Urticaire chronique : bonjour à VEGF, le nouveau médiateur qui monte.

mercredi 4 novembre 2009 par Dr Stéphane Guez1180 visites

Accueil du site > Maladies > Urticaire > Urticaire chronique : bonjour à VEGF, le nouveau médiateur qui (...)

Urticaire chronique : bonjour à VEGF, le nouveau médiateur qui monte.

Urticaire chronique : bonjour à VEGF, le nouveau médiateur qui monte.

mercredi 4 novembre 2009, par Dr Stéphane Guez

L’urticaire chronique est une affection très difficile à prendre en charge en raison d’un manque d’avancée flagrant sur le plan physiopathologique et donc thérapeutique. Aussi ce travail est-il très intéressant : il s’intéresse à de nouveaux médiateurs qui pourraient être impliqués via les éosinophiles.

Taux plasmatiques et expression, sur les éosinophiles cutanés, du facteur de croissance endothélial vasculaire chez les patients atteints d’urticaire chronique. : A. Tedeschi 1 , R. Asero 2 , A. V. Marzano 3 , M. Lorini 1,6 , D. Fanoni 3 , E. Berti 4 , M. Cugno 5,6

1 Unità Operativa di Allergologia e Immunologia Clinica, Ospedale Maggiore Policlinico, Mangiagalli e Regina Elena, Fondazione Istituto di Ricovero e Cura a Carattere Scientifico (IRCCS), Milano, Italy ; 2 Ambulatorio di Allergologia, Clinica San Carlo, Paderno Dugnano ; 3 Istituto di Scienze Dermatologiche, Università di Milano, Ospedale Maggiore Policlinico, Mangiagalli e Regina Elena, Fondazione IRCCS ; 4 Clinica Dermatologica, Università di Milano-Bicocca ; 5 Unità Operativa di Medicina Interna 2, Ospedale Maggiore Policlinico, Mangiagalli e Regina Elena, Fondazione IRCCS, Milano ; 6 Dipartimento di Medicina Interna, Università di Milano, Italy

dans Allergy
Volume 64 Issue 11, Pages 1616 - 1622

- Introduction :

  • Bien que l’urticaire chronique (UC) soit souvent présentée comme une affection de nature auto-immune, seulement moins de 50% des sérums de patients ayant une UC contiennent des auto-anticorps libérateurs d’histamine.
  • Ceci suggère donc qu’il y ait d’autres facteurs qui expliquent la physiopathologie de cette affection.

- Objectif de l’étude :

  • Les auteurs ont étudié la possibilité d’une implication dans l’UC du facteur de croissance vasculaire endothélial (VEGF), qui est un des médiateurs majeurs de la perméabilité vasculaire.

- Matériel et méthode :

  • 80 adultes consécutifs présentant une UC et 53 patients en bonne santé ont été étudiés.
  • Le VEGF et le fragment F1+2 de la prothrombine ont été mesurés par dosage immuno-enzymatique.
  • Des tests au sérum autologue ont été pratiqués chez les patients avec une UC, et pour 6 d’entre eux, il a été fait des biopsies cutanées des papules pour déterminer l’expression immuno-histochimique du VEGF et de la protéine cationique éosinophile (ECP).

- Résultats :

  • Les taux plasmatiques de VEGF sont :
    • plus élevés chez les patients ayant une UC (8.00 +/- 0.9 pmol/l) que chez les patients témoins (0.54 +/- 0.08 pmol/l) (p = 0.0001)
    • avec une tendance parallèle entre augmentation du taux et gravité de l’UC
    • et en corrélation avec le taux des F1+2.
  • Le test au sérum autologue est positif chez 85.1% des patients.
  • Le taux de VEGF est significativement plus élevé chez les patients qui ont un test autologue positif que chez les patients qui ont un test négatif au sérum autologue (p = 0.0003).
  • Sur le plan immun histochimique, tous les échantillons de patients ayant une UC montrent une forte expression du VEGF (p=0.002) qui est co-localisé avec l’ECP, un marqueur classique des éosinophiles.

- Conclusions :

  • Les taux plasmatiques de VEGF sont élevés dans l’UC d’une façon parallèle à la sévérité de l’affection.
  • Ces résultats indiquent un lien possible de cette molécule dans la physiopathologie de l’UC.
  • Les éosinophiles sont la principale source de VEGF dans les lésions cutanées de l’UC.

Les auteurs se penchent sur une nouvelle piste physiopathologique de l’urticaire chronique (UC). Ils démontrent qu’il existe une surexpression du VEGF, facteur de perméabilité vasculaire, avec une relation entre l’importance du taux et la sévérité de l’UC en particulier lorsque le test au sérum autologue est positif.

Ce travail clinique est très intéressant sur le plan fondamental car il prouve que des équipes font de la recherche sur cette affection de plus en plus fréquente qu’est l’urticaire chronique.

L’hypothèse étudiée ici est l’implication possible d’un médiateur : le VEGF qui a la capacité d’augmenter la perméabilité vasculaire et peut donc expliquer, lors d’une surproduction, la formation de papules d’urticaire.

Ce VEGF serait produit par les éosinophiles cutanés.

Les auteurs montrent également qu’il y a activation de facteurs de la coagulation avec donc une implication possible d’autres médiateurs comme le PAF etc.

De façon très intéressante, les auteurs ont fait systématiquement un test cutané au sérum autologue Jusqu’à présent, ce test est considéré démontrer l’existence d’un auto-anticorps chez les patients atteints d’UC, lorsqu’il est positif. Mais il pourrait être interprété différemment et refléter la présence dans le sérum circulant d’un taux élevé de VEGF.

Reste maintenant à concrétiser tout cela par une perspective thérapeutique car cette affection est très invalidante et dégrade considérablement la qualité de vie de ceux qui en sont atteints.