L’infâme Corylus agresse même les enfants !

vendredi 8 avril 2011 par Dr Hervé Couteaux519 visites

Accueil du site > Maladies > Diagnostic > L’infâme Corylus agresse même les enfants !

L’infâme Corylus agresse même les enfants !

L’infâme Corylus agresse même les enfants !

vendredi 8 avril 2011, par Dr Hervé Couteaux

Les nourrissons atteints de dermatite atopique peuvent afficher une sensibilisation à Cor a 9, une protéine de stockage 11S légumine-like de la noisette (Corylus avellana) : Verweij, M. M., Hagendorens, M. M., De Knop, K. J., Bridts, C. H., De Clerck, L. S., Stevens, W. J. and Ebo, D. G. (2011),

Young infants with atopic dermatitis can display sensitization to Cor a 9, an 11S legumin-like seed-storage protein from hazelnut (Corylus avellana).

dans Pediatric Allergy and Immunology, 22 : 196–201. doi : 10.1111/j.1399-3038.2010.01088.x

- Contexte :

  • L’allergie à la noisette (Corylus avellana) peut être sévère et survenir tôt dans la vie.
  • La dermatite atopique (DA) peut impliquer la présence de sensibilisations à divers aliments.

- Objectif :

  • L’objectif est d’étudier le profil de sensibilisation aux noisettes chez les nourrissons atteints de DA.

- Méthodes :

  • Les sérums de 34 enfants tous âgés de moins d’un an et souffrant de DA ont été sélectionnés en fonction de résultats antérieurs des IgE spécifiques.
  • Vingt-neuf enfants étaient sensibilisés aux allergènes alimentaires traditionnels, cinq ne l’étaient pas.

- Résultats :

  • Sur 29 nourrissons avec une sensibilisation à au moins un allergène alimentaire, 20 ont démontré une IgE réactivité à la noisette.
  • Tous les sérums ont été analysés avec la biopuce ISAC.
  • Douze (60%) des enfants avec une IgE-réactivité à la noisette ont démontré une sensibilisation à Cor a 9, la protéine de stockage 11S légumine-like de la noisette.
  • Chez ces nourrissons, on n’a pas retrouvé de sensibilisation à Cor a 1, l’homologue de Bet v 1, l’allergène majeur pollen de bouleau (Betula verrucosa), ou à la protéine de transfert de lipide (Cor a 8) de la noisette.
  • La moitié des enfants sensibilisés à Cor a 9 ont démontré une IgE-réactivité à son homologue de l’arachide Ara h 3 (Arachis hypogaea) et parmi eux, cinq étaient également sensibilisés à Gly m 6 du soja (Glycine max).
  • Aucun des nouveau-nés atteints de DA sans IgE-réactivité à la noisette n’ont montré une sensibilisation à Cor a 1, 8 ou 9.

- Conclusion :

  • En conclusion, les nourrissons atteints de dermatite atopique sensibilisés à la noisette peuvent déjà afficher une IgE-réactivité à Cor a 9, un composant de la noisette potentiellement dangereux.
  • Le ou les mécanismes de cette sensibilisation précoce et sa signification clinique restent à préciser.

Certains nourrissons atteints de dermatite atopique peuvent présenter une IgE-réactivité pour Cor a 9, une protéine de stockage de la noisette.

Cette IgE-réactivité peut, par ailleurs, être impliquée dans des réactions d’allergie alimentaire potentiellement sévères, mais le mécanisme et la signification d’une telle réactivité chez des enfants atteints d’eczéma atopique demeure mal comprise.

L’IgE-réactivité vis-à-vis de certains aliments ne concerne qu’une partie des enfants souffrant d’eczéma atopique.

Il faut noter que les observations rapportées dans cette étude concernent des enfants sélectionnés sur la présence d’un eczéma atopique ET d’une IgE-réactivité alimentaire.

Sur ces enfants sélectionnés, un peu plus de la moitié présentaient une IgE-réactivité pour Cor a 9, parfois isolée, parfois associée à une IgE-réactivité à l’arachide et/ou au soja.

Il est donc difficile de se faire une idée de la fréquence d’une telle réactivité dans la population générale des enfants atteints d’eczéma atopique.

Il faut enfin souligner l’absence de compréhension de cette réactivité et donc, par voie de conséquence, des conséquences cliniques et thérapeutiques qu’elle pourrait entraîner.