Certains allergènes majeurs auraient un rôle mineur ?…

mardi 8 avril 2008 par Dr Hervé Couteaux2369 visites

Accueil du site > Allergènes > Aériens > Pollens > Certains allergènes majeurs auraient un rôle mineur ?…

Certains allergènes majeurs auraient un rôle mineur ?…

Certains allergènes majeurs auraient un rôle mineur ?…

mardi 8 avril 2008, par Dr Hervé Couteaux

La pollinose aux Graminées est certes très étudiée, mais la connaissance des allergènes en cause n’a pas livré tous ses secrets. Y-a-t-il une vie en dehors des groupes 1 et 5 des allergènes de Graminées ? Cette étude tente de répondre à cette question lancinante…

Différences d’activités allergéniques des allergènes de pollens de Graminées révélées par les tests cutanés. : Westritschnig K, Horak F, Swoboda I, Balic N, Spitzauer S, Kundi M, Fiebig H, Suck R, Cromwell O, Valenta R.

Medical University of Vienna, Austria. Kerstin.westritschnig@gmx.at

dans Eur J Clin Invest. 2008 Apr ;38(4):260-7

- Contexte :

  • Le pollen des Graminées est l’une des plus importantes sources d’allergènes.
  • Le but de cette étude était de comparer l’activité allergénique in vivo de deux allergènes majeurs des pollens de Graminées récemment caractérisés, Phl p 4 et Phl p 13, avec trois allergènes majeurs des pollens de Graminées bien connus, Phl p 1, p 2 et Phl p 5 comme base pour la formulation d’un vaccin contre l’allergie au pollen des graminées, basé sur les allergènes purifiés.

- Matériels et méthodes :

  • Quatre-vingt-deux patients allergiques aux pollens des Graminées ont été testés par pricktest avec une série de dilutions de concentrations à peu près équimolaires en allergènes purifiés dans une étude en double aveugle.

- Résultats :

  • Phl p 4 et Phl p 13 ont été identifiés comme des allergènes majeurs de pollen de Graminées selon les fréquences de liaison aux IgE (Phl p 4 : 85% ; Phl p 13 : 56%), mais présentaient une réactivité allergénique cutanée de cinq à neuf fois plus faible que Phl p 1, Phl p 2 ou Phl p 5.

- Conclusions :

  • Nos résultats indiquent que Phl p 4 et Phl p 13 ne sont pas des éléments essentiels pour un vaccin thérapeutique pollen des graminées et soulignent l’importance de l’évaluation de l’activité allergénique in vivo de chacun des allergènes pour la formulation de vaccins thérapeutiques à base d’allergènes purifiés.

Les patients polliniques aux Graminées ont une fréquence élevée d’IgE réactivité vis-à-vis de Phl p 4 et Phl p 13 qui fait de ces 2 allergènes des allergènes majeurs selon la définition actuelle.

Toutefois la réactivité cutanée de ces mêmes patients vis-à-vis de ces deux allergènes est de 5 à 9 fois plus faible que pour Phl p 1, Phl p 2 ou Phl p 5.

Phl p 4 et Phl p 13 sont des allergènes majeurs dont le rôle est mineur ?...

Les auteurs de cette étude proposent même de n’en pas tenir compte dans la composition d’un hypothétique vaccin à base d’allergènes.

On ne peut que se référer à la proposition de R. Aalberse de définir un allergène majeur selon les conséquences de sa présence ou de son absence, car il est difficilement compréhensible qu’on puisse ne tenir aucun compte d’un allergène qu’on qualifie cependant de majeur…

Rappelons maintenant quelques notions connues concernant les groupe 4 et 13 des allergènes de Graminées ; l’essentiel de ces données est extrait de la synthèse bibliographique qu’a fait Henri Malandain.

Fréquences d’IgE réactivités vis-à-vis de Phl p 4 et Phl p 5

Les fréquences d’IgE réactivité citées dans cette étude ne sont pas exactement celles retrouvées dans d’autres travaux qui, jusqu’à présent, ont mis en évidence de fortes variations selon les groupes de patients étudiés.

Groupe 4 : selon les études : 50-88%, versus 85% dans cette étude.

Groupe 13 : 25-75% versus 56% dans cette étude.

Rôle des CCD ?

Tous les allergènes du groupe 4 des Graminées sont glycosylés et sujets à une réactivité CCD.

La broméline (k202) est relativement bien adaptée aux allergènes des graminées car elle provient d’une plante monocotylédone.

Phl p 4 est testable par un allergène naturel purifié, n Phl p 4, qui peut donc être positif par les CCD.

Adriano Mari a montré que, parmi des sujets positifs pour le CAP g6 mais dont les tests cutanés sont négatifs pour l’extrait de fléole, 58 % s’avèrent positifs pour nPhl p 4 s’ils sont CCD positifs mais 0 % s’ils sont CCD négatifs.

De plus une étude a recensé 63 % de broméline positive chez des sujets positifs pour nPhl p 4.

Toute demande de test n Phl p 4 pourra donc être utilement accompagnée d’une broméline (k202).

Phl p 5 est une polygalacturonase ; les polygalacturonases des pollens de Graminées sont glycosylées et donc susceptibles d’être positivées par la simple présence d’IgE anti-CCD.

Toutefois le test biologique n’est pas disponible pour le moment.

Les allergènes du groupe 4

Ils sont présents dans toutes les espèces de Graminées étudiées.

Ils sont cross-réactifs entre eux.

Les allergènes du groupe 4 présentent des homologies avec des protéines à défense végétale appelées « berberine-bridge enzymes » (BBE).

L’homologie reste modeste cependant avec 35-45 % d’identité de séquence.

Plusieurs travaux ont étudié les réactivités croisées des allergènes du groupe 4 :

  • une protéine de 60 kD de l’armoise croise avec des protéines de 30-80 kD ou 40 kD dans la fléole.
  • Un anticorps anti-Phl p4 reconnaît des protéines dans de nombreux pollens et dans des aliments comme la pomme, le céleri, etc….
  • Phl p4 a 25 à 80 % d’identité avec différents fragments d’Api g 5 (céleri)
  • Une réactivité croisée existerait entre Phl p 4 et Amb a 1 (ambroisie) qui n’est pas due qu’à des CCD

Les allergènes du groupe 13

Ces allergènes ont été confondus avec ceux du groupe 4 car migrant au même endroit en immunoblot (60kD tous les deux).

Ces allergènes pourtant sont distincts et ne croisent pas avec ceux du groupe 4.

Ce sont des polygalacturonases.

On en a caractérisé dans toutes les espèces de graminées mais les réactivités croisées sont variables et parfois limitées, comme entre Zea m 13 et Phl p 13.

Des polygalacturonases (PG) sont connues dans des pollens autres que les graminées et dans de nombreux aliments végétaux.

Mais les pourcentages d’identité entre exo-PG (pollens de graminées) et endo-PG (aliments) sont faibles (36-41 %), de même qu’entre les exo-PG des graminées et les exo-PG des dicotylédones.

C’est la raison pour laquelle le groupe 13 des graminées a été suggéré comme un marqueur spécifique d’une sensibilisation aux graminées.