Peut-on débuter une ITSL pendant la grossesse ?

jeudi 31 mai 2012 par Dr Geneviève DEMONET1188 visites

Accueil du site > Maladies > Traitements > Peut-on débuter une ITSL pendant la grossesse ?

Peut-on débuter une ITSL pendant la grossesse ?

Peut-on débuter une ITSL pendant la grossesse ?

jeudi 31 mai 2012, par Dr Geneviève DEMONET

Une étude prospective sur la sécurité de l’immunothérapie sublinguale dans la grossesse : Shaikh WA, Shaikh SW.

A prospective study on the safety of sublingual immunotherapy in pregnancy.

dans Allergy 2012 ; 67 : 741–743.

- Contexte :

  • Le but de cette étude était de déterminer la sécurité de l’immunothérapie sublinguale dans la grossesse, ce qui n’a pas encore été fait.

- Méthodes :

  • Cent cinquante-cinq patientes ont reçu une immunothérapie sublinguale avec soit un acarien (D. farinae) soit un mélange jusqu’à 5 allergènes durant 185 grossesses.
  • Il s’agissait d’un début d’immunothérapie chez 25 patientes enceintes.
  • Les données de suivi ont été analysées pour l’avortement, la mortalité périnatale, la prématurité, la toxémie et les malformations congénitales.
  • Deux groupes contrôles n’ont pas reçu d’immunothérapie : le groupe A (85 patientes) a été traité par 400 µg de budésonide 2 fois par jour et le groupe B (40 patientes) a été traité par salbutamol à la demande.
  • Les trois groupes suivaient les mesures d’éviction appropriées.

- Résultats :

  • Les données du suivi sur six ans dans le groupe immunothérapie sublinguale ont révélé une incidence de complication inférieure à celle de la population générale et une incidence plus élevée dans les deux groupes contrôles.

- Conclusions :

  • Cette étude conclut que l’immunothérapie sublinguale est sûre durant la grossesse et qu’elle est également sûre lorsqu’elle est débutée pour la première fois chez une femme enceinte.

Il est d’usage de poursuivre une désensibilisation chez une femme enceinte mais de ne pas débuter le traitement en cas de grossesse.

Les seules données sur l’innocuité de l’immunothérapie concernaient jusqu’ici la voie sous-cutanée.

Les résultats d’une étude prospective indienne sur la sécurité d’emploi de l’immunothérapie sublinguale pendant la grossesse viennent d’être publiés.

Trois groupes de femmes enceintes ayant une rhinite allergique et/ou un asthme allergique ont été comparées : 155 ont été désensibilisées par voie sublinguale (ITSL), 85 ont été traitées par budésonide (groupe A) et 40 par salbutamol à la demande (groupe B). L’essai n’a pas été randomisé, les femmes ont choisi leur mode de traitement.

La désensibilisation a été débutée pendant la grossesse dans 24 cas.

La prise de cétirizine était autorisée en cas de besoin.

Les patientes ont été désensibilisées à l’aide d’un extrait de D Far ou d’un mélange de 2 à 5 allergènes.

On n’a pas vraiment de précision sur les « mélanges » utilisés mais ceux-ci ne concernaient que 39 patientes sur 116.

Aucune réaction systémique n’est survenue lors de l’immunothérapie sublinguale. Seuls des effets secondaires locaux ont été rapportés.

Sur les 176 enfants nés dans le groupe ITSL, 47 (soit 26,7%) avaient des IgE totales élevées contre 22 (27,85%) dans le groupe A et 10 (29,4%) dans le groupe B.

Les enfants du groupe SLIT ont développé des symptômes de maladie atopique pour 24,2% d’entre eux contre 25,32% dans le groupe A et 23,53% dans le groupe B.

Les 24 patientes pour lesquelles l’ITSL a été débutée pendant la grossesse n’ont développé aucune complication et n’ont eu aucune réaction secondaire.

L’incidence des complications (avortement, mort périnatale, prématurité, toxémie, malformations congénitales) s’est avérée plus basse dans le groupe ITSL que dans la population générale.

Une augmentation du taux d’avortement a été notée dans le groupe traité par salbutamol à la demande par rapport à celui observé dans la population générale (P ≤ 0,05).

L’incidence des complications périnatales était plus élevée dans les 2 groupes contrôles que dans le groupe ITSL mais en accord avec l’incidence généralement constatée dans la population générale.

Ce travail confirme la sécurité de l’ITSL pendant la grossesse et même lorsque celle-ci est débutée chez une femme enceinte. Aucune « protection » contre l’allergie n’a cependant été constatée chez les enfants.

On aurait cependant aimé plus de détails dans cette étude …