeudi 4 février 2010, par Dr Stéphane Guez

Les réactions médicamenteuses d’allure allergiques restent difficiles à explorer avec des données très contradictoires sur les techniques à mettre en œuvre. Ce travail s’est intéressé à l’apport des patch-tests dans le DRESS avec une étude essentiellement des anticonvulsivants et de l’allopurinol.

Patch test dans le syndrome d’hypersensibilité médicamenteuse (DRESS). : Felicidade Santiago 1 , Margarida Gonçalo 1 , Ricardo Vieira 1 , Sónia Coelho 2 and Américo Figueiredo 1

1 Department of Dermatology, Coimbra University Hospital, Coimbra , and 2 Department of Dermatology, Hospital Infante D. Pedro, Aveiro, Portugal

dans Contact Dermatitis
Volume 62 Issue 1, Pages 47 - 53

- Introduction :

  • Dans certaines situations secondaires à un effet indésirable des médicaments et selon le médicament responsable, les patchs tests ont pu permettre de confirmer le médicament responsable.
  • Sa valeur dans le rash médicamenteux avec éosinophiles et symptômes systémiques (DRESS) n’a pas encore été évaluée sur une série importante de patients.

- Objectif de l’étude :

  • Il a été d’évaluer la sécurité de réalisation et l’intérêt diagnostic des patchs tests dans le DRESS.

- Matériel et méthode :

  • Entre janvier 1998 et décembre 2008, les auteurs ont étudié 56 patients avec un DRESS induit :
    • par des anti-convulsivants chez 33 patients (59%)
    • l’allopurinol chez 19 patients (34%)
    • et par les molécules suivantes : sulfasalazine, cotrimoxazole, tenoxicam et amoxicilline (1 patient de chaque soit 7%).

- Résultats :

  • Un patch test positif est observé chez 18 patients (32.1%) parmi lesquels :
    • 18 sont des anti-convulsivants
    • et 1 du tenoxicam.
  • Dans le groupe des anti-épileptiques, la carbamazepine à elle seule est responsable de 13 des 17 tests positifs (76.5%).
  • Les patchs tests avec l’allopurinol et ses métabolites sont négatifs dans tous les cas rapportés à ce médicament.

- Conclusions :

  • Dans cette étude, les patchs tests sont un moyen sans danger et efficace pour confirmer la culpabilité d’un médicament dans le DRESS syndrome induit par les anti-convulsivants, alors qu’ils n’ont pas d’intérêt dans le DRESS induit par l’allopurinol.
  • La pathogénie du DRESS n’est pas totalement comprise, mais la positivité des patchs tests suggère un mécanisme d’hypersensibilité retardé induit par les médicaments.

Dans le DRESS l’exploration allergique n’est pas bien codifiée et repose essentiellement sur les règles d’imputabilité de pharmacovigilance. Mais les patch-tests pour certaines molécules permettent d’authentifier le médicament responsable dans de nombreuses situations cliniques.

Ce travail est très important car l’allergie médicamenteuse est un domaine qui sollicite de plus en plus souvent les allergologues.

Les auteurs ont réalisé des patch-tests chez des patients ayant présenté une éruption cutanée médicamenteuse avec éosinophilie et manifestations systémiques.

Il apparait un intérêt certain pour affirmer la responsabilité des anticonvulsivants qui sont une étiologie fréquente de ces DRESS.

Dans ce travail les patients ne sont positifs qu’à une seule molécule dans plus de 80% des cas : il ne semble pas exister d’allergie croisée entre les différents anticonvulsivants.

L’étude ne précise pas si les patients ont pu ensuite prendre sans problème les anticonvulsivants négatifs sur le plan cutané. Par contre les tests s’avèrent décevants pour préciser l’imputabilité de l’allopurinol.

Les concentrations utilisées pour ces tests sont précisées dans l’article en sachant que les auteurs ont eu quelques difficultés pour obtenir des formes pures pour la préparation des patchs.