Quand le diagnostic moléculaire est une valeur ajoutée pour qui s’y pique !

jeudi 12 mai 2016 par Dr Philippe Carré1073 visites

Accueil du site > Allergènes > Venins > Quand le diagnostic moléculaire est une valeur ajoutée pour qui s’y pique (...)

Quand le diagnostic moléculaire est une valeur ajoutée pour qui s’y pique !

Quand le diagnostic moléculaire est une valeur ajoutée pour qui s’y pique !

jeudi 12 mai 2016, par Dr Philippe Carré

Sensibilité améliorée par le diagnostic moléculaire chez les patients allergiques au venin d’hyménoptères qui ont une tryptase sérique élevée et/ou une mastocytose. : Michel J, Brockow K, Darsow U, Ring J, Schmidt-Weber CB, Grunwald T, Blank S, Ollert M. 

Added sensitivity of component-resolved diagnosis in hymenoptera venom-allergic patients with elevated serum tryptase and/or mastocytosis.

dans Allergy 2016 ; 71 : 651–660

- Contexte :

  • L’anaphylaxie liée à l’allergie aux venins d’hyménoptères (VH) est associée à une élévation de la tryptase sérique basale (TSB) et /ou une mastocytose chez environ 5% des patients
  • Jusqu’à maintenant, aucune information n’est disponible sur la réactivité IgE spécifique (IgEs) d’un allergène unique de venin et sur l’utilité d’une approche moléculaire pour diagnostiquer ce groupe de patients à haut risque
  • Pour identifier la type de sensibilisation IgEs moléculaire et la sensibilité diagnostique chez les patients allergiques aux VH avec des taux de TSB élevés et/ou une mastocytose, un panel d’allergènes de guêpe vespula yellow jacket (YJ) et d’abeille a été appliqué sur une plateforme immunologique IgE largement utilisée.

- Méthodes :

  • 53 patients avec une mastocytose et/ou un taux de TSB élevé, ayant eu des réactions systémiques aux VH, ont été analysés sur leur réactivité IgE à des allergènes recombinants de yellow jacket et d’abeille par la techniques Immulite3 g.

- Résultats :

  • La réactivité IgEs à Ves v 1, Ves v 5, Api m 1 à Api m 4, et Api m 10 a été retrouvée avec une fréquence similaire chez les patients allergiques aux VH avec ou sans élévation des taux de TBS et/ou de mastocytose
  • Cependant, l’utilisation des allergènes recombinants et d’un seuil diagnostique de 0.1 kUA/L permettaient de diagnostiquer les patients ayant autrement un taux indétectable d’IgE à l’extrait de venin
  • La sensibilité diagnostique de l’allergie au venin de yellow jacket en utilisant la combinaison de Ves v 1 et Ves v 5 était de 100%.

- Conclusions :

  • Chez les patients à haut risque avec des taux élevés de TBS et/ou une mastocytose, l’utilisation des composants moléculaires et la baisse du seuil du taux d’IgEs à 0.1 kUA/L peut être nécessaire pour éviter autrement des taux indétectables d’IgE aux extraits de VH chez environ 8% de ces sujets.

Les auteurs ont étudié 53 patients allergiques aux venins d’hyménoptères (VH) (YJ ou abeille), ayant des taux de tryptase sérique basale (TSB) élevés et/ou une mastocytose, quant à leur profil de réactivité IgEs avec des allergènes recombinants de YJ (Ves v 1 et Ves v 5) et d’abeille (Api m 1-4 et Api m 10), avec une technique n’interférant pas avec les déterminants croisés CCD.

Il n’y avait pas de différence objective dans les profils de réactivité des patients allergiques aux VH ayant ou non des taux de TSB élevés et/ou une mastocytose ; ceci était vrai non seulement pour la réactivité aux allergènes majeurs Ves v 1 et Ves v 5 de la guêpe YJ, mais aussi pour la réactivité avec les allergènes Api m 1-4 et Api m 10 du venin d’abeille, ce qui amène à la conclusion que la spécificité immunologique n’intervient pas dans les phénotypes différentiels observés dans le risque et la sévérité de l’allergie, et dans la réponse à la désensibilisation.

Une grande partie des patients avec des taux élevés de TSB ou une mastocytose avaient des taux d’IgEs vis à vis des composants allergéniques entre 0.1 et 0.35 kUA/L ; en appliquant le seul seuil diagnostique à 0.1 kUA/L et en combinant les allergènes majeurs Ves v 1 et Ves v 5, les auteurs arrivaient à une sensibilité diagnostique de 100%, alors qu’il y avait des faux négatifs avec le seuil à 0.35 kUA/L.

Ceci démontre la valeur apportée par le diagnostic moléculaire chez les patients avec des taux d’IgEs indétectables aux extraits de venin, comme cela a déjà été montré. Et ceci est particulièrement important chez les sujets avec un taux de TSB élevé ou une mastocytose, ces patients ayant souvent des IgEs négatives aux extraits de venin ou des tests cutanés peu clairs.