Une nouvelle étude qui incrimine les literies synthétiques.

mercredi 8 janvier 2003 par Dr Isabelle Bossé2799 visites

Accueil du site > Sciences > Environnement > Une nouvelle étude qui incrimine les literies synthétiques.

Une nouvelle étude qui incrimine les literies synthétiques.

Une nouvelle étude qui incrimine les literies synthétiques.

mercredi 8 janvier 2003, par Dr Isabelle Bossé

Nous avons déjà dans ces pages traduit des études en particulier nordiques sur la composition des literies, qui allaient à l’encontre de ce que nous disions depuis des années : à savoir une literie synthétique est préférable à une literie de plumes. Cette nouvelle étude vient conforter ce nouveau dogme.

Literie synthétique et sifflements chez l’enfant. : Ponsonby AL, Dwyer T, Kemp A, Cochrane J, Couper D, Carmichael A. National Centre for Epidemiology and Population Health, Australian National University, Canberra ; Menzies Centre for Population Health, University of Tasmania, Hobart, Australia. dans Epidemiology 2003 Jan ;14(1):37-44

- Objet : les raisons d’accroissement de l’asthme de l’enfant au fur et à mesure du temps sont imprécises. L’environnement intérieur est un souci particulier.

Un rôle adverse des literies synthétiques a été suggéré dans le développement de l’asthme de l’enfant, par des études croisées , qui ont retrouvé une association entre l’utilisation d’ oreillers synthétiques et les sifflements chez les enfants. Aucune donnée prospective sur le couchage des enfants n’est disponible.

- Méthodes :
* les données sur la literie à l’âge de 1 mois ont été disponibles à partir d’une étude de suivi réalisée chez des enfants en 1995. ( N= 863 ; 78% suivis).
* L’étude de 1995 a été incluse dans une étude plus large concernant 6378 enfants de 7 ans en Tasmanie ( N= 92 % de patients éligibles).
* Les résultats tenaient compte de symptômes respiratoires tels qu’ils sont définis dans l’International Study of Asthma and Allergies in Childhood (ISAAC).
* Les sifflements fréquents ont été définis à partir de 12 épisodes dans l’année écoulée et comparés avec l’absence de sifflements.

- Résultats :
* L’utilisation d’un oreiller synthétique à l’âge de 1 mois était associée avec de fréquents sifflements à 7 ans ( après ajustement du risque relatif aRR ; 95 % d’intervalle de confiance IC = 1.2-5.5), et indépendant de l’exposition pendant l’enfance.
* L’utilisation courante d’oreillers et de couettes en synthétique était fortement associée à des sifflements fréquents ( aRR = 5.2 ; IC = 1.3-20.6).
* De réelles tendances se sont avérées évidentes pour l’association entre l’augmentation du couchage synthétique et les sifflements fréquents ainsi que l’augmentation de la fréquence des sifflements.
* Parmi les enfants asthmatiques, l’âge de début de l’asthme intervient plus tôt si une literie synthétique a été utilisée dans la petite enfance.

- Conclusions : dans cette étude, le couchage synthétique était fortement associé avec des épisodes fréquents de sifflements dans l’enfance. L’association ne semble pas pouvoir être attribuée au choix de la literie comme élément à part entière dans la stratégie de la prise en charge de l’asthme.


Les literies synthétiques utilisées dans la toute première enfance ont tendance de façon significative à majorer le risque de sifflements plus tard.

Chez les asthmatiques, ces mêmes literies induisent un déclenchement plus précoce de l’asthme.

Cependant, il n’a pas été fait de groupe contrôle avec une literie de plumes, d’une part et il manque des précisions quant aux caractéristiques de la literie (ancienne, neuve, lavée régulièrement…) et également à propos d’autres allergènes pouvant être présents et influencer le devenir respiratoire de ces enfants ( animaux, moisissures, tabagisme, conditions d’hygiène).

Il semble difficile de limiter à un seul élément son impact sur l’apparition d’une allergie respiratoire.