EAACI 208 – Barcelone : le congrès Dr Cyrille Hoarau

jeudi 12 juin 2008 par Dr Cyril HOARAU1994 visites

Accueil du site > Evènements > Comptes rendus > EAACI 208 – Barcelone : le congrès Dr Cyrille Hoarau

EAACI 208 – Barcelone : le congrès Dr Cyrille Hoarau

EAACI 208 – Barcelone : le congrès Dr Cyrille Hoarau

jeudi 12 juin 2008, par Dr Cyril HOARAU

Symposium sur les cellules T régulatrices. Un sujet très technique mais qui ouvre de nouveaux horizons.

M. Fenton USA : « T Regulatory Cells »

L’objectif de la session était de discuter des nouveautés dans le cadre des celles T régulatrices qui semblent intervenir de façon majeure dans la maladie allergique et dans les mécanismes d’action de l’immunothérapie spécifique de l’antigène.

M Fenton a brillamment fait le point sur les cellules T régulatrices.

Il a ainsi rappelé que les Cellules T régulatrices « T Reg » sont des cellules issues du thymus qui représentent 5 à 10% des lymphocytes T CD4+ circulantes.

Elles expriment dans la majorité des cas le facteur de transcription Foxp3 sans pour autant que ce dernier soit spécifique d’une cellule T régulatrice et/ou le marqueur CD25+ qui correspond à la chaîne γc du récepteur de IL-2.

On distingue par ailleurs des cellules T Reg «  naturelles » qui sont présentent dés la naissance, et des cellules régulatrices « induites » qui se différentient généralement à partir de cellules T naïves après la rencontre avec l’antigène.

Les T Reg ne sont cependant pas uniquement de type CD4+, mais également de type CD8+ ou NK ou NKT.

Il existe également des populations régulatrices CD4+CD25+hightCD127lowFoxp3+ qui interviendraient plutôt dans la tolérance périphérique des antigènes du soi.

Cependant, des cellules effectrices peuvent également se différencier en T Reg : on parle alors de « conversion ».

Chez certains patients atopiques, il a été identifié 2 populations de lymphocytes T Foxp3+ dont une population exprimait le récepteur CCR6+ avec une activité suppressive et l’autre n’exprimant pas CCR6- mais avec une activité « TH2 like » qui pourrait expliquer certains symptômes dans la dermatite atopique.

Si les T Reg ont une activité suppressive, cette dernière n’est pas obligatoirement spécifique de l’antigène ce qui définit le terme de « By Stander suppression » et peut intervenir aussi bien sur des lymphocytes T naïfs ou effecteurs, mais également sur des cellules présentatrices d’antigènes comme les cellules dendritiques, les lymphocytes B et également sur d’autres types cellulaires comme les mastocytes ou les éosinophiles.

Les mécanismes de la suppression de ces cellules régulatrices sont nombreux et complexes.

On distingue cependant des mécanismes soit
- directs via la production de cytokines comme TGFb, IL-10, IL-35 ou par des molécules membranaires comme le CD39 ou le CD73, l’action sur AMPc intracellulaire, production de granzymes/perforines, hemeoxygenase HO…..
- indirects via induction de NO par la cellule dendritique, le clivage du TGFb sur la surface de la cellule dendritique, l’engagement de CTLA4 sur les lymphocytes T effecteurs….

Contrairement à ce que l’on pensait initialement, le répertoire de reconnaissance des T Reg naturels ne se limite pas aux antigènes du soi mais au contraire ils reconnaissent principalement des antigènes du non-soi et probablement des antigènes microbiens.

Il apparaît que les cellules dendritiques sont essentielles dans la production et les fonctions des cellules régulatrices induites.

Récemment, Sun et Al ont pu mettre en évidence que les cellules dendritiques de l’intestin peuvent induire des cellules régulatrices via la production de TGFb et d’acide rétinoique.

Ces mêmes cellules peuvent cependant bloquer la fonction suppressive des T Reg par la production notamment d’IL-6. Les cellules dendritiques peuvent donc à la fois induire ou bloquer des populations régulatrices.

Si initialement, on a décrit la maladie allergique comme étant le résultat d’une mauvaise balance TH1/TH2, il apparaît aujourd’hui qu’il s’agit plutôt d’une anomalie TH2 / T Reg.

Par ailleurs, il existe une interaction entre les mastocytes et les T Reg dans le sens où les médiateurs produits par les mastocytes peuvent recruter les cellules régulatrices, mais également parce que les cellules régulatrices peuvent bloquer la prolifération ou la fonction des mastocytes, comme l’expression du récepteur de haute affinité pour les IgE (FcRI) ou encore la production de leucotriènes (Kashyap 2008).

En conclusion, les T Reg sont
- soit naturels ou induit,
- exercent des fonctions suppressives de mécanismes variés, mais pas seulement limités par la spécificité de reconnaissance de l’antigène (effet By Stander)
- ne reconnaissent pas que des antigènes de soi
- peuvent être induit par des cellules dendritiques
- et interviennent de façon majeure dans la maladie allergique et l’immunothérapie spécifique de l’antigène.