Faut-il combiner les recombinants pour le diagnostic de l’asthme professionnel au latex ?

mercredi 30 mars 2016 par Dr Philippe Carré654 visites

Accueil du site > Maladies > Asthme > Faut-il combiner les recombinants pour le diagnostic de l’asthme (...)

Faut-il combiner les recombinants pour le diagnostic de l’asthme professionnel au latex ?

Faut-il combiner les recombinants pour le diagnostic de l’asthme professionnel au latex ?

mercredi 30 mars 2016, par Dr Philippe Carré

Le rôle des composants allergéniques dans le diagnostic de l’asthme professionnel induit par le latex. : Olivier Vandenplas1,2,*, Antoine Froidure2,3, Ursula Meurer4, Hans-Peter Rihs4, Catherine Rifflart1, Sammie Soetaert5, Jacques Jamart6, Charles Pilette2,3 andMonika Raulf4
DOI : 10.1111/all.12872

dans Vol. 71 Issue 4
Allergy

- Contexte :

  • Les composants allergéniques recombinants Hevea brasiliensis (rHev b) du latex naturel du caoutchouc (LNC) ont été développés pour évaluer le profil de sensibilisation allergénique des patients et améliorer le diagnostic de l’allergie au LNC.

- Objectif :

  • Etudier si la détermination de la réactivité des IgE spécifiques (IgEs) à un panel de composants allergéniques recombinants serait utile pour le diagnostic de l’asthme professionnel (AP) induit par le LNC, en prédisant le résultat d’un test d’inhalation spécifique.

- Méthodes :

  • Les taux d’IgEs à l’extrait de LNC et à 12 composants allergéniques recombinants du LNC ont été évalués chez 82 sujets avec un AP confirmé par un test de provocation spécifique par inhalation (TPSI) positif à des gants de LNC, et chez 25 sujets symptomatiques avec un test de provocation négatif.

- Résultats :

  • La sensibilité, la spécificité, la valeur prédictive positive (VPP) et la valeur prédictive négative d’un taux d’IgEs au LNC ≥ à 0.35 kUa/L, par comparaison au résultat des TPSI, étaient respectivement de 94%, 48%, 86% et 71%
  • La VPP augmentait à plus de 95% en augmentant la valeur seuil à 5.41 kUa/L
  • Les sujets avec un TPSI positif avaient un taux significativement plus élevé de réactivité IgEs à rHev b 5, 6.01, 6.02 et 11 que ceux avec un TPSI négatif
  • La somme des scores d’IgEs vis-à-vis de rHev b 5 plus 6.01/6.02 ≥ 1.46 kUa/L avait une VPP >95%, avec une sensibilité (79%) et une efficacité diagnostique (index de Youden : 0.67) plus élevées comparativement à un taux d’IgEs au LNC ≥5.41 kUa/L (49% et 0.41 respectivement).

- Conclusion :

  • En cas de suspicion d’AP, des taux élevés d’IgEs vis-à-vis de rHev b 5 combiné à rHev b 6.01 ou 6.02 sont les éléments prédictifs les plus efficients d’une réponse bronchique au LNC.

Cette étude montre que chez les sujets exposés aux gants de latex et qui ont des symptômes d’asthme liés au travail prouvés par un test de provocation (TP) positif (n=82), par rapport à des sujets symptomatiques avec un TP négatif, un taux sérique élevé d’IgEs au latex naturel ou à ses composants allergéniques recombinants rHev b 5 (protéine acide) combiné à rHev b 6.01 (prohéveine) ou rHev b 6.02 (héveine) a une haute valeur prédictive d’un TP positif à l’inhalation de latex, et suggère fortement le diagnostic d’asthme professionnel (AP) au latex.

Le TP au latex, même s’il reste la méthode diagnostique de référence d’AP, est rarement effectué en raison du manque de moyens à disposition, du manque de temps et d’expertise, de son coût, et du risque potentiel d’induire des réactions sévères d’asthme.

Le dosage des IgEs au latex et surtout à ses recombinants semble donc utile pour sélectionner les sujets pour qui un TP semble nécessaire pour confirmer ou infirmer le diagnostic ; dans cette étude, un taux d’IgEs au latex ≥5.41 kUa/L ou un score ≥1.46kUa/L à rHev b 5 +b 6.01/6.02 permettrait d’éviter un TP chez respectivement 39% ou 64% des sujets.

Ces résultats ont donc des implications cliniques, permettant de réduire le nombre des TP sans diminuer l’efficacité diagnostique de l’AP ; ils confirment aussi que les taux d’IgEs au latex et à ses composants disponibles, en-dessous de la valeur seuil habituelle de 0.35 kUa/L, ne permettent pas d’exclure le diagnostic d’AP induit par le latex.