Bermuda : une étude un peu « short » !

mardi 29 avril 2008 par Dr Hervé Couteaux1495 visites

Accueil du site > Allergènes > Aériens > Pollens > Bermuda : une étude un peu « short » !

Bermuda : une étude un peu « short » !

Bermuda : une étude un peu « short » !

mardi 29 avril 2008, par Dr Hervé Couteaux

Les Graminées : environ 10 000 espèces dans le monde, responsables de pollinoses
fréquentes. Faut-il tenir compte de l’exposition à laquelle est soumis le patient ou pouvons nous utiliser un extrait d’une ou de quelques espèces seulement ?
Simplifier, oui, mais encore faut-il en démontrer la pertinence.

Profils d’IgE-réactivité de patients sensibilisés au pollen de chiendent digité (Bermuda grass, Cynodon dactylon), évalué par les allergènes de fléole Phl p 1, Phl p 2, Phl p 4, Phl p 5, Phl p 6, Phl p 7, Phl p 11, Phl p 12. : Rossi RE, Monasterolo G, Prina P, Coco G, Operti D, Rossi L.

Allergy Unit, National Health Service, Rete di Allergologia, Regione Piemonte

dans Allergol Int. 2008 Jun ;57(2):1-8.

- Contexte :

  • En dépit de différences de prédominance géographique de certaines herbes, un degré élevé de similitude de l’allergénicité ou de réactivités croisées entre le pollen de Cynodon dactylon (Bermuda grass pollen : BGP) et celui de fléole (Timothy grass pollen : TGP) a déjà été démontré.

- Objectif :

  • L’objectif de la présente étude était d’évaluer la sensibilisation à la fléole (TGP) chez 411 patients connus pour leur réactivité aux extraits de Cynodon (BGP) par l’analyse de leur réactivité à l’extrait brut de pollen de fléole et aux allergènes purifiés de pollen de fléole, en établissant leurs profils d’IgE spécifiques.

- Méthodes :

  • En utilisant la méthode immunoenzymatique CAP, nous avons évalué les anticorps IgE spécifiques des extraits de BGP et de TGP et des allergènes de fléole recombinants (r) et naturels (n) rPhl p 1, rPhl p 2, nPhl p 4, rPhl p 5, rPhl p 6, rPhl p 7, rPhl p 11, et rPhl p 12.

- Résultats :

  • Les patients positifs pour les IgE-BGP (médiane = 8.0kUA / l, 2,8-22.2kUA / l 25-75%) avaient simultanément des résultats positifs pour les IgE-TGP (100% des sujets) (médiane = 48.9kUA / l, 19.8-sup à 100kUA/l, 25-75%) et une forte prévalence de sensibilisation à 6 des 8 allergènes de Phleum pratense (Phl p 1, 2, 4, 5, 6, 11), marqueurs d’une véritable sensibilisation à TGP) autres que profiline et proteines se liant au calcium.
  • Plus de 72% des patients allergiques BGP étaient co-sensibilisés à rPhl p 1, rPhl p 2, nPhl p 4, rPhl p 5, rPhl p 6.
  • Une diminution des IgE totales et spécifiques des patients avec l’âge a été observée.

- Conclusions :

  • Nos données montrent que tous les patients allergiques à BGP présentent en même temps des taux plus élevés d’anticorps IgE vis-à-vis des allergènes recombinants et naturels de Phleum pratense ainsi que vis-à-vis des extraits bruts de TGP.
  • Cela suggère que dans le choix d’une immunothérapie destinée aux patients sensibilisés au BGP (après avoir établi leur profil IgE pour les allergènes purifiés de TGP), des vaccins extraits de TGP, en sublingual et en injectable, aux doses appropriées, dans le but d’influencer la spécificité des épitopes T pourraient être bénéfiques.
  • Bien que cela soit très rare, quand un patient est exclusivement sensibilisé aux allergènes des BGP, une immunothérapie avec des extraits de BGP est la réponse thérapeutique appropriée.

Les patients de cette étude, réactifs (cliniquement ? tests cutanés ? tests biologiques d’IgE ? On ne sait pas) au pollen de Cynodon dactylon, ont fait preuve d’une IgE réactivité vis-à-vis des extraits de pollens de fléole ainsi que des principaux recombinants et allergènes naturels purifiés.

Quand un patient n’est « sensibilisé » qu’au pollen de Cynodon dactylon, le choix d’un extrait de Cynodon dactylon est approprié dans l’optique d’une immunothérapie.

En dehors de ce que les auteurs appellent une exception, le choix d’un extrait de pollen de fléole est « suggéré » pour une ITS destinée aux patients « sensibilisés » au pollen de chiendent digité…

Peut-on utiliser en immunothérapie un extrait de Phleum pratense au lieu d’un extrait de Cynodon dactylon ? et plus généralement un extrait d’un produit B au lieu d’un extrait d’un produit A pour une population allergique à A ?

Pour cela, il suffit de vérifier deux choses :
- D’une part que les patients allergiques à A sont bien IgE réactifs pour B
- Et qu’une réactivité croisée a été démontrée entre A et B, ce qui nécessite des tests d’inhibitions.

Dans cette étude, aucune étude d’inhibition n’a été menée : on s’est juste borné à constater que dans une population de patients « sensibilisés » au pollen de chiendent digité, ces patients avaient également une IgE réactivité vis-à-vis d’allergènes de la fléole.

S’agit-il de deux réactivités indépendantes ou de réactivité croisée ?

Répondre à cette question ne peut se faire que par des études d’inhibitions, comme déjà dit plus haut.

Or, non seulement les auteurs n’en ont pas fait, mais quand cela a été réalisé (3 études entre 76 et 85, ce qui ne fait pas beaucoup…) et bien les résultats ont été parfaitement discordants (avec à peu près autant de réponses dans un sens que dans l’autre…)

Donc, ce que l’on sait, c’est que, parmi les rares Graminées étudiées, Cynodon dactylon n’a pas fait la preuve d’une réactivité croisée avec les autres…

Dans l’exposé de leur étude, au paragraphe traitant du contexte, les auteurs affirment l’inverse !...

Ceci serait sans conséquence s’ils vérifiaient ce qu’ils avancent : mais, nous l’avons déjà dit : aucun test d’inhibition n’a été réalisé, qui aurait apporté des donnée concernant les réactivités croisées entre Cynodon dactylon et Phleum pratense…

Au total, il est possible que les auteurs aient raison, on remarque qu’ils procèdent par affirmation sans vérifier ce qu’ils avancent, d’autant que les données dont nous disposons ne sont pas en faveur ni de leur hypothèse de départ, ni de leur conclusion…

Cette étude apporte-t-elle de la confusion ou de la clarté ? à chacun de se faire son idée.

NB : Ces commentaires sont basés sur l’abstract et non sur la publication complète.