Tout le monde veut plus de « blé » mais gare aux allergies !!!

mercredi 1er juillet 2009 par Dr Stéphane Guez980 visites

Accueil du site > Maladies > Diagnostic > Tout le monde veut plus de « blé » mais gare aux allergies !!!

Tout le monde veut plus de « blé » mais gare aux allergies !!!

Tout le monde veut plus de « blé » mais gare aux allergies !!!

mercredi 1er juillet 2009, par Dr Stéphane Guez

L’allergie au blé reste difficile à explorer car l’allergologue ne dispose pas de test suffisamment précis pour différencier les patients en fonction de leur expression clinique. Un test cutané positif ne permet pas ainsi de différencier le boulanger ayant un asthme professionnel, de l’allergie alimentaire au blé ou de la pollinose au blé.

Microdosages des allergènes du blé et des pollens de graminées pour un diagnostic allergologique précis. : C. Constantin 1 , S. Quirce 2 , M. Poorafshar 3 , A. Touraev 4 , B. Niggemann 5 , A. Mari 6 , C. Ebner 7 , H. Akerström 3 , E. Heberle-Bors 4 , M. Nystrand 3 , R. Valenta 1

1 Division of Immunopathology, Department of Pathophysiology, Center of Physiology and Pathophysiology, Medical University of Vienna, Vienna, Austria ; 2 Allergy Department Hospital La Paz and CIBRES, Madrid, Spain ; 3 Phadia AB, Uppsala, Sweden ; 4 Max F. Perutz Laboratories, University of Vienna, Vienna, Austria ; 5 Pediatric Allergology and Pneumology, DRK Kliniken Berlin, Berlin, Germany ; 6 Center for Clinical and Experimental Allergology, IDI-IRCCS, Rome, Italy ; 7 Allergieambulatorium Reumannplatz, Vienna, Austria

dans Allergy
Volume 64 Issue 7, Pages 1030 - 1037

- Introduction :

  • Le blé est une source potentielle d’allergènes importante et peut causer :
    • soit un asthme du boulanger,
    • soit une allergie alimentaire
    • soit une allergie pollinique.
  • Le but de ce travail a été de développer un microdosage d’allergènes permettant de différencier ces différentes formes d’allergies au blé.

- Matériel et méthode :

  • Les auteurs ont analysé le profil de réactivité IgE de patients présentant un asthme du boulanger, une allergie alimentaire à la farine de blé et une pollinose au blé grâce à des microdosages avec :
    • des recombinants d’allergènes de blé,
    • et de pollens de graminées
  • en comparant les résultats avec :
    • la clinique,
    • les tests cutanés basés sur l’extrait total naturel et les extraits de blé et de pollens.

- Résultats :

  • Les auteurs ont identifiés des allergènes recombinants de la farine de blé, qui sont spécifiquement reconnus par les patients présentant un asthme professionnel du boulanger, mais pas par les patients qui ont une allergie alimentaire au blé ou une allergie pollinique.
  • r Phl p 1 et rPhl p5 sont identifiés comme des marqueurs de l’allergie pollinique au blé. Ils peuvent être utilisés pour identifier le blé comme un allergène pollinique et faire ainsi la différence avec une allergie au blé du boulanger ou une allergie alimentaire au blé.
  • La profiline est reconnue comme un allergène entraînant des réactions croisées avec une reconnaissance par les patients ayant un asthme du boulanger, une allergie alimentaire et une pollinose.

- Conclusion :

  • Ces résultats montrent qu’il est possible de réaliser des microdosages à l’aide de recombinants du blé et de pollens de graminées, permettant de faire la distinction entre une allergie du boulanger, une allergie alimentaire et une pollinose.

Dans ce travail, les auteurs ont fabriqué des microdosages d’IgE sériques à l’aide d’allergènes recombinants du blé. Il est alors possible, en utilisant également les allergènes recombinants des pollens de graminées de caractériser un profil de sensibilisation différent selon les formes d’allergies au blé.

Ce travail est extrêmement intéressant car il pourrait rapidement permettre au clinicien allergologue de pouvoir enfin disposer d’un test fiable permettant de caractériser l’allergie spécifique aux protéines de blé des patients présentant soit un asthme du boulanger, soit une allergie alimentaire au blé soit une pollinose aux pollens de blé.

Il faut bien dire qu’actuellement les tests cutanés à notre disposition ne sont pas discriminants de ces différentes formes d’allergie.

Il y a eu des progrès avec le dosage des IgE spécifiques à l’oméga-5-gliadine mais uniquement pour l’anaphylaxie alimentaire au blé secondaire à l’effort.

Il est possible en combinant ce nouveau dosage et celui des recombinants Phl p 1 et 5 de pouvoir caractériser sur le plan IgE les patients en fonction de leur allergie.

Indirectement ce travail démontre par la même occasion, que les patients développent des allergies différentes selon les allergènes en cause.