Désensibilisation sublinguale, allergoïde d’acariens, et rhinite légère...

jeudi 6 juillet 2006 par Dr Geneviève DEMONET4058 visites

Accueil du site > Maladies > Traitements > Désensibilisation sublinguale, allergoïde d’acariens, et rhinite (...)

Désensibilisation sublinguale, allergoïde d’acariens, et rhinite légère...

Désensibilisation sublinguale, allergoïde d’acariens, et rhinite légère...

jeudi 6 juillet 2006, par Dr Geneviève DEMONET

Classiquement, la désensibilisation est réservée aux patients présentant une rhinite modérée ou sévère, qu’elle soit intermittente ou persistante. Une équipe italienne a mené une étude sur 68 patients ayant une rhinite légère avec un allergoïde d’acariens en comprimé.

Étude randomisée contrôlée en double aveugle d’une immunothérapie sublinguale avec un allergoïde carbamylé dans la rhinite légère aux acariens : G. Passalacqua1, M. Pasquali1, R. Ariano2, C. Lombardi3, A. Giardini4, I. Baiardini1, G. Majani4, P. Falagiani5, M. Bruno5, G. W. Canonica1

1Allergy and Respiratory Diseases, Department of Internal Medicine, University of Genoa, Genoa ; 2Allergy Unit, Bordighera Hospital, Imperia ; 3Allergy Service, Department of Internal Medicine, S. Orsola Hospital FBF, Brescia ; 4Psychology Unit, Scientific Institute of Montescano, S. Maugeri Foundation IRCCS, Montescano (PV), Italy ; 5Lofarma S.p.A., Milan, Ital

dans Allergy 61 (7), 849-854

- Contexte :

  • L’efficacité clinique de l’immunothérapie sublinguale (SLIT) dans l’allergie aux acariens reste débattue en cas de maladie légère, en dépit de l’étude clinique que nous avons menée sur une longue durée.

- Méthodes :

  • L’étude a été randomisée, en double aveugle et contre placebo.
  • A l’issue d’une année d’évaluation, 68 patients présentant une rhinite légère due aux acariens (avec ou sans asthme) ont été randomisés en un groupe médicaments + placebo et un groupe médicaments + SLIT pendant 2 ans.
  • L’immunothérapie sublinguale était administrée sous la forme d’un comprimé soluble d’allergoïde carbamylé monomérique.
  • Les scores cliniques de l’asthme et de la rhinite (de 0 à 3 : absente à sévère) ainsi que la consommation médicamenteuse ont été notés quotidiennement dans les périodes de novembre à février.
  • La qualité de vie a été évaluée avant et après chaque période d’observation de même que les données pharmaco-économiques.

- Résultats :

  • Cinquante-six patients ont terminé l’étude.
  • Le taux d’arrêt a été le même dans les deux groupes.
  • Aucun effet secondaire approprié n’a été rapporté.
  • Il y a eu une réduction significative des scores cliniques totaux (p < 0.05) dans le groupe actif versus placebo durant la première année mais pas dans la deuxième, alors que l’obstruction nasale s’est significativement améliorée durant les deux ans (p < 0.05).
  • La baisse du score de prise médicamenteuse n’était significative que la première année.
  • Aucune modification n’a été observée sur la plupart des items du questionnaire court de 36 questions parce que tous les patients avaient un profil normal au départ.
  • Un changement significatif a été observé dans le groupe SLIT pour l’item « changement d’état de santé ».
  • la nécessité de consultations supplémentaires était significativement plus faible dans le groupe actif (25% contre 43%).

- Conclusion :

  • L’immunothérapie sublinguale s’est avérée sûre et cliniquement efficace dans la rhinite légère avec allergie aux acariens.

Une étude en double aveugle et contre placebo a été menée en Italie sur 68 patients présentant une rhinite légère (avec ou sans asthme) avec allergie aux acariens. Ils ont été désensibilisés pendant 2 ans par voie sublinguale après une année d’observation, à l’aide de comprimés solubles d’un allergoïde carbamylé monomérique d’acariens.

56 patients ont terminé l’étude. Scores cliniques et médicamenteux ont été notés de novembre à février.

Ils étaient améliorés de façon significative la première année mais pas la seconde (sauf l’obstruction nasale qui était améliorée sur les 2 ans). Les consultations ont également été moins fréquentes dans le groupe désensibilisé.

Bref, une efficacité certes, mais pas de quoi grimper au plafond... Le placebo fait aussi bien la deuxième année. Qu’en est-il de la troisième, et surtout des années suivant l’arrêt de la désensibilisation ? Cette efficacité modeste est-elle due à l’allergoïde ? Il aurait été intéressant de comparer avec une désensibilisation sublinguale classique. L’étude ne comporte, par ailleurs, qu’un nombre assez modeste de patients.

Au vu de ces résultats, on est en droit d’hésiter avant de proposer un traitement long et onéreux à un patient présentant seulement une rhinite légère. Un traitement par corticoïde nasal ne ferait-il pas aussi bien ?