Urticaire, apanage des jeunes enfants ?

mercredi 19 mars 2014 par Dr Alain Thillay1060 visites

Accueil du site > Maladies > Urticaire > Urticaire, apanage des jeunes enfants ?

Urticaire, apanage des jeunes enfants ?

Urticaire, apanage des jeunes enfants ?

mercredi 19 mars 2014, par Dr Alain Thillay

Epidémiologie de l’urticaire chez le nourrisson et le jeune enfant en Allemagne. Résultats de deux études de cohorte de naissance, LISAplus et GINIplus. : Brüske I, Standl M, Weidinger S, Klümper C, Hoffmann B, Schaaf B, Herbarth O, Lehmann I, von Berg A, Berdel D, Bauer CP, Koletzko S, Heinrich J. Epidemiology of urticaria in infants and young children in Germany – Results from the German LISAplus and GINIplus Birth Cohort Studies.

dans Pediatr Allergy Immunol 2014 : 25 : 36–42.

- Contexte :

  • Bien que l’urticaire soit considérée comme l’une des maladies cutanées les plus fréquentes, les données épidémiologiques fiables sont rares.

- Objectif :

  • Evaluer l’incidence et la prévalence cumulée de l’urticaire chez les nourrissons et les enfants jusqu’à l’âge de 10 ans,
  • caractériser la relation entre les taux d’IgE spécifiques (aéroallergènes et trophallergènes) et l’urticaire, et,
  • surveiller l’apparition conjointe de l’urticaire avec d’autres maladies, telles que l’eczéma, l’asthme et le rhume des foins.

- Méthodes :

  • La population étudiée provenait de deux études prospectives de cohorte de naissance : les études LISAplus et GINIplus.
  • Les informations concernant le diagnostic par un médecin, d’urticaire, d’asthme, d’eczéma ou de rhume des foins ont été recueillies au moyen d’un auto-questionnaire rempli par les parents.
  • Des échantillons de sang ont été prélevés, et les IgE spécifiques évaluées à 2 ans (seulement pour l’étude LISAplus), à 6 et 10 ans.

- Résultats :

  • L’incidence de l’urticaire était d’environ 1 % par année d’âge.
  • La prévalence cumulée de l’urticaire chez les enfants jusqu’à l’âge de 10 ans était de 14,5 % pour les garçons et 16,2% pour les filles.
  • La prévalence cumulée de l’urticaire à l’âge de dix ans était significativement (p <0,05) associée à une sensibilisation allergique à l’arachide, au soja et à la farine de blé, mais pas aux aéroallergènes.
  • A la fois, des antécédents parentaux d’atopie/d’urticaire et le diagnostic chez les enfants d’asthme, d’eczéma et de rhume des foins étaient fortement liés (P<0,0001) à l’apparition de l’urticaire.

- Conclusions :

  • L’urticaire est un événement fréquent durant l’enfance, avec la plus grande incidence chez les nourrissons et les enfants d’âge préscolaire.
  • La comorbidité avec la maladie atopique est élevée.

L’urticaire est sans nul doute un motif fréquent de consultation chez l’allergologue. Il est vrai qu’elle fait partie de la symptomatologie de l’allergie IgE dépendante.

Les auteurs allemands de cette étude de cohorte prospective ont cherché à évaluer l’incidence et la prévalence de l’urticaire chez des enfants suivis jusqu’à l’âge de 10 ans. Plus intéressant encore, ils ont cherché à mettre en évidence la corrélation de l’urticaire avec les IgE spécifiques des aéroallergènes et des trophallergènes et avec la survenue d’une symptomatologie évoquant un terrain atopique.

Les résultats sont édifiants.

  • L’incidence de l’urticaire est de 1% par année d’âge (nombre de nouveaux cas chaque année).
  • La prévalence cumulée sur 10 ans et comparable entre les filles et les garçons, 16,2% pour les premières, 14,5% pour les seconds.
  • La prévalence de l’urticaire à l’âge de 10 ans est significativement corrélée aux IgE-réactivités concernant des trophallergènes (arachide, soja, blé), mais pas à celle concernant les aéroallergènes.
  • De même forte corrélation entre urticaire et l’asthme, l’eczéma et la rhinite saisonnière.

Cette étude permet de constater une grande fréquence de l’urticaire chez l’enfant, particulièrement chez les nourrissons et les petits enfants.

L’urticaire est souvent liée au terrain atopique.

Cette étude n’étonnera pas l’allergologue de terrain qui est souvent confronté à l’urticaire chez ses jeunes patients atopiques.

Bien sûr, il faut savoir faire le distinguo entre ce type d’urticaire et celui en rapport avec une urticaire récidivante idiopathique que l’on constate assez souvent chez les enfants ou des réactions cutanées pouvant évoquer l’urticaire lors des infections virales.

Outre le traitement symptomatique, l’urticaire liée à l’atopie relève de la prise en charge globale du sujet allergique après bilan soigneux.