La Galice jusqu’à l’hallali ?

jeudi 7 mai 2009 par Dr Hervé Couteaux1026 visites

Accueil du site > Allergènes > Aériens > Pollens > La Galice jusqu’à l’hallali ?

La Galice jusqu’à l’hallali ?

La Galice jusqu’à l’hallali ?

jeudi 7 mai 2009, par Dr Hervé Couteaux

Principale cause des pollinoses en Europe occidentale, les Poacées sont loin d’avoir livré tous leurs secrets. On pourrait supposer qu’avec l’augmentation de la fréquence des allergies, les comptes polliniques, eux aussi, sont en progression. Cette étude s’est intéressé aux tendances évolutives des comptes polliniques en Galice.

Pollens de Poacées en Galice (Nord Ouest de l’Espagne) : caractérisation et tendances récentes de la saison pollinique atmosphérique. : Jato V, Rodríguez-Rajo FJ, Seijo MC, Aira MJ.

Department of Plan Biology and Soil Sciences, Campus As Lagoas, Sciences Faculty, Polytechnic Building, University of Vigo, 32004, Ourense, Spain,

dans Int J Biometeorol. 2009 Apr 4.

- Contexte :

  • Les comptes polliniques des pollens de Poacées en suspension dans l’air sont grandement influencés par des paramètres liés aux conditions météorologiques, mais peuvent également être régis par d’autres facteurs.
  • Les pollens des Poacées sont responsables de la plupart des réactions allergiques dans la population pollinique de Galice (Espagne), et il est donc essentiel de déterminer le risque par la mesure des comptes polliniques.
  • Le changement climatique mondial enregistré au cours des dernières années peut entraîner des changements rapides dans la saison du pollen atmosphérique (APS : Aiborne Pollen Season).
  • Cette enquête a utilisé les données des comptes polliniques enregistrées dans quatre villes de Galice depuis 1993, afin de caractériser l’APS et de noter les tendances dans sa survenue, sa durée et sa sévérité.

- Méthode :

  • L’échantillonnage a été réalisé en utilisant des capteurs Hirst de type volumétrique ; les données ont fait l’objet de test de corrélation de Spearman et de modèles de régression, afin de détecter d’éventuelles corrélations entre différents paramètres et les tendances.
  • L’APS a été calculée en utilisant une dizaine de méthodes différentes, afin d’évaluer l’influence de chacune sur les résultats de l’enquête.
  • Enfin, les tendances constatées pour les principaux paramètres liés aux conditions météorologiques influençant les comptes polliniques sur la période d’étude ont été comparés avec ceux enregistrés au cours des 30 dernières années.

- Résultats :

  • Les quatre villes ont affiché une tendance à la baisse pour les comptes polliniques annuels de pollen de Poacées, des pics polliniques moins élevés et un plus petit nombre de jours pendant lesquels les comptes ont dépassé les 30, 50 et 100 grains de pollen/m3.
  • En outre, l’étude a noté une tendance à une survenue plus tardive et une durée inférieure de l’APS, bien que des différences aient été observées selon les critères utilisés pour définir le premier et le dernier jour de l’APS.

Basée sur les comptes polliniques, cette étude a évalué l’évolution des données des comptes des pollens de Poacées en les comparant aux données enregistrées depuis 30 ans.

La saison pollinique semble démarrer plus tardivement qu’auparavant, les comptes polliniques cumulés sur une année paraissent inférieurs aux chiffres précédents tandis que les pics enregistrés ont atteints des valeurs plus faibles.

Enfin le nombre de jours où les comptes polliniques ont dépassé 30, 50 et 100 grains de pollen/m3 sont moins nombreux qu’avant.

Notons que ces résultats sont enregistrés en Galice, et qu’ils ne constituent pas une tendance générale : c’est dire d’une part l’intérêt que ces résultats présentent pour cette région bien précise et d’autre part les limites d’une telle étude…

En Galice le climat est océanique, venté, et ressemble au climat du nord de l’Europe. Malgré la superficie limitée de cette région, on peut distinguer trois zones climatiques relativement tranchées.

Zone 1. Corugna : Dans les rias altas, les températures sont agréables (moyenne 14 °C), sans grandes variations entre minima et maxima saisonniers ; on y compte 150 jours de pluie (1 000 mm à La Corogne), mais plus de 2000 heures de soleil par an.

Zone 2. Pontevedra : Protégées du vent du nord, les rias baixas ont un climat encore plus doux, mais les vents du sud-ouest y provoquent d’importantes précipitations tout au long de l’année (de 1500 à 1970 mm en moyenne).

Zone 3. Lugo et Ourense : Le climat de l’intérieur se caractérise par de forts contrastes de température (4,9 °C à Manzaneda durant les mois les plus froids, mais 31,8 °C de moyenne à A Rua durant les mois les plus chauds) ; des précipitations beaucoup plus faibles (359 mm à Manzaneda) et des gelées hivernales marquées à Lugo et à Ourense.

L’étude d’épidémiologie moléculaire espagnole EXPO ( Estudio de la eXposicion en Pacientes pOlinicos), nous fournit les chiffres (ici reproduits de façon partielle et approximative) pour ces 3 zones en ce qui concerne les profils de sensibilisation polliniques.

Zone 1. Corugna :
- Prévalence de sensibilisation : Graminées 62%, Bouleau 12%, Graminées + plantain 12%, Olivier 12%.

  • Profiline (Mal d 4) : 20%
  • Polcalcine (Che a 3) : inf à 10%
  • Phl p 1 : 75%
  • Phl p 5 : 35%
  • Pla l 1 : 15%

Zone 2. Pontevedra :
- Prévalence de sensibilisation : Graminées 67%, Gram + Plantains 9%, Pariétaire 7%

  • Profiline (Mal d 4) : 30%
  • Polcalcine (Che a 3) : inf à 10%
  • Phl p 1 : 75%
  • Phl p 5 : 50%
  • Pla l 1 : 15%

Zone 3. Lugo et Ourense :
- Prévalence de sensibilisation à Lugo : Graminées 51%, Gram + Plantains 22%, Pariétaire 22%
- Prévalence de sensibilisation à Ourense : Graminées 61%, Gram + Plantains 15%, Bouleau + Graminées 13%

- Lugo :

  • Profiline (Mal d 4) : 25%
  • Polcalcine (Che a 3) : inf à 10%
  • Phl p 1 : 75%
  • Phl p 5 : 60%
  • Pla l 1 : 25%

- Ourense :

  • Profiline (Mal d 4) : 25%
  • Polcalcine (Che a 3) : inf à 10%
  • Phl p 1 : 80%
  • Phl p 5 : 65%
  • Pla l 1 : 20%

Sans doute serait-il intéressant de chercher à comprendre les paramètres locaux d’une telle évolution…

L’étude se contente de fournir les données brutes, sans qu’aucune piste d’explication ne soit évoquée, tout au moins dans l’abstract.

Une désertification, conséquence notamment d’une irrigation massive des cultures avec pompage excessif des nappes phréatiques avait été retenue comme explication à l’augmentation de la prévalence des pollinoses à Salsola kali dans le sud de l’Espagne et au déclin parallèle de l’allergie aux Graminées : peut-on évoquer des causes de cet ordre en Galice ou faut-il incriminer des changements plus globaux comme le réchauffement climatique ?...