Les bronches ne bronchent pas toujours en cas de rhinite !

lundi 10 juin 2013 par Dr Philippe Carré611 visites

Accueil du site > Maladies > Rhinites > Les bronches ne bronchent pas toujours en cas de rhinite !

Les bronches ne bronchent pas toujours en cas de rhinite !

Les bronches ne bronchent pas toujours en cas de rhinite !

lundi 10 juin 2013, par Dr Philippe Carré

Hyperréactivité bronchique chez des patients de milieu pédiatrique ayant une rhinite : différence entre la rhinite allergique et non allergique. : Kim, Sang-Wook ; Han, Doo Hee ; Lee, Sun-Joo ; Lee, Chul Hee ; Rhee, Chae-Seo

dans : American Journal of Rhinology & Allergy, Volume 27, Number 3, May/June 2013 , pp. e63-e68(6)

- Contexte :

  • De nombreuses études ont étudié la relation entre l’hyperréactivité bronchique (HRB) et l’asthme ou la rhinite allergique (RA)
  • Cependant, il y a peu de données quant à l’association entre l’HRB et la rhinite non allergique (RNA)
  • Cette étude a donc étudié la prévalence et les facteurs de risque d’HRB chez des patients de pédiatrie ayant une rhinite, et analysé la différence entre les patients ayant une RA et ceux ayant une RNA.

- Méthodes :

  • 227 sujets âgés de 6 à 15 ans et ayant une rhinite ont eu une surveillance parentale et des tests de laboratoire, avec des prick-tests cutanés et un test de provocation à la métacholine
  • Les différentes variables ont été analysées en relation avec l’HRB.

- Résultats :

  • La prévalence de l’HRB était respectivement de 55.7% chez les sujets avec RA et 25.5% chez ceux avec une RNA
  • La persistance de la rhinite, de l’éosinophilie sanguine et des anomalies de la fonction respiratoire de base étaient associée de façon significative avec l’HRB chez les sujets avec une RA, alors que l’histoire médicale individuelle ou familiale, les facteurs d’environnement, les taux des IgE sériques, le nombre d’allergènes positifs et la taille de l’œdème aux tests cutanés ne modifiaient pas le niveau d’HRB
  • En analyse multivariée, la persistance de la rhinite était le seul facteur prédictif significatif d’une HRB chez les sujets ayant une RA
  • Cependant, les symptômes de rhinite persistante n’augmentaient pas le risque d’HRB chez les sujets ayant une RNA.

- Conclusions :

  • L’HRB survient plus de 2 fois plus souvent chez les enfants ayant une RA que chez ceux ayant une RNA
  • De plus, la persistance de l’inflammation nasale semble augmenter le risque d’HRB seulement en cas d’atopie.

Cette publication, réalisée chez 227 enfants et adolescents ayant une rhinite, a étudié les différences de prévalence de l’HRB en fonction du caractère allergique ou non de la rhinite.

Les résultats montrent que :

  • La prévalence de l’HRB est de 55.7% en cas de RA et de 25.5% en cas de RNA
  • La persistance de la rhinite est le seul facteur prédictif d’HRB chez les sujets ayant une RA
  • Les symptômes de rhinite persistante n’augmentent pas le risque d’HRB chez les sujets ayant une RNA
  • Le degré d’atopie ne modifie pas le niveau d’HRB.

Il apparaît donc que, chez les enfants, l’HRB est présente au moins 2 fois plus souvent en cas de RA que de RNA ; il est probable que l’atopie s’accompagne de la persistance d’une inflammation nasale beaucoup plus importante, qui augmente le risque d’HRB.

Ceci confirme les liens entre les voies respiratoires hautes et basses, et rend compte de la relation « nez / bronches » qui a été décrite dans la littérature et qui fait dire à certains que la rhinite et l’asthme sont la même maladie survenant sur deux organes différents ; les travaux de Leynaert dans le JACI en 1999 montraient que le risque d’HRB était doublé en cas de rhinite allergique chez des sujets non asthmatiques (OR à 2.6).

Des études ont montré par ailleurs que le traitement de la rhinite allergique par des corticoïdes inhalés par voie nasale pouvait diminuer l’HRB et la morbidité de l’asthme. Les muqueuses nasale et bronchique ont de grandes similitudes anato-miques et physiologiques, ce qui explique que les phénomènes inflammatoires déclenchés par l’allergie touchent à la fois les voies aériennes supérieures et inférieures. Il est donc cohérent que cette relation soit beaucoup moins importante en cas de RNA, et le mérite de cette étude est de le démontrer.