Phl p 3 c’est comme Phl p 2, mais pas pareil !

mercredi 12 juillet 2006 par Dr Hervé Couteaux931 visites

Accueil du site > Allergènes > Aériens > Pollens > Phl p 3 c’est comme Phl p 2, mais pas pareil !

Phl p 3 c’est comme Phl p 2, mais pas pareil !

Phl p 3 c’est comme Phl p 2, mais pas pareil !

mercredi 12 juillet 2006, par Dr Hervé Couteaux

Les pollens des Poacées sont une des sources d’allergènes les plus répandues dans le monde. Si l’on a identifié une douzaine de groupes d’allergènes, les données sont encore trop parcellaires et les études portant sur leur pertinence clinique trop rares, qui donneraient pourtant tout leur relief aux données purement immunologiques et biochimiques...

Phl p 3 : caractérisation structurelle et immunologique d’un allergène majeur de la Phléole. : Arnd Petersen*, Roland Suck+, Buko Lindner, Dessi Georgieva§, Martin Ernst¶, Holger Notbohm||, Daniel Wicklein*, Oliver Cromwell+ and Wolf-Meinhard Becker*

*Molecular and Clinical Allergology, Research Center Borstel, Borstel, Germany, +Allergopharma Joachim Ganzer KG, Reinbek, Germany, Biophysics, Research Center Borstel, Borstel, Germany, §Center of Experimental Medicine, Institute of Biochemistry and Molecular Biology I, University Hospital Hamburg-Eppendorf, c/o Deutsches Elektronen Synchrotron (DESY), Hamburg, Germany, ¶Immune Cell Analytics, Research Center Borstel, Borstel, Germany and ||Department of Medical Molecular Biology, University of Luebeck, Luebeck, Germany

dans Clinical & Experimental Allergy 36 (6), 840-849.

- Contexte :

  • L’importance de la pertinence des différents allergènes en matière de sensibilisation allergique n’est que partiellement comprise.
  • Une compréhension plus détaillée de la structure de l’allergène et de la manière dont cette structure influe sur les réponses immunitaires pourrait conduire à un meilleur diagnostic de la maladie et à des préparations améliorées en vue d’une immunothérapie spécifique de l’allergène.
  • Les pollens des Poacées contiennent plusieurs allergènes différents, et bien que les allergènes du groupe 3 aient été classés depuis longtemps, leur structure et leur allergénicité ont été peu étudiées.

- Objectif :

  • Caractériser Phl p 3 du pollen de Phléole (ou Fléole) et le comparer à Phl p 2 en regard de sa structure biochimique et de son allergénicité.

- Méthodes :

  • Phl p 2 et Phl p 3 naturels ont été séparés par chromatographie à partir d’un extrait de pollen et caractérisés par électrophorèse 2D et séquençage de protéines.
  • Les séquences complètes ont été déterminées par clonage d’ADN et repérées dans les extraits naturels de pollens par spectrométrie de masse.
  • D’autres comparaisons des allergènes ont été réalisées pour la liaison IgE et les réactivités croisées.
  • L’allergénicité a été déterminée par l’activation des basophiles CD203c et les tests cutanés.
  • Les structures 3D ont été comparées par modélisation moléculaire.

- Résultats :

  • Phl p 3 a une masse moléculaire de 10.958 et 10.973 kDa et des pI de 8.9 et 9.3.
  • Phl p 2 a une masse moléculaire de 10.816 et un pI de 4.6.
  • L’identité de séquence est de 58%.
  • En dépit de ces différences dans les structures primaires, les deux allergènes montrent des structures de conformation identiques, en rapport avec des propriétés immunologiques et allergologiques similaires.

- Conclusions :

  • Les allergènes des groupes 2 et 3 sont des allergènes majeurs qui ont des structures tridimensionnelles similaires.
  • Bien qu’ils diffèrent considérablement dans leurs séquences d’acides aminés et leurs pI, il n’y a qu’une légère différence en terme de réactivité immunologique, un peu plus forte pour Phl p 3 en regard des cellules B (épitopes conformationnels).
  • Les différences entre les séquences peuvent influencer la réactivité vis-à-vis des cellules T.

Préalablement réunis sous l’appellation Phl p 2/3, séparés de Phl p 1 par chromatographie puis gel filtration par Suck en 1999, les deux allergènes Phl p 2 et Phl p 3 voient leurs points communs et leurs différences précisées par cette étude.

Phl p 2 et Phl p 3 ont des séquences d’acides aminés différentes : ils n’ont que 58% d’identité de séquence pour ce qui concerne la structure primaire.

Par contre, leur structure tridimensionnelle est similaire.

Ces deux résultats laissent augurer une réactivité propre à chacun des allergènes vis-à-vis des cellules T (épitopes linéaires) tandis que leur réactivité vis-à-vis de leur allergénicité est plus comparable ( avec une réactivité un peu plus marquée de Phl p 3 vis-à-vis des cellules B).

Il y a plus de 30 ans que les Ag des groupes 2 et 3 ont été identifiés dans un extrait de pollen de Lolium perenne, puis de Poa pratense.

Selon Roberts et al.,1993, l’homologie entre Phl p 2 et Phl p 3 suggère une origine commune par duplication génique.

Il faut reconnaître que cette étude vient combler un manque cruel de données sur ces deux groupes d’allergènes, peu étudiés par rapport à d’autres...