Enregistrer au format PDF

Point trop de soja, ça donne des allergies et ça détraque les glandes ! !

par Dr Stéphane Guez

publié le  6 février 2004

L’alimentation à base de soja est prônée par des diététiciens comme ayant de nombreuses vertus. Par ailleurs, le lait de soja est une alternative largement proposée aux enfants ayant une allergie au lait. Cependant on voit se multiplier ces derniers temps des mises en garde sur des effets délétères du soja. Qu’en est-il vraiment ?

Les formules alimentaires au soja compliquent la prise en charge de l’hypothyroïdie congénitale. : S C Conrad, H Chiu and B L Silverman

Department of Pediatrics, Northwestern University Medical School, Chicago, IL, USA

dans Archives of Disease in Childhood 2004 ;89:37-40

- Objectif de l’étude  : Tester l’hypothèse selon laquelle l’alimentation à base de soja chez les enfants ayant une hypothyroïdie congénitale pourrait conduire à prolonger l’augmentation de l’hormone de stimulation de la thyroïde (TSH).

- Méthode :

  • Cette étude est une revue de dossiers de 78 patients vus durant leur première année de vie entre 1990 et 1998.
  • Les données recueillies sont : diagnostic clinique, date du début du traitement, TSH, doses de levothyroxine, poids, croissance et information sur l’alimentation , données recueillies à chaque visite.

- Résultats :

  • Il y a 8 patients ayant un régime à base de soja et 70 dans le groupe sans alimentation au soja.
  • Il n’y a pas de différence significative entre les 2 groupes en ce qui concerne les doses initiales de levothyroxine ou dans les modifications des doses lors de la première année.
  • Il y a une différence significative entre les 2 groupes en ce qui concerne :
    • la durée du temps de normalisation de la TSH,
    • le pourcentage de patients ayant une augmentation de la TSH au 4ème mois de vie,
    • le pourcentage d’augmentation de la TSH lors de la première année de vie,
    • et sur l’évolution du taux de TSH à chaque visite.

- Conclusions  :

  • Les enfants qui sont nourris au soja ont une augmentation prolongée de la TSH par rapport aux enfants nourris avec un régime sans soja.
  • Ces enfants ont donc besoin d’être très surveillé en ce qui concerne la thyroxine libre et les taux de TSH et ils peuvent avoir besoin d’une augmentation des doses de levothyroxine pour normaliser leur fonction thyroïdienne.

 Dr Stéphane Guez

Commentaire de l'auteur :

Dans ce travail rétrospectif, les auteurs rapportent un effet d’une alimentation à base de soja sur le fonctionnement thyroïdien, cette alimentation favorisant la persistance d’une hypothyroïdie malgré le traitement substitutif chez des enfants ayant une hypothyroïdie congénitale.

On voit actuellement se multiplier des mises en garde sur les fausses vertus du soja.

En particulier il semble qu’il y ait des interférences entre soja et thyroïde. Le soja contient des phyto-oestrogènes, les isoflavones, qui pourraient entraîner un dysfonctionnement thyroïdien, avec des interférences hormonales avec les traitements substitutifs.

Cette étude confirme cette donnée sans en expliquer le mécanisme puisqu’il semble que les enfants ayant une alimentation riche en soja ont un déséquilibre plus prolongé de leur fonction thyroïdienne et nécessite des doses plus fortes d’hormones substitutives pour être équilibré.

Il faut donc être vigilant chez les enfants ayant une alimentation riche en soja et se méfier des diètes trop riches en soja.

référence :

http://www.allergique.org/article1944.html


Dans la même rubrique

Allergie alimentaire à l’effort : la faute aux LTP ou la disparition de la sieste ?, Dr Stéphane Guez
Les auteurs ont étudié une population italienne de patients ayant une allergie alimentaire à l’effort. Si les tests classiques ont différentes sensibilités, l’allergologie (...)
Incroyable mais vrai : un japonais voit rouge en sniffant du cèdre à la tomate !, Dr Stéphane Guez
Dans cet article les auteurs rapportent le cas d’un Japonais sensibilisé au cèdre rouge, qui présente des manifestations allergiques lors de l’ingestion de jus de tomate en raison (...)
Les immunoglobulines peuvent décider si l’omelette sera baveuse ou bien cuite., Dr Céline Palussière
La définition de seuils d’IgE-réactivité est toujours un Graal auquel aspirent les allergologues (certains allergologues), tant ils sembleraient pouvoir faciliter la prise en (...)
À l’orange on ne passe pas, du moins lorsqu’on est allergique aux agrumes !!, Dr Stéphane Guez
Dans ce travail, les auteurs ont démontré la présence d’allergènes de type protéine de transfert lipidique commune aux agrumes et présents chez les patients allergiques à l’orange. (...)
Allergie aux profilines : il faut avoir le bon profil !, Dr Alain Thillay
Bet v 2 est la profiline du pollen de bouleau. Les profilines sont ubiquitaires du monde végétal, elles ont des fonctions régulatrices cellulaires. On les retrouve partout, (...)