Enregistrer au format PDF

La maman fait de l’asthme, le bébé trinque et le papa s’affole !

par Dr Stéphane Guez

publié le  19 avril 2003

Asthme et grossesse : on sait qu’il y a un risque plus élevé pour l’enfant à venir d’être également asthmatique. Mais l’asthme est-il en soit un facteur de risque pour le développement de la grossesse ?

Asthme maternel et risque d’accouchement prématuré. : Sorensen TK, Dempsey JC, Xiao R, Frederick IO, Luthy DA, Williams MA. Center for Perinatal Studies, Swedish Medical Center, Seattle, WA, USA dans Ann Epidemiol 2003 Apr ;13(4):267-72

Les auteurs ont étudié les relations entre une histoire d’asthme chez la mère et le risque de faire un accouchement prématuré.

- Méthode  :
* 312 accouchements prématurés ont été étudiés de façon globale et en sous groupes (accouchement spontané, rupture prématurée des membranes, accouchement médicalement induit) et ont été comparés à 424 accouchements de femmes ayant accouchées à terme et qui ont été sélectionnées de façon randomisée.
* Les données médicales ont permis de préciser des données sur l’asthme de la mère, le devenir de la grossesse et des données socio économiques.
* Une analyse multivariée de régression logistique a permis d’extrapoler les résultats et d’ajuster le odd ratio et l’intervalle de confiance de 95%.

- Résultats :
* Des antécédents d’asthme chez la mère sont associés à un risque augmenté de faire un accouchement prématuré (OR=2.37, IC 95% = 1.15-4.88).
* L’analyse des sous groupes montre que l’asthme maternel est associé à un risque multiplié par 2 d’avoir un accouchement qui se déclenche spontanément avant terme (OR=2.35, IC95%=0.84-6.58), ou qui soit médicalement induit (OR=2.69, IC95%=1.11-6.53), bien que seul ce dernier résultat approche le seuil de signification statistique.
* Il y a des éléments en faveur d’une association modérée entre asthme chez la mère et risque de rupture prématurée de la poche des eaux (OR=1.63 ; IC95%=0.50-5.33).

- Conclusions : Ces résultats supportent l’hypothèse qu’un asthme chez la mère soit associé à une augmentation du risque de faire un accouchement prématuré.

 Dr Stéphane Guez

Commentaire de l'auteur :

Dans cette étude les auteurs concluent à l’existence d’une association entre avoir de l’asthme chez la mère et risque de faire un accouchement prématuré, mais sans qu’il y ait un résultat qui soit statistiquement significatif.

L’absence de résultat statistique ne permet pas de conclure d’une façon formelle.

Cependant on note que le odd ratio est élevé. Cela doit donc conduire à faire attention à cette association possible, et surtout à la vérifier dans d’autres études.

On peut aussi se demander si les résultats sont extrapolables à tous les pays, et si l’asthme de la mère est réellement correctement traité.

Les béta-mimétiques ayant une action préventive sur l’accouchement prématuré, les résultats de ce travail sont contradictoires avec les données pharmacologiques et pourraient mieux se comprendre si les mères asthmatiques sont incorrectement ou non traitées.

Si ces résultats sont confirmés il faudra développer des mesures de prévention auprès des futures mères asthmatiques pour éviter ces accouchements prématurés.

référence :

http://www.allergique.org/article1073.html


Dans la même rubrique

Les adolescents sont des em....deurs : alors, en plus avec une hyper-réactivité bronchique !, Dr Stéphane Guez
Dans ce travail, les auteurs démontrent qu’il existe certainement un lien génétique entre les adolescents et les parents, dans la persistance d’une HRB alors même que la maladie (...)
Asthme persistant ? Faites vos pronostics !, Dr Céline Palussière
Cette enquête menée en Finlande étudie le lien entre les sifflements du nourrisson et la persistance d’un asthme à l’âge adulte. Un questionnaire de déclaration était donc envoyé à (...)
L’asthme non traité par corticoïdes pendant la grossesse a une influence néfaste sur le foetus., Dr Isabelle Bossé
Cette étude permet de constater la nécessité de traiter les femmes enceintes asthmatiques par corticoïdes inhalés et de mettre en évidence le rôle de la 11 béta hydroxysteroïde (...)
Regarder ses éosinophiles, vous saurez si un enfant fait une exacerbation sévère ou non de son asthme…, Dr Cécilia Nocent
Il s’agit d’une étude brésilienne parue dans Allergy qui cherche à évaluer la gravité d’une exacerbation d’asthme chez des enfants en regardant les modifications morphologiques des (...)
Doit-on utiliser le paracétamol chez l’enfant…avec fébrilité ?, Dr Philippe Carré
La mise sur le marché du paracétamol à partir des années 1950 et son utilisation extensive chez les enfants comme traitement empirique de premier choix, ont conduit à des études (...)