Enregistrer au format PDF

Acariens et bactéries : coalition pour infecter le poumon.

par Dr Philippe Carré

publié le  25 avril 2003

L’activité allergique inflammatoire des acariens de la poussière, chez des sujets prédisposés, est bien connue. Leur rôle pro-infectieux est par contre inconnu jusqu’ici. Les auteurs rapportent que Der P 1 est capable d’inactiver les inhibiteurs des élastases, qui ont à l’état naturel un rôle de protection anti-microbienne.

L’acarien Der p 1 altère les défenses du poumon par inactivation des inhibiteurs de l’élastase. : Brown A, Farmer K, MacDonald L, Kalsheker N, Pritchard D, Haslett C, Lamb J, Sallenave JM. Centre for Inflammation Research, Rayne Laboratory, Edinburgh, United Kingdom dans Am J Respir Cell Mol Biol 2003 Apr 10

Les acariens de la poussière de maison (APM) sont la source la plus commune d’aéroallergènes qui, chez des sujets génétiquement prédisposés, peuvent entraîner des symptômes allant de la dermatite atopique à l’asthme bronchique.

Dermatophagoïdes pteronissinus 1 (Der p 1), cible principale de la réponse immune humaine à poussière de maison (PDM), peut moduler, à travers ses propriétés enzymatiques, l’adaptation du système immunitaire par le clivage du CD23 et du CD25.

Les conséquences en seraient de promouvoir les réponses allergiques inflammatoires.

De plus, en rompant les jonctions serrées épithéliales, Der p 1 facilite le transport des allergènes sur l’épithélium.

Les auteurs rapportent que Der p 1 a des effets additionnels sur les mécanismes de défense innés du poumon, en inactivant in vitro et ex vivo les inhibiteurs des élastases humaines (h) , l’inhibiteur de la protéinase alpha-1 (h-A1-Pi) humaine, de la souris (s), mais pas la SLPI et l’élafine humaines.

Les auteurs confirment que Der P 1 contient des cystéines et des sérines protéinases et démontrent pour la première fois que l’élafine-h est particulièrement sensible à l’activité biologique des protéinases.

Comme ces inhibiteurs d’élastase ont une activité aussi bien anti-microbienne qu’anti-élastasique, ces résultats suggèrent que l’inactivation de ces composants du système de défense pulmonaire par Der P 1 peut augmenter la susceptibilité des patients à l’infection, en plus de l’inflammation allergique.

 Dr Philippe Carré

Commentaire de l'auteur :

Cette intéressante étude soulève pour la première fois l’hypothèse que les acariens pourraient avoir une activité pro-infectieuse, en inactivant les inhibiteurs naturels des élastases, qui protègent le système pulmonaire contre la prolifération microbienne.

Ce qui pourrait expliquer que les allergiques (au moins aux acariens) auraient une susceptibilité plus importante aux infections.

Dans les asthmes décompensés, l’étiologie infectieuse est souvent un facteur évoqué, sans beaucoup de preuve, et faute d’autre explication. L’utilisation des antibiotiques est d’ailleurs fréquente dans ces situations, et souvent critiquée. Cette étude pourrait apporter une preuve en faveur de cette hypothèse.

Mais les données théoriques sont souvent contradictoires entre elles ; on nous a expliqué récemment que l’exposition microbienne de l’environnement pourrait protéger contre le développement de l’allergie, en réorientant le système immunitaire.

Tout n’est pas si simple dans ce monde …

référence :

http://www.allergique.org/article1094.html


Dans la même rubrique

Nouvelle pratique allergologique : renifler un patient sous le nez permet de dépister son asthme !!, Dr Stéphane Guez
Les auteurs ont étudié l’intérêt d’un nouvel appareil de mesure qui étudie les composé organiques volatils exsufflés par le nez dans l’asthme. Les résultats montrent que les mesures (...)
L’asthme aussi s’enflamme dans les quartiers défavorisés., Dr Philippe Carré
Les caractéristiques sociodémographiques des sujets asthmatiques ne suffisent pas à expliquer totalement les disparités du risque d’asthme infantile dans des groupes de (...)
Les asthmatiques sont tous hypercontractés, mais peuvent-ils être hyperdilatés ?, Dr Sylvie HUET
Les auteurs démontrent donc que les asthmatiques sont plus réactifs que les sujets normaux aux bronchodilatateurs tels que le salbutamol, et aux bronchoconstricteurs tels que (...)
Dis-moi si tu siffles, je te dirai qui tu seras plus tard !, Dr Philippe Carré
Dans cette large étude de cohorte de population incluant 3251 enfants suédois qui ont été suivis de façon prospective de l’enfance jusqu’à l’âge de 8 ans : 25% avaient des sifflements (...)
Nez et bronches : liaisons dangereuses chez l’adulte aussi ?, Dr Cécilia Nocent
Il s’agit d’une étude parue dans Allergy s’intéressant aux relations entre asthme et rhino-sinusite chronique chez l’adulte. Cette étude épidémiologique de grande ampleur est issue (...)