Enregistrer au format PDF

Le sexe attend parfois le nombre des années chez l’asthmatique...

par Dr Philippe Carré

publié le  7 avril 2003

Les données épidémiologiques classiques sur l’asthme montrent que la prévalence de la maladie est plus grande, chez les jeunes enfants et les adolescents, parmi les garçons que parmi les filles. Les auteurs ont effectué une étude rétrospective sur l’influence du sexe, en fonction de l’âge, sur la fréquence des hospitalisations.

Influence du sexe dans les hospitalisations pour asthme, en relation avec l’âge. : Chen Y, Stewart P, Johansen H, McRae L, Taylor G. Department of Epidemiology and Community Medicine, Faculty of Medicine, University of Ottawa, 451 Smyth Road, K1H 8M5, Ottawa, Ontario, Canada dans J Clin Epidemiol 2003 Feb ;56(2):180-7

- Objectif. Décrire les différences de sexe et d’âge dans les hospitalisations pour asthme parmi la population canadienne.

- Méthode. Analyse basée sur 9,486173 millions d’hospitalisations enregistrées au Canada pendant une période de 3 ans (94/95, 95/96, 96/97), comprenant 204304 asthmatiques et 288977 patients avec symptômes apparentés.

- Résultats.
* En tant qu’un des cinq premiers diagnostics, l’asthme représentait 3 % des hospitalisations totales, avec un taux constant sur les 3 années d’étude.
* L’incidence cumulée sur 3 ans des hospitalisations pour asthme était un peu supérieure pour les jeunes garçons par rapport aux filles, et l’inverse pour les adultes.
* L’incidence pour les femmes par rapport aux hommes était de 2.8 pour les patients de 25 à 34 ans, diminuait progressivement avec l’âge, et était égale pour les patients de 80 ans ou plus.

- Conclusion. Ces données suggèrent que le sexe est un déterminant important dans l’épidémiologie de l’asthme, et qu’il varie considérablement au cours de la vie.

 Dr Philippe Carré

Commentaire de l'auteur :

Cette étude, menée sur un nombre considérable d’hospitalisations pour asthme au Canada, confirme les données antérieures sur l’influence du sexe masculin ou féminin dans la prévalence de l’asthme.

L’originalité de l’étude est de montrer que le sexe influe non seulement sur la prévalence de la maladie, ce qui est une donnée connue, mais aussi sur la fréquence des hospitalisations ; celles-ci sont plus fréquentes chez les adolescents que chez les adolescentes, alors que c’est l’inverse chez les asthmatiques adultes, avec une égalisation progressive au cours du vieillissement.

On peut donc penser que l’incidence de la gravité, nécessitant une hospitalisation, reste stable avec l’âge.

référence :

http://www.allergique.org/article1025.html


Dans la même rubrique

CSI et adhésion primaire chez l’asthmatique., Dr Alain Thillay
Cette même équipe américaine de chercheurs avaient déjà publié un article fin 2004 concernant la relation adhésion et mauvais résultats du traitement de l’asthme. A l’époque, dans (...)
Il ne faut pas confondre aspirine et Ventoline !, Dr Clément FOURNIER
Cette étude confirme la particularité des atteintes respiratoires associées à l’existence d’une intolérance à l’aspirine. Elle montre bien que son existence associée à la présence (...)
ARIA, GINA et Yapuka., Dr Céline Palussière
Il y a ce que l’on est sensé faire, et ce que l’on fait. En matière de prescription, l’activité des médecins est de plus en plus encadrée et guidée par les « guidelines », (...)
Aujourd’hui prédit-il demain chez les asthmatiques ?, Dr Philippe Carré
Cette publication a analysé rétrospectivement 5 études sur l’utilisation en traitement de fond et à la demande de l’association budésonide/formoterol (Symbicort SMART Turbuhaler), en (...)
Lorsqu’on a 6 ans et une forme d’asthme dite légère persistante : faut-il un traitement ?, Dr Annie-Claire FEDIERE-PLISSONNEAU
Les auteurs concluent après leur étude sur 3 ans d’enfants ayant un asthme léger persistant que rajouter une dose quotidienne de 200 µg de budésonide par utilisation d’un turbuhaler (...)