Enregistrer au format PDF

Sucez quand même le sein, vous n’étoufferez pas plus !

par Dr Philippe Carré

publié le  8 avril 2003

L’allaitement est depuis longtemps un facteur débattu quant à son effet protecteur possible sur le développement des maladies allergiques, dont l’asthme. Les auteurs ont étudié de façon rétrospective une cohorte de plus de 6000 enfants, dont la moitié nourris au sein, afin de déterminer si l’allaitement diminuait le risque d’asthme.

L’allaitement protège-t-il les enfants de l’asthme ? Analyse des résultats de l’étude NHANES III. : Rust GS, Thompson CJ, Minor P, Davis-Mitchell W, Holloway K, Murray V. National Center for Primary Care, Morehouse School of Medicine, Atlanta, Georgia 30310, USA dans J Natl Med Assoc 2001 Apr ;93(4):139-48

- But. Déterminer si l’allaitement ou sa durée protègent contre le développement de l’asthme infantile, sa sévérité ou l’âge d’apparition.

- Méthode. Analyse rétrospective des listes d’enfants de l’Étude Nationale (EN) III de surveillance sur la santé et la nutrition (1988-94), et revue des données de 6783 enfants âgés de 2 mois à 6 ans (dont 3316 allaités), en excluant les enfants de petit poids de naissance ou ceux traités dans une unité néo-natale de soins intensifs. L’allaitement était d’une durée de 157 jours.

- Résultats.
* L’âge moyen de début de l’asthme était de 14.3 mois.
* Selon un modèle de régression logistique, l’allaitement n’était pas un facteur significatif de protection contre le développement d’un asthme.
* Les facteurs prédictifs significatifs étaient l’âge de la mère à la naissance de l’enfant (p<0.01), et un antécédent parental d’asthme ou de pollinose (p<0.01).
* Selon un modèle de régression linéaire, la durée de l’allaitement n’était pas prédictive de l’âge de début de l’asthme (p<0.53).
* Seul le tabagisme maternel pendant la grossesse était un facteur prédictif significatif de l’âge de début de l’asthme (p<0.01).

- Conclusion. L’allaitement n’apparaît pas prévenir la maladie asthmatique, en différer le début ou réduire sa sévérité. Cependant, l’allaitement est toujours recommandé pour tous ses autres bénéfices.

 Dr Philippe Carré

Commentaire de l'auteur :

Voilà une étude négative quant à la protection par l’allaitement du développement ultérieur d’une maladie asthmatique, chez plus de 3000 enfants nourris au sein, comparativement à un groupe non allaité : ni le développement d’un asthme, ni son âge de début n’étaient influencés par l’allaitement, quelle que soit sa durée.

Comme on pouvait s’y attendre, les antécédents atopiques familiaux étaient par contre un facteur d’asthme significatif.

Enfin, le tabagisme maternel est confirmé comme un facteur délétère, étant associé à un début plus précoce de l’asthme quand celui-ci se déclare.

D’après cette étude, on pourrait délivrer le message suivant aux femmes enceintes : faites ce que vous voulez, mais surtout ne fumez pas pendant la grossesse pour protéger vos enfants.

référence :

http://www.allergique.org/article1028.html


Dans la même rubrique

Quand l’asthme va mal, la ventoline se vend bien..., Dr Clément FOURNIER
Cette étude confirme le lien statistique existant entre la consommation de β2-agonistes de courte durée d’action et la morbidité asthmatique. Les auteurs en concluent que le (...)
Les enfants asthmatiques ont-ils un risque plus grand de faire une hépatite ?, Dr Philippe Carré
Le statut inflammatoire de l’asthme influe sur la réponse immunologique à des antigènes vaccinaux, et dans le cas particulier au vaccin de l’hépatite B, comme en atteste un taux (...)
Le tabagisme actif comme facteur de gravité de l’asthme sévère ???, Dr Cécilia Nocent
Cette étude épidémiologique britannique parue dans le JACI s’intéresse à l’influence du tabagisme actif sur les caractéristiques cliniques et sur les marqueurs de l’inflammation chez (...)
Corticoïde inhalé à dose forte et dégressive contre dose faible et constante : qui l’emporte ? , Dr Geneviève DEMONET
Deux stratégies ont été comparées chez des asthmatiques légers à modérés : la première utilisait la fluticasone à une dose de 1000 µg/j pendant 6 semaines suivie d’une baisse à 200 (...)
Le nippon siffleur dit toujours NO !!, Dr Stéphane Guez
Dans ce travail les auteurs ont étudié le NO exhalé chez des enfants asthmatiques et non asthmatiques en prenant en compte les facteurs confondants liés à l’âge et à la taille. (...)