Enregistrer au format PDF

Il est important de bien connaître sa géographie pour faire de bons diagnostics d’allergie alimentaire.

par Dr Alain Thillay

publié le  7 avril 2002

Des pédiatres israéliens de Tel Aviv démontrent l’importance de connaître le contexte ethnique et social des patients suspects d’allergie alimentaire.

Au bout du compte, l’allergie alimentaire est une question de géographie : le sésame est une cause d’allergie alimentaire sévère médiée par les IgE chez les enfants et les nourrissons en Israël.
Dalal I, Binson I, Reifen R, Amitai Z, Shohat T, Rahmani S, Levine A, Ballin A, Somekh E. dans Allergy 2002 Apr ;57(4):362-5

OBJECTIFS. Déterminer la prévalence, l’importance et l’ordre de fréquence des différents trophallergènes responsables d’allergie alimentaire IgE médiée chez les enfants et les nourrissons en Israël.

PROTOCOLE ET PATIENTS. Dans cette étude, la prévalence des allergies alimentaires était recherchée chez 9070 enfants et nourrissons qui étaient suivis dans 23 centres de santé de la famille dans le centre d’Israël. Les patients suspects d’allergie alimentaire, étaient recrutés pour des explorations complémentaires (questionnaire détaillé et tests cutanés).

RESULTATS. Nous avons identifié 150 patients, soit 1,7 %, suspectés de présenter une allergie alimentaire IgE médiée. Parmi eux, 102/150 soit 67 % (59 de sexe masculin, 43 de sexe féminin, âge moyen 10,3 mois) ont eu un questionnaire rempli et ont subi des tests cutanés. Il a été mis en évidence 131 tests cutanés positifs chez 78 des 102 (76,5 %) des patients. Vingt-sept tests cutanés positifs chez 18 patients étaient considérés cliniquement non pertinents corrélativement au fait que la consommation antérieure des aliments désignés n’avait entraîné aucun symptôme. Ainsi, il y avait 104 tests cutanés positifs pertinents chez 78 patients. La prévalence générale des réactions alimentaires allergiques IgE dépendantes parmi ces patients est estimée à 1,2 % (104/9070). Les trophallergènes les plus fréquents étaient l’œuf, le lait de vache et le sésame. Le choc anaphylactique est le symptôme présent dans 18 % des cas (14/78), le sésame est responsable dans 6 cas. Les autres manifestations de l’atopie sont rapportées chez 27 (35%) patients. De plus, 22 (28%) ont des antécédents d’atopie dans les membres de la famille du premier degré.

CONCLUSIONS. Nous avons montré que le sésame est une cause majeure d’allergie alimentaire en Israël. En fait, c’est la seconde cause de réaction anaphylactique, après le lait de vache. Nous recommandons d’adapter les tests cutanés alimentaires en fonction de l’expérience de chaque communauté et d’inclure le sésame pour les populations appropriées.

 Dr Alain Thillay

Commentaire de l'auteur :

Les trophallergènes responsables d’allergie alimentaire ne sont pas les mêmes d’une région du monde à l’autre, d’une ethnie à l’autre. Cela implique que l’Allergologue ait une bonne culture générale et surtout qu’il interroge avec soin ses patients.

référence :

http://www.allergique.org/article39.html


Dans la même rubrique

La sévérité de l’allergie à l’arachide chez l’enfant aurait-elle une influence sur le résultat de la biologie ? , Dr Fabienne Rancé
Les auteurs ont développé une nouvelle technique de dosage des IgE spécifiques dirigées contre l’arachide. L’extrait de protéines totales d’arachide obtient les résultats les plus (...)
Les kangourous sauvés par l’allergie ?, Dr Clément FOURNIER
Il s’agit du rapport du premier cas clinique d’anaphylaxie à une protéine spécifique de la viande de marsupial (kangourou, wallaby…). Il avait déjà été signalé un cas d’allergie à (...)
De l’intérêt d’installer une vache laitière dans les cabinets d’allergologie !, Dr Stéphane Guez
Cette étude souligne la faisabilité d’une épreuve de réintroduction systématique du lait de vache pour faire le diagnostic de l’allergie au lait de vache chez des enfants. L’absence (...)
C’est le riz ? Non, céleri !, Dr Hervé Couteaux
Cette étude Coréenne rapporte le premier cas d’anaphylaxie induite par l’effort (AIE) au céleri, dans le cadre d’un syndrome bouleau-armoise-Apiacées. Les auteurs, rappelant que (...)
Allergie alimentaire à l’effort : la faute aux LTP ou la disparition de la sieste ?, Dr Stéphane Guez
Les auteurs ont étudié une population italienne de patients ayant une allergie alimentaire à l’effort. Si les tests classiques ont différentes sensibilités, l’allergologie (...)