Le débat sur l’identité de la cystéine protéase fait rage. Venez nombreux !

dimanche 27 décembre 2009 par Dr Hervé Couteaux1267 visites

Accueil du site > Allergènes > Alimentaires > Le débat sur l’identité de la cystéine protéase fait rage. Venez nombreux (...)

Le débat sur l’identité de la cystéine protéase fait rage. Venez nombreux !

Le débat sur l’identité de la cystéine protéase fait rage. Venez nombreux !

dimanche 27 décembre 2009, par Dr Hervé Couteaux

Le kiwi appartient aux aliments du groupe latex, mais il a plusieurs cordes à son arc : Il contient une LTP et fait également parti du syndrome Bet v 1 via Act c 6, une PR-10. C’est un aliment important, carrefour de plusieurs mécanismes allergiques dont la compréhension passe par la connaissance des allergènes en cause…

L’inhibiteur de la cystéine protéinase Act d 4 est un allergène fonctionnel contribuant aux symptômes cliniques de l’allergie au kiwi. : Popovic MM, Milovanovic M, Burazer L, Vuckovic O, Hoffmann-Sommergruber K, Knulst AC, Lindner B, Petersen A, Jankov R, Gavrovic-Jankulovic M.

Department of Biochemistry, Faculty of Chemistry, Belgrade, Serbia.

dans Mol Nutr Food Res. 2009 Nov 2.

- Contexte :

  • Ces dernières années, le kiwi est devenu une cause fréquente d’allergie aux fruits. Les bases moléculaires de l’hypersensibilité de type I aux kiwis est attribuée à 11 allergènes IUIS, avec Act d 1, Act d 2 et Act d 5 caractérisés in extenso.

- Objectif :

  • Evaluer les propriétés allergéniques d’Act d 4, un inhibiteur de la cystéine protéinase du kiwi vert (Actinidia deliciosa).

- Méthodes et résultats :

  • L’identité de la glycoprotéine purifiée a été déterminée par dégradation d’Edman et par empreinte digitale de masse à savoir que plus de 90% de la structure primaire de la cystatine mature de kiwi a été confirmée.
  • Par analyse MALDI TOF, des masses moléculaires de 10902.5 et 11055.2 Da ont été respectivement détectées pour Act d 4.
  • Des tests cutanés avec Act d 4 ont été positifs chez 3 sujets allergiques au kiwi de même que la régulation positive des molécules de CD63 et CD203c dans le test d’activation des basophiles.
  • La réactivité des IgE a été détectée en dot blot alors que l’analyse par Western blot a été négative en utilisant des sérums provenant de six patients kiwis, ce qui suggère la présence d’épitopes IgE conformationnels sur la molécule Act d 4.

- Conclusion :

  • Comme activateur des cellules effectrices dans l’hypersensibilité de type I, Act d 4 est un allergène fonctionnel responsable de symptômes cliniques d’allergie aux kiwis.

Cette étude serbe s’était intéressé à Act d 4, une cystatine (c’est-à-dire un inhibiteur de cystéine protéase), un allergène du kiwi fréquemment impliqué dans des manifestations cliniques d’allergie au kiwi.

Originaire de Chine, le kiwi ne fut introduit en Europe qu’à la fin du 19e mais il a fallu attendre les années 1970 pour voir sa culture se développer en France.

Depuis cette date, les allergies au kiwi se font de plus en plus fréquentes.

L’allergie au kiwi n’est pas univoque : plusieurs allergènes peuvent entraîner des réactions cliniques, le plus souvent modérées mais parfois sévères.

Parmi les allergènes en cause :

  • Act d 9, une profiline, qui peut entraîner des réactions en règle modérées dans le cadre de syndromes pollens-aliments.
  • Act d 6, une PR-10 s’intégrant dans le syndrome bouleau-pomme ou syndrome Bet v 1
  • Act d 10, une LTP
  • Une chitinase de classe 1, non encore caractérisée, en cause dans le syndrome latex-aliments
  • Act d 1 est souvent en cause, du moins « in vitro ».
  • C’est presque la même chose en fréquence d’IgE réactivité pour Act d 5, à un degré moindre tout de même.
  • Act d 2, une thaumatine-like dont le rôle n’est pas encore clairement établi

Au total, le kiwi renferme de nombreux allergènes et, pour certains, leur place n’a pas encore été parfaitement définie : il n’y a pas une allergie au kiwi mais bien plusieurs allergies au kiwi, selon les allergènes en cause.