Enregistrer au format PDF

Poisson d’avril nippon : le pollen ne tacherait pas la peau !

par Dr Stéphane Guez

publié le  1er avril 2003

L’étiologie des maladies allergiques intéresse de nombreuses équipes de recherche qui formulent des hypothèses parfois curieuses. En voici un exemple amusant.

Les patients qui ont une lentigo simplex sont résistants aux affections allergiques polliniques (rhinite et conjonctivite), mais ceux qui n’en ont pas ont une plus grande fréquence de pollinose. : Awaya A, Watanabe K, Kato S. Japan Science and Technology Corporation, Tachikawa, Tokyo 190-0012, Japan. awaya@home.email.ne.jp dans Microbiol Immunol 2003 ;47(1):101-3

Les auteurs ont étudié 115 personnes qui habitent Tokyo, et qui ont été partagés en 2 groupes :
* un groupe avec du lentigo simplex sur la tête, le cou, les bras etc.
* et un groupe qui n’a pas de lentigo.

L’ensemble des patients a été interrogé sur l’existence de maladies allergiques polliniques (rhinite, conjonctivite) et examinés sur la présence et l’extension cutanée du lentigo.

Il a été observé la corrélation suivante : seulement 5 personnes parmi les 85 qui ont un lentigo dans le groupe 1 ont une pollinose, alors que les 30 personnes du 2° groupe qui n’ont pas de lentigo ont une pollinose.

Ainsi les patients qui ont un lentigo ont une résistance à la pollinose, alors que ceux qui n’en ont pas ont une susceptibilité plus grande à présenter une pollinose.

 Dr Stéphane Guez

Commentaire de l'auteur :

Les auteurs ont noté une corrélation inverse entre le fait d’avoir du lentigo simplex et le fait d’avoir une pollinose.

Cette étude est scientifiquement légère et ces conclusions ne méritent certainement pas d’être retenues.

Le plus intéressant est finalement qu’elle ait été publiée, ce qui est déjà curieux, et prouve donc qu’il faut être vigilant et critique.

La détermination du groupe étudié n’est pas précisée, aucun argument objectif n’étaye le diagnostic de pollinose, les groupes sont petits, le lien entre lentigo et allergie ne repose sur aucune donnée scientifique etc.

Il faut se rappeler certains articles épidémiologiques qui avaient montré une corrélation entre le fait de manger une certaine marque de gâteaux secs et l’apparition de cancers du poumon, études absurdes qui avaient été utilisées par l’industrie du tabac pour critiquer les études publiées.

Donc prudence sur les conclusions de ce travail.

référence :

http://www.allergique.org/article1001.html


Dans la même rubrique

Avoir un animal ou pas : telle est toujours la question…, Dr Geneviève DEMONET
Avoir un animal de compagnie dans la petite enfance a été associé à une diminution du risque allergique. Cet effet persiste-t-il dans le temps ? Une étude menée parmi une cohorte (...)
Faut-il faire ingurgiter des bacilles à nos petits allergiques pour les rendre plus tolérants ?, Dr Philippe Carré
Les conditions nutritionnelles apparaissent avoir une influence sur les phénotypes atopiques. L’hypothèse hygiéniste explique l’augmentation des maladies allergiques par une (...)
La Nouvelle-Zélande, pays du rugby, de l’asthme et de l’allergie : la faute au sélénium ?, Dr Geneviève DEMONET
Selon les résultats de l’étude ISAAC, la Nouvelle-Zélande fait partie des 4 nations se distinguant par une prévalence record d’asthme. Un enfant sur quatre aurait ainsi des (...)
Les infections dans l’enfance protègent-elles du risque allergique ?, Dr Alain Thillay
Malheureusement, cette étude ne montre absolument rien. En effet, il s’agit d’une étude de questionnaire, nous connaissons les faiblesses de ce genre d’investigation. Et ce qui (...)
Les petits fermiers du Wisconsin seront moins asthmatiques., Dr Isabelle Bossé
Les enfants élevés en ferme sont moins asthmatiques, mais pas moins allergiques que ceux élevés à la campagne. Plus l’exposition allergénique est précoce, plus l’effet est (...)