Enregistrer au format PDF

Et tous les bébés allergiques chantent en cœur : inter féron petit patapon !!

par Dr Stéphane Guez

publié le  26 avril 2004

Des marqueurs immunologiques sont présumés prédictifs d’un terrain allergique mais il manque souvent la preuve clinique de leur implication. Il faudrait faire un prélèvement de sang à la naissance et ensuite étudier, chez les enfants devenus allergiques, les marqueurs qui sont spécifiques. C’est ce qui a été fait dans ce travail.

Production élevée d’IFN gamma par les lymphocytes CD8+ et sensibilisation précoce chez des enfants à risque élevé d’atopie. : Julie Rowe, PhD
Tricia Heaton, PhD Merci Kusel, PhD Devinda Suriyaarachchi, BSc(Hons) Michael Serralha, BSc(Hons)
Barbara J. Holt, BSc
Nick de Klerk, MSc, PhD Peter D. Sly, MD, FRACP Patrick G. Holt, DSc*

From the Telethon Institute for Child Health Research, and Centre for Child Health Research, Faculty of Medicine and Dentistry, the University of Western Australia, Perth, Australia

dans JACI April 2004 • Volume 113 • Number 4

Un risque génétique accru d’atopie parmi des populations d’enfants est associé à une réponse à l’ IFN gamma diminué. Cependant, le rôle de l’IFN gamma dans la progression du terrain génétique à risque vers une affection allergique active n’est pas clair.

- Objectif de l’étude : Identifier les marqueurs immuns fonctionnels qui sont associés à une évolution vers une atopie à l’age de 2 ans, chez des enfants ayant un risque génétique élevé d’allergie.

- Méthodologie  :

  • Les cellules mononuclées (M) du sang de cordon ont été prélevées chez 175 enfants ayant un risque génétique élevé et ont été congelées.
  • Les enfants ont eu une évaluation de leur atopie par des tests cutané à 5 mois et 2 ans.
  • Les cellules mononuclées ont été décongelées puis stimulées avec des allergènes et des mitogènes : PHA et entérotoxine staphylococcique, et la réponse en cytokines a été déterminée.

- Résultats :

  • Il n’y a pas de corrélation entre la spécificité de la réponse des cellules M aux allergènes et le devenir atopique.
  • Par contre, la sensibilisation est fortement associée :
    • à des réponse polyclonales de type IFN gamma à la fois à la PHA (p=0.002) et à l’entérotoxine (p=0.005),
    • ainsi qu’à la production d’IL5 induite par l’ entérotoxine (P+0.05),
    • et à la production d’IL10 (p=0.02) et d’’IL13 (p=0.01).
  • Une analyse par régression logistique a identifié une élévation de l’IFN par la PHA et de l’IL13 par l’entérotoxine comme des facteurs prédictifs fortement associés de façon indépendante au développement d’une atopie.
  • Les études de séparation cellulaire ont confirmé que les LT CD8+ sont la source de 90% de l’IFN gamma.

- Conclusion : L’IFN gamma, produit pas les lymphocytes T CD8+, peut agir de façon synergique avec les cytokines de type TH2, pour induire le développement d’un terrain atopique chez des enfants ayant un risque génétique élevé.

 Dr Stéphane Guez

Commentaire de l'auteur :

Dans ce travail, les auteurs démontrent qu’il existe un lien entre la capacité génétique à produire de l’IFN gamma par les LT CD8+ et le risque de développer un terrain atopique à l’age de 2 ans. Par contre il n’existe pas de lien avec une spécificité vis à vis des allergènes.

Ce travail a cherché à faire le lien entre des données fondamentales et des données cliniques.

L’objectif a été de chercher à déterminer les facteurs immunologiques qui pourraient être prédictif du développement ultérieur d’un terrain atopique chez des enfants à risque.

Les cellules prélevées au cordon à la naissance ne réagissent pas de façon spécifique à des stimulations par des allergènes, par contre, on note qu’avec des stimulations non spécifiques, les lymphocytes des enfants qui vont devenir atopiques ont une réponse significativement augmentée en IFN gamma ainsi que dans la production de certaines interleukines : IL10, IL13 et IL5.

Il y a donc une action synergique entre IFN gamma et cytokines de type TH2 pour favoriser le développement d’un terrain atopique.

Ces marqueurs pourraient être mis en évidence dés la naissance et par exemple permettre l’application de mesures de protection en particulier au niveau de l’environnement pour protéger ces enfants du développement précoce d’un asthme par exemple.

référence :

http://www.allergique.org/article2104.html


Dans la même rubrique

Là où y a du gène, y a d’ l’inflammation Clara !, Dr Philippe Carré
L’asthme est une maladie multifactorielle à composante génétique. De nombreux travaux se sont intéressés à rechercher des gènes candidats préférentiels à l’expression de la maladie. (...)
Le neutrophile, médaillé olympique de la réponse nasale allergique !!, Dr Stéphane Guez
Les auteurs démontrent que le test de provocation allergique nasal entraîne une réponse précoce puis tardive, essentiellement de type sécrétoire, qui s’associe sur le plan (...)
La petite souris BALB/c a une bonne mémoire...de la désensibilisation !, Dr Alain Thillay
Cette étude réalisée par plusieurs équipes universitaires néerlandaises apporte de nouveau éléments probants de l’efficacité de la désensibilisation et de son mode d’action. D’abord, (...)
Combine et recombine pour les spécialistes du transfert : il ne s’agit pas de foot mais de LTP !!, Dr Stéphane Guez
Dans ce travail, les auteurs ont, par génie génétique, mis au point un recombinant de la LTP : Mal d 3. Les différents tests biologiques ont confirmé le potentiel réactif de cette (...)
Maladie à l’aspirine et production de leucotriènes : qui fait quoi ?, Dr Philippe Carré
Les auteurs ont évalué la concentration urinaire de LTE4 chez 137 patients asthmatiques, dont environ la moitié étaient intolérants à l’aspirine. De façon globale, la concentration (...)