Manger des carottes pour éviter l’allergie ?

vendredi 27 novembre 2009 par Dr Geneviève DEMONET1154 visites

Accueil du site > Maladies > Atopie > Manger des carottes pour éviter l’allergie ?

Manger des carottes pour éviter l’allergie ?

Manger des carottes pour éviter l’allergie ?

vendredi 27 novembre 2009, par Dr Geneviève DEMONET

La prévalence de l’allergie a grimpé dans les dernières décennies. On cherche toujours le coupable, dans les gènes, l’environnement ou le mode de vie. La traque se poursuit dans l’assiette des enfants : vitamines A, C et E sont comptabilisées…

Apport diététique en anti-oxydants, sensibilisation allergique et maladies allergiques chez les jeunes enfants : S. Patel, C. S. Murray, A. Woodcock, A. Simpson, A. Custovic

School of Translational Medicine, University of Manchester and NIHR Translational Research Facility in Respiratory Medicine, University Hospital of South Manchester NHS Foundation Trust, Manchester, UK

dans Allergy
Volume 64 Issue 12, Pages 1766 - 1772

- Contexte :

  • La prévalence des maladies allergiques a augmenté dans les dernières décennies.
  • L’étiologie reste peu claire mais résulte probablement d’un changement du mode de vie et/ou de l’environnement.
  • On a suggéré que la diminution de la prise d’anti-oxydants, conséquence de la baisse de la consommation de fruits frais et de légumes, pourrait être une cause possible.

- Objectifs :

  • Examiner si la prise diététique d’anti-oxydants à l’âge de 5 ans était reliée à l’atopie à l’âge de 5 et 8 ans parmi les enfants d’une cohorte de naissance non sélectionnée.

- Méthodes :

  • Les enfants ont été suivis depuis la naissance.
  • Les parents ont complété un questionnaire respiratoire validé et on a réalisé des prick-tests cutanés à l’âge de 5 et 8 ans.
  • Les taux sériques d’IgE ont été mesurés à l’âge de 5 ans.
  • A l’âge de 5 ans, la prise d’anti-oxydants a été évaluée à l’aide d’un questionnaire semi-quantitatif de fréquence des aliments (QFA).
  • La prise de nutriments et d’aliments riches en vitamines anti-oxydantes A, C et E a été analysée à l’aide d’un programme informatique.

- Résultats :

  • Huit cent soixante et un enfants ont complété à la fois les questionnaires respiratoires et QFA.
  • La prise de bêta carotène était associée à une réduction du risque de sensibilisation à l’âge de 5 ans [0.80 (0.68–0.93)] et de 8 ans [0.81 (0.70–0.94)].
  • De plus, la prise de bêta carotène était associée de façon négative aux taux sériques d’IgE totales (P = 0.002).
  • La prise de vitamine E était associée à une augmentation du risque de sensibilisation seulement à l’âge de 5 ans [1.19 (1.02–1.39)].
  • Aucune association n’a été mise en évidence entre la prise d’anti-oxydants et les sifflements ou l’eczéma.

- Conclusion :

  • L’augmentation de la prise de bêta carotène était associée à une réduction du risque de sensibilisation allergique et à des taux plus bas d’IgE totales chez les enfants de 5 ans et 8 ans.
  • Les anti-oxydants alimentaires pourraient jouer un rôle dans le développement de la sensibilisation allergique.

Une cohorte de naissance non sélectionnée a suivi 861 enfants jusqu’à l’âge de 8 ans.

Des données respiratoires et alimentaires ont été recueillies par l’intermédiaire de questionnaires. Des prick-tests ont été réalisés à l’âge de 5 puis 8 ans. Les IgE totales ont été dosées à 5 ans.

La prise de bêta carotène s’est avérée associée à une baisse du risque de sensibilisation et à un taux plus bas d’IgE totales.

Par contre, la prise de vitamine E augmentait le risque de sensibilisation mais seulement à l’âge de 5 ans.

Aucune association n’a cependant été mise en évidence entre la prise d’anti-oxydants et la survenue de sifflements ou d’eczéma…