Votre nourrisson tousse…. Et s’il allait développer un asthme ????

mardi 22 septembre 2015 par Dr Cécilia Nocent586 visites

Accueil du site > Maladies > Asthme > Votre nourrisson tousse…. Et s’il allait développer un asthme ????

Votre nourrisson tousse…. Et s’il allait développer un asthme ????

Votre nourrisson tousse…. Et s’il allait développer un asthme ????

mardi 22 septembre 2015, par Dr Cécilia Nocent

Toux dans la petite enfance et asthme ultérieur dans l’enfance : E. Oren,
J. Rothers,
D. A. Stern,
W. J. Morgan,
M. Halonen,
A. L. Wright

dans Clinical & Experimental Allergy
Volume 45, Issue 9
September 2015
Pages 1439–1446

- Objectifs :

  • Les sifflements dans la petite enfance ont été corrélés avec un asthme ultérieur mais il existe peu d’études montrant que la toux influence le risque ultérieur d’asthme.
  • Les auteurs ont cherché à déterminer si une toux prolongée ou une toux en dehors d’un contexte infectieux dans la première année de vie étaient associées au développement d’un asthme dans l’enfance.

- Méthodes :

  • Les participants à l’étude « infant immune », une cohorte de naissance non sélectionnée, étaient suivis 7 fois dans les 9 premiers mois de vie avec en particulier la recherche de sifflements et de toux.
  • La toux pendant plus de 28 jours était définie comme prolongée.
  • On demandait aux parents à 1 an si l’enfant avait déjà toussé en dehors d’un contexte infectieux.
  • L’asthme est défini par un diagnostic porté par un médecin et rapporté par les parents, avec des symptômes ou un traitement entre 2 et 9 ans.
  • Une régression logistique a été utilisée pour corréler l’asthme aux caractéristiques de la toux.

- Résultats :

  • Un total de 24% (97) des enfants a présenté une toux prolongée et 23% (95) une toux en dehors d’un contexte infectieux dans les 9 premiers mois de vie.
  • La toux prolongée était associée avec une augmentation du risque d’asthme par rapport à une toux brève (OR : 3.57, 95%CI : 1.88-6.76), avec un risque particulièrement élevé chez les enfants ayant une mère asthmatique.
  • La toux en dehors d’un épisode infectieux (OR : 3.13, 95%CI : 1.76-5.57) était indépendamment associée à un risque d’asthme dans l’enfance.
  • Ces deux relations persistent après ajustement sur les sifflements et les IgE totales à 1 an.

- Conclusions et intérêt clinique :

  • Une toux prolongée dans la petite enfance et une toux en dehors d’un contexte infectieux sont associées avec un risque d’asthme dans l’enfance, indépendamment des sifflements dans la petite enfance.
  • Cette étude suggère que les caractéristiques de la toux dans la petite enfance seraient des marqueurs précoces de la susceptibilité à l’asthme ; en particulier chez les enfants dont la mère présente une histoire d’asthme.

Il s’agit d’une étude américaine publiée en septembre 2015 dans Clinical and Experimental Allergy et qui s’intéresse à l’éventuel lien entre une toux précoce dans la première année de vie et le risque de développer ultérieurement un asthme dans l’enfance.

Cette étude est une étude épidémiologique réalisée à partir d’une cohorte d’enfants recrutés dès la naissance à Tucson en Arizona. Cette étude est réalisée par une équipe reconnue dans les grandes études épidémiologiques avec des suivis longitudinaux de grands nombres d’asthmatiques.

La question posée par les auteurs est très pertinente : est ce que le fait de présenter une toux persistante ou une toux en dehors d’un contexte infectieux dans la première année de vie est un facteur de risque de développer un asthme dans l’enfance ?

L’analyse de la cohorte « infant immune study » permet de prouver que ces deux contextes cliniques sont des facteurs de risque de développer un asthme, en dehors des sifflements dans la petite enfance et en particulier lorsqu’il existe des facteurs génétiques avec un asthme retrouvé chez la mère de l’enfant.

Cette étude est bien sûr intéressante mais on peut se demander s’il n’y a pas de facteurs confondants : est ce que les nourrissons tousseurs ont un reflux gastro-œsophagien ? Sont-ils plus exposés au tabagisme ? Vivent-ils dans les mêmes conditions que les autres (niveau socio-économique comparables ? ethnies d’origine comparables ?). Quelle est la responsabilité de la génétique dans cette relation ?

Pourtant cette étude doit rendre les médecins et pédiatres vigilants et encourager un suivi régulier et orienté sur le plan respiratoire de ces nourrissons tousseurs. Cela doit aussi permettre d’informer les parents de l’éventuel risque afin qu’ils puissent consulter sans perdre de temps en cas de symptômes évocateurs d’asthme. Cela permettra peut-être également de traiter un peu plus tôt ces enfants afin de contrôler leurs symptômes.