Bin oui, la toux peut entraîner l’apparition d’une anaphylaxie aux curares !!

mardi 22 février 2011 par Dr Stéphane Guez456 visites

Accueil du site > Allergènes > Médicaments > Bin oui, la toux peut entraîner l’apparition d’une anaphylaxie aux curares (...)

Bin oui, la toux peut entraîner l’apparition d’une anaphylaxie aux curares !!

Bin oui, la toux peut entraîner l’apparition d’une anaphylaxie aux curares !!

mardi 22 février 2011, par Dr Stéphane Guez

Sensibilisation IgE à l’antitussif pholcodine et les effets de son retrait du marché Norvégien. : Florvaag, E., Johansson, S. G. O., Irgens, Å. and de Pater, G. H. ,

IgE-sensitization to the cough suppressant pholcodine and the effects of its withdrawal from the Norwegian market.

dans Allergy, no. doi : 10.1111/j.1398-9995.2010.02518.x

- Introduction :

  • Les réactions anaphylactiques IgE aux agents bloquants neuromusculaires (NMBA) fréquents en Norvège, ont été suspectées d’être induite par une exposition à la pholcodine (PHO) qui porte un ammonium quaternaire, épitope allergisant.
  • En conséquence, les médicaments contenant de la pholcodine ont été retirés du marché en mars 2007.

- Objectif de l’étude :

  • Il a été de décrire les effets de l’éviction du PHO sur les IGE totales, les IgE spécifiques et la fréquence des réactions anaphylactiques aux NMBAs.

- Matériel et Méthode :

  • 300 sérums de patients suspects d’allergie ayant été recueillis de 2006 à 2010 ont été analysés avec recherche des IgE à la pholcodine, au suxaméthonium et à la morphine.
  • De plus, les IgE totales et les rapports préliminaires de l’étude NARA ont été recueillis (Norvegian Network for Anaphylaxis under Anaesthesia).

- Résultats :

  • L’exposition à la pholcodine est associée à une sensibilisation IgE :
    • à la pholcodine,
    • au suxaméthonium
    • et morphine.
  • Cependant, après le retrait de ce médicament, en 1 an, la prévalence des IgE à la pholcodine et au suxaméthonium chute significativement, respectivement de 11% à 5% et de 3.7 à 0.7%.
  • Après 3 ans, les IgE au suxaméthonium chutent à 0.3%, pholcodine à 2.7% et morphine à 1.3% ;
  • En 2 ans, la prévence des IgE élevée a été significativement réduite.
  • Après 3 ans, l’incidence des cas rapportés de suspicion d’anaphylaxie aux produits anesthésiques a diminué de façon significative :
    • à la fois le nombre total,
    • les réactions rapportées aux NMBAs
    • et celles avec des IgE positives au suxaméthonium.

- Conclusion :

  • Le retrait de la pholcodine a diminué significativement en 1 à 2 ans les taux d’IgE totales et des IgE spécifiques à la pholcodine, la morphine et le suxaméthonium et en 3 ans la fréquence des cas rapportés de suspicion d’anaphylaxie au NMBAs.
  • Ces résultats soutiennent l’hypothèse du rôle de la pholcodine et pose également la question des autres antitussifs pouvant contenir de la pholcodine.

Dans ce travail, portant sur l’analyse d’une sérothèque, les auteurs démontrent que le retrait du marché pharmaceutique de la pholcodine a entraîné une diminution significative de la sensibilisation IgE non seulement à la pholcodine mais également au suxaméthonium et à la morphine.

Il y a moins de cas d’anaphylaxie aux NMBAs.

Ce travail prouve donc l’hypothèse avancée il y a quelques années d’un lien entre sensibilisation à cet antitussif, la pholcodine, et le risque de développer une allergie per-anesthésique.

Les résultats semblent suffisamment forts pour se poser la question d’un retrait également de ce médicament en France et peut-être dans le monde.