Enregistrer au format PDF

Si petit et déjà du souffle !

par Dr Philippe Carré

publié le  18 avril 2003

L’évaluation spirométrique est un critère de choix dans les études prospectives longitudinales de la fonction respiratoire. La validité des résultats dépend de la reproductibilité des mesures, notamment chez les enfants. Celle-ci a été évaluée chez plus de 3000 enfants mexicains scolarisés en classe élémentaire.

Variabilité de la spiromètrie dans une étude longitudinale d’enfants scolarisés. : Rogelio Pérez-Padilla, MD ; Justino Regalado-Pineda, MD ; Laura Mendoza, MD ; Rosalba Rojas, MD ; Víctor Torres, MD ; Víctor Borja-Aburto, MD and Gustavo Olaiz, MD on behalf of the EMPECE Study Group * From the Mexican National Institute of Respiratory Diseases (Drs. Pérez-Padilla and Regalado-Pineda), the National Institute of Public Health (Drs. Mendoza and Rojas), and the Environmental Health Directorate dans Chest. 2003 ;123:1090-1095

- Objectif. Décrire la reproductibilité de la spiromètrie dans une étude longitudinale d’enfants scolarisés à Mexico, ainsi que le pourcentage de sujets répondant aux critères de qualité spirométrique proposés pour les enfants.

- Population. 3447 enfants du 3° au 6° degré de classe élémentaire ont été recrutés.

- Méthode.
* Spiromètrie bi-annuelle, permettant un maximum de sept évaluations et un total de 15563 tests.
* Les recommandations standardisées de l’American Thoracic Society (ATS) ont été suivies, en utilisant des spiromètres volumétriques.

- Résultats.
* Au cours du premier test spirométrique, plus de 95 % des sujets remplissaient chacun des critères de qualité proposés par l’ATS pour les adultes, bien que tous ne le firent pas de façon simultanée. Par exemple, seuls 72.4 % ont réalisé trois mesures acceptables, avec une reproductibilité du VEMS et de la CVF < à 200 ml.
* Entre la phase 1 et la phase 7 de l’étude, la qualité de la spiromètrie s’est améliorée de façon significative, en rapport avec l’apprentissage des sujets et des techniciens.
* La variabilité spiromètrique intra-test et inter-test (à 6 mois de différence) était moindre chez les garçons que chez les filles.
* La variabilité intra-test était aussi plus basse chez les sujets plus jeunes et plus petits.
* Les techniciens contribuaient de façon significative à la variabilité intra et inter-test, cette dernière diminuant si le même technicien réalisait les évaluations.

- Conclusions. Les enfants de plus de 7 ans sont aptes à remplir les critères de qualité de l’ATS après la première spiromètrie. Pour maintenir la qualité des mesures dans une étude longitudinale, un contrôle strict est nécessaire, spécialement quant à la performance des techniciens.

 Dr Philippe Carré

Commentaire de l'auteur :

Cette étude confirme que les enfants de plus de 7 ans sont tout à fait capables de remplir les critéres de qualité nécessaires à une évaluation spiromètrique de la fonction respiratoire, et que les études longitudinales peuvent être utilisées avec fiabilité.

A condition que la qualité de la mesure reste toujours contrôlée, certains facteurs de variabilité pouvant influer, en particulier l’expérience des techniciens chargés d’effectuer les mesures ; les autres facteurs de variation tiennent au sexe, à l’âge et à la taille (meilleure reproductibilité chez les garçons, les plus jeunes et les plus petits en taille).

référence :

http://www.allergique.org/article1068.html


Dans la même rubrique

Allergologue en difficulté pour faire un diagnostic devant un exanthème ? Inutile de mordre le patient !!, Dr Stéphane Guez
Ce travail est une revue des données actuelles concernant l’intérêt de l’analyse histologique dans le diagnostic d’allergie médicamenteuse face à un exanthème. Pour les auteurs, la (...)
L’IRM des voies aériennes à l’Hélium3 pour comprendre l’asthme : faut être gonflé !, Dr Philippe Carré
Dans l’asthme, l’IRM fonctionnelle utilisant l’Hélium3 hyperpolarisé a été utilisé pour visualiser les anomalies et les hétérogénéités dans la distribution des gaz inhalés. Les régions (...)
Il n’y a pas qu’en politique que l’on fait de la provocation…, Dr Christian Debavelaere
Les tests de provocation bronchiques spécifiques aux allergènes sont utilisés largement et depuis longtemps pour étudier l’effet d’un allergène sur les bronches, surtout en recherche (...)
Allergie au pollen de bouleau : un grand merci aux capteurs vivants !, Dr Alain Thillay
Voici une étude qui m’a réjoui et vous verrez pourquoi un peu plus loin. A Munich, sur une période de 3 ans, de trois printemps pour être plus précis, d’une part, les auteurs ont (...)
Les sucres font une nouvelle fois parler d’eux., Dr Céline Palussière
De nombreuses études ont évalué le rôle des résidus glucidiques dans la réaction allergique, et en ce qui concerne les pneumallergènes, ont prouvé leur absence d’IgE réactivité. Les (...)