Faut-il faire pression sur les asthmatiques pour les améliorer ? Il faut faire le point !

jeudi 19 mars 2015 par Dr Philippe Carré496 visites

Accueil du site > Maladies > Traitements > Faut-il faire pression sur les asthmatiques pour les améliorer ? Il faut (...)

Faut-il faire pression sur les asthmatiques pour les améliorer ? Il faut faire le point !

Faut-il faire pression sur les asthmatiques pour les améliorer ? Il faut faire le point !

jeudi 19 mars 2015, par Dr Philippe Carré

Effet d’un point de pression rapide sur l’efficacité thérapeutique et la fonction pulmonaire chez des patients avec un asthme bronchique chronique persistant. : Journal of Acupuncture and Tuina Science
February 2015, Volume 13, Issue 1, pp 36-43

- Objectif :

  • Observer l’effet d’un point de pression rapide sur l’efficacité clinique et la fonction pulmonaire de patients ayant un asthme bronchique chronique persistant.

- Méthodes :

  • Un total de 60 sujets avec un asthme bronchique chronique persistant confirmé ont été randomisés en deux groupes : 30 dans chaque groupe
  • Les sujets dans le groupe traitement étaient traités par une pression rapide d’un point, 1 heure pour le traitement initial, et 40 minutes pour les traitements suivants
  • Le traitement était fait une fois par jour pendant 40 jours
  • Les sujets du groupe contrôle étaient traités par des capsules d’un composé d’Hydrochloride de Methoxyphénamine, 2 capsules à chaque prise, 3 fois par jour
  • Le traitement durait 7 jours consécutifs
  • Un suivi pendant 1 an a été réalisé pour les deux groupes.

- Résultats :

  • Après traitement, les scores de chaque symptôme et le score total de symptômes pour les symptômes de la Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC) étaient significativement plus élevés dans le groupe traité que dans le groupe contrôle (p<0.05) ; les taux effectifs totaux étaient plus élevés dans le groupe traité que dans le groupe contrôle à chaque période de temps ; et il y avait une différence statistiquement significative entre les deux groupes dans le taux effectif total après 7 jours de traitement (p<0.01)
  • Après les 40 jours de traitement, il y avait des différences significatives du pourcentage de VEMS par rapport à la valeur prédite et de la capacité inspiratoire (CI) ans le groupe traité (p<0.05)
  • Cependant, il n’y avait pas de différence significative (p>0.05) dans le rapport VEMS/capacité vitale forcée, le taux du débit expiratoire de pointe et le débit maximum de milieu d’expiration ; et il n’y avait pas de différence significative dans les paramètres de fonction respiratoire dans le groupe contrôle
  • De plus, comme pour les paramètres de fonction respiratoire, il n’ y avait pas de différences statistiquement significative intra-groupes avant et après le traitement.

- (Conclusion :

  • L’application d’un point de pression rapide peut améliorer les symptômes de la MTC chez les patients et améliorer leur VEMS et leur CI.

Cette étude chinoise rapporte les effets de la médecine traditionnelle chinoise (MTC) dans l’asthme. Dans la MTC, plusieurs types de traitement peuvent être utilisés dans cette pathologie, à partir de la détermination de points d’application précis sur la surface corporelle, mais aucun protocole précis n’est reconnu.

Dans la MTC, la cause réelle de l’asthme est considérée comme une déficience du poumon, de la rate et du rein, et le principe du traitement est de traiter les symptômes de l’asthme à partir de la rate et surtout du rein. La technique du point de pression rapide a été développée par Mr Jiang Ke-ding, qui a trouvé que le déblocage de trois segments méridiens sur la jambe pouvait améliorer la déficience rénale ; les auteurs ont donc utilisé cette méthode pour évaluer son effet clinique chez 30 sujets ayant un asthme chronique, le groupe contrôle recevant un anti-tussif.
Les points de pression étaient appliqués par périodes successives de 10 minutes au cours d’une séance de 40 à 60 minutes, une fois par jour pendant 40 jours.

Cette étude suggère que cette méthode peut améliorer les symptômes de l’asthme ainsi que le VEMS et la CI dans le groupe traité, sans toutefois modifier ni le rapport de Tiffeneau ni le débit expiratoire de pointe.

Il est difficile de conclure devant cette étude qui nécessite une bonne connaissance de la MTC. Il y a des biais, notamment pour le traitement du groupe contrôle, mais il paraît quasiment impossible avec cette technique d’avoir un vrai groupe contrôle comparatif. Les auteurs concluent que cette méthode nécessite d’autres études d’évaluation avant de la promouvoir ultérieurement.