La frite dans le biberon, c’est tout bon !

mardi 12 novembre 2013 par Dr Bertrand Lovato458 visites

Accueil du site > Maladies > Atopie > La frite dans le biberon, c’est tout bon !

La frite dans le biberon, c’est tout bon !

La frite dans le biberon, c’est tout bon !

mardi 12 novembre 2013, par Dr Bertrand Lovato

Allaitement et diversification alimentaire et risque de survenue d’asthme ou de maladies atopiques chez les enfants de moins de 10 ans. : B. I. Nwaru, L. C. A. Craig, K. Allan, N. Prabhu, S. W. Turner, G. McNeill, M. Erkkola, A. Seaton and G. Devereux,

dans Clinical & Experimental Allergy, 2013 (43) 1263–1273.

- Objectifs

  • Comparer les données du régime alimentaire (durée de l’allaitement maternel et l’âge de la diversification alimentaire) chez les nourrissons de 6 mois avec la fréquence de l’asthme, de wheezing et de dermatite atopique pendant les 10 premières années de vie.

- Méthodes

  • 1924 nouveaux nés ont été recrutés avec étude à 6 mois du type, de la durée de l’allaitement et de la diversification alimentaire ;
  • les enfants ont été ensuite évalués à 1,2,5 et 10 ans au niveau cutané et respiratoire à la recherche d’une dermatite atopique, d’épisodes de wheezing ou d’un asthme

- Résultats

  • A 6 mois, 59% des mères avaient arrêté l’allaitement exclusif et 35 % avaient stoppé l’allaitement.
  • La consommation de lait artificiel semble corrélée à la présence de wheezing pendant l’année suivant son utilisation, et l’introduction de pain/blé après 5 mois à celle de l’eczéma.
  • Cependant, ces résultats perdent leur signification statistique après plusieurs tests

- Conclusion :

  • Les résultats de cette étude montrent l’absence de corrélation entre la survenue de maladies atopiques et le mode d’alimentation pendant les premiers 6 mois de vie, que ce soit dans les familles atopiques ou non.

Cette étude confirme les données récentes qui ne montrent aucun lien avec le type d’alimentation des nourrissons et le moment de la diversification alimentaire sur la survenue de maladies atopiques chez l’enfant.

C’est une bonne nouvelle pour les parents, qui n’ont pas à se compliquer la vie au sujet de la diversification alimentaire de leurs enfants.