C’est pas toujours anodin les profilines…

mercredi 12 novembre 2014 par Dr Philippe Carré923 visites

Accueil du site > Allergènes > Aériens > Pollens > C’est pas toujours anodin les profilines…

C’est pas toujours anodin les profilines…

C’est pas toujours anodin les profilines…

mercredi 12 novembre 2014, par Dr Philippe Carré

Profiline : allergène alimentaire de sévérité chez des patients allergiques surexposés aux pollens de graminées. : Alvarado MI, Jimeno L, De La Torre F, Boissy P, Rivas B, Lázaro MJ, Barber D.

Profilin as a severe food allergen in allergic patients overexposed to grass pollen.

dans Allergy 2014 ; 69 : 1610–1616.

- Contexte :

  • Les profilines sont des protéines ubiquitaires qui agissent chez des patients sensibilisés comme des panallergènes, et sont considérées comme des allergènes alimentaires modérés ou incomplets
  • Le but de cette étude était d’évaluer le rôle des profilines en tant qu’allergènes alimentaires sévères chez des patients allergiques surexposés aux pollens de graminées, qui étaient adressés pour des réaction alimentaires sévères et qui étaient sensibilisés aux profilines.

- Méthodes :

  • Après un screening soigneux in vitro, 26 patients ont été inclus, classés en deux groupes, sujets réactifs modérés (17) et sévères (19), en fonction de l’histoire clinique et d’une provocation orale avec une profiline purifiée, selon un test de provocation alimentaire en double-aveugle contre placebo.

- Résultats :

  • Un nombre significatif de patients présentaient des réactions positives sévères au test de provocation alimentaire pour de faibles doses de profiline
  • Les patients enclins à avoir des réactions sévères avaient des rapports IgG4/IgE aux principaux allergènes de graminées plus faibles que les patients non enclins.

- Conclusion :

  • Les profilines sont des allergènes alimentaires complets dans des populations de patients ayant une allergie alimentaire et qui sont exposés à des taux élevés de pollen de graminées
  • Ce type de patients représente un modèle optimal pour comprendre le lien entre les allergies respiratoires et alimentaires
  • La nature des réactions observées et le taux faible d’allergène entraînant les réactions suggèrent que l’absorption par la muqueuse orale pourrait constituer une voie d’exposition propice aux allergènes alimentaires.

Les profilines sont des protéines ubiquitaires qui contrôlent la polymérisation de l’actine et sont présentes dans toutes les cellules eucaryotes. Les profilines des végétaux provoquent des réponses IgE spécifiques positives chez les patients sensibilisés. Leur rôle dans l’induction de symptômes allergiques respiratoires ou alimentaires est controversé.

Elles sont en règle considérées comme un allergène respiratoire mineur et un allergène alimentaire incomplet. Des études moléculaires récentes ont montré que la prévalence de la sensibilisation aux profilines était parallèle à celle des pollens de graminées, mais pas des autres pollens, dans certaines régions d’Espagne, notamment pour l’allergène Phl p 5. Les auteurs ont émis l’hypothèse que la concentration élevée en pollens de graminées pouvait expliquer que les profilines soient un allergène respiratoire majeur et soient associées à des allergies alimentaires.

Ils ont réalisé un TP alimentaire à une profiline purifiée (nPho d 2) en double-aveugle contre placebo chez 26 patients surexposés aux graminées, qui étaient tous négatifs à tous les allergènes alimentaires testés, sauf les profilines.

Tous ces patients ont eu une réaction clinique à des doses variables lors du TP, et 5 ont dû recevoir de l’adrénaline.

Les patients ayant eu des réactions sévères au TP avaient des rapports sIgG4/sIgE plus faibles aux graminées, et de façon intéressante à Phl p 2 et Phl p 5 mais pas aux profilines, suggérant qu’un phénotype plus sévère d’allergie aux pollens de graminées était lié à une allergie sévère médiée par les profilines.

Les profilines ne sont pas seulement un facteur diagnostique confondant et un allergène respiratoire mineur, mais peuvent être aussi un allergène alimentaire potentiellement sévère et un marqueur d’allergie sévère aux graminées ; de sorte qu’une prévalence élevée en profiline dans une région pourrait prédire un risque plus élevé de réactions sévères en cas d’ITSL, ce qui reste à prouver.

Il est enfin intéressant de souligner aussi que cette étude a été réalisée au cours de 2 saisons polliniques consécutives, la première intense et la seconde plus modérée, et que les patients ayant eu une réaction allergique sévère aux profilines la première année ont eu des réactions moins fréquentes lors de la seconde année, suggérant qu’une exposition élevée aux pollens de graminées peut s’accompagner de réactions alimentaires plus sévères aux profilines, et que l’absorption par la muqueuse orale pourrait représenter un mode d’exposition propice aux allergènes alimentaires.